Sections

La culture manga change d’ère

La culture manga change d’ère

24.01.2018, par
Rayon manga, au Festival international de la bande dessinée d'Angoulême 2016.
À l'occasion du Festival international de la bande dessinée d'Angoulême, Cécile Sakai, directrice de l'institut français de recherche sur le Japon, fait le point depuis Tokyo sur l'influence internationale du manga, et notamment sur son succès en France.

Pour la première fois, le Festival d’Angoulême verra décerner un prix de la traduction de manga1. Un indice de l’importance croissante, en France et dans le monde, de cet art japonais ?
Cécile Sakai2 : Il me semble que c’est un signe de maturité. La traduction est un travail très prenant, passionnant mais très austère, qui n’est pas reconnu à sa juste valeur, ni sur le plan artistique, ni sur le plan financier et, de ce point de vue, c’est très bon signe. Depuis 7-8 ans, le manga est présent à Angoulême de façon continue, que ce soit sous forme de prix ou d’expositions. Des mangakas – les auteurs de manga – sont également présents dans les jurys, les conférences… Les responsables du festival viennent eux aussi souvent au Japon. Pour rencontrer les auteurs, les éditeurs, et visiter au cœur de la capitale ancienne, Kyoto, le musée du manga. Un musée qui a été créé en 2006, avec un fonds d’environ 300 000 volumes. Autre preuve de maturité…
 
À quand ou à qui ce musée fait-il remonter le manga ? Tezuka ou Hokusai ?
À l’origine du manga, on trouve plusieurs influences, dont celle des comics strips en quatre cases dans les quotidiens américains – un principe qui a été adapté au Japon, même avant la seconde guerre mondiale. Le terme de manga – littéralement dessin libre – a été vulgarisé par le maître de l’estampe, Hokusai, au début du XIXe siècle, mais le fondateur du manga moderne est Osamu Tezuka, le créateur d’Astro, le petit robot, en 1952 – petit robot prométhéen, dont les mangas ont ensuite été adaptés en dessin animé (Astro Boy).

Le personnage d'Astro Boy, adapté en dessin animé en 1963, est tiré d'un manga d'Osamu Tezuka, reconnu comme un maître précurseur du manga moderne au Japon comme en Occident.
Le personnage d'Astro Boy, adapté en dessin animé en 1963, est tiré d'un manga d'Osamu Tezuka, reconnu comme un maître précurseur du manga moderne au Japon comme en Occident.

 

L’une des caractéristiques du manga, c’est que les dialogues sont rythmés par un système d’onomatopées, dont certaines ont intégré le vocabulaire courant.

Par ses grands récits de fiction, marqués par l’humanisme et la critique du monde contemporain, Tezuka s’est détaché de l’influence des comics américains, en élaborant des caractères types, représentés selon un certain modèle occidental – de grands yeux, un petit nez, une petite bouche – avec une grande liberté dans le découpage des cases et des actions, une appropriation de l’espace considérée comme plus audacieuse que dans les comics, et de nombreuses explorations graphiques.
 

Il faut se souvenir que le japonais est une langue idéo-phonogrammatique, avec deux syllabaires différents, auxquels il faut ajouter quelque 2 000 idéogrammes (des sinogrammes issus du chinois) ; la langue japonaise est donc une langue écrite composite, largement exploitée par les auteurs de manga, notamment au travers des onomatopées.

L’une des caractéristiques du manga, c’est que les dialogues sont rythmés par un système d’onomatopées, non seulement auditives, mais visuelles, gestuelles et psychologiques, à partir de créations formelles et linguistiques : les mangakas en ont créé beaucoup, dont certaines ont intégré le vocabulaire courant.
 
Les ventes de manga sont-elles toujours aussi importantes aujourd’hui ?
Il faut savoir qu’au Japon, ils sont d’abord publiés dans des périodiques, au format très épais, très bon marché – Shōnen Jump, Shōnen Magazine et Shōnen Sunday sont les trois hebdomadaires les plus vendus et appartiennent aux trois plus gros éditeurs. Les histoires y sont publiées par chapitre, ce qui explique la longueur des séries. Pour les titres très connus en France, autour de DragonBall, One Piece ou Naruto, par exemple, ce sont à chaque fois 80-90 volumes, parce que semaine après semaine, année après année, des séquences paraissent. Puis les recueils de séquences sont republiés sous forme de livres. En France, c’est ce qui est traduit.

Au Japon, les séquences des mangas sont compilées et publiées en hebdomadaire (ici, les couvertures de l'hebdomadaire Shonen Jump, présentées à Paris lors du Japan Expo 2008).
Au Japon, les séquences des mangas sont compilées et publiées en hebdomadaire (ici, les couvertures de l'hebdomadaire Shonen Jump, présentées à Paris lors du Japan Expo 2008).

Au Japon, ces ventes en prépublication sont en baisse. On est passé de 6-7 millions de ventes hebdomadaires dans les années 1990, à moins de 2 millions aujourd’hui. Sans doute la fin d’un cycle, démarré au milieu des années 1960. Le format livre, qui se conserve mieux, est désormais plus apprécié. L’offre est également plus diverse avec, par exemple, ce qu’on appelle les « visual novels » ; ces romans graphiques aux personnages récurrents sont déclinés en formats papier, vidéo ou interactif, et occupent des rayons entiers dans d’immenses librairies. Ce sont ceux qui intéressent le plus les jeunes Japonais aujourd’hui.
 
Où en est-on de la diffusion des mangas en France ?
On vit une période de maturité. L’exportation des mangas vers la France s’est faite en plusieurs étapes. La première, avec les dessins d’animation diffusés dans les émissions pour enfants des années 1980, type « Club Dorothée », regardées par un large public. À l’époque, c’était un objet de controverses : on disait que ces dessins animés étaient violents et vulgaires – beaucoup de critiques de la part des éducateurs.

Mais cette audience a constitué la matrice de leur succès : ces enfants se sont pris de passion pour les mangas, ont commencé à les acheter en livres, en traductions, ont continué, et finissent parfois par entrer dans des universités en japonais et devenir des spécialistes !
 

Depuis les années 2010, la langue japonaise, dans les statistiques de traduction des titres en langue étrangère vers le français, arrive en deuxième position.

Du point de vue de l’évolution du marché, après les dessins d’animation à la télévision, sont arrivées les premières traductions systématiques, par les principaux éditeurs en France que sont Glénat, Kana et Pika, dans les années 1990. Ils ont choisi les plus grands auteurs et les ont fait traduire de façon massive – quand on traduit un titre, c’est donc souvent pour 80-90 volumes, on occupe le terrain ! Le succès parallèle de nouveaux films d’animation, notamment produits par le studio Ghibli (Totoro, Le Voyage de Chihiro, etc.) a aussi amplifié la dynamique.

À partir des années 2000, on est entré en vitesse de croisière, sur un rythme très élevé. Depuis les années 2010, la langue japonaise, dans les statistiques de traduction des titres en langue étrangère vers le français, arrive en deuxième position. En 2016, l’anglo-américain représentait environ 60 % des titres traduits et le japonais 12,5 % (d’après les chiffres de Livres Hebdo). Loin devant l’allemand, l’italien et l’espagnol. Des chiffres considérables dus aux mangas. Au début des années 1990, quand on traduisait essentiellement des œuvres littéraires, les traductions du japonais représentaient alors 1,5 ou 2 % de l’ensemble (en nombres de titres, toujours). Ce qui pose au passage la question de savoir si l’on peut, dans les statistiques, assimiler mangas et œuvres littéraires…

Il s’agit là des statistiques « papier ». Dans les multiples facteurs de la transformation de l’offre actuelle, il faut considérer la place de plus en plus grande de l’offre numérique. Il existe aujourd’hui une offre numérique « officielle », qui complète le catalogue de certains éditeurs, et une offre « officieuse », qui correspond plus ou moins au piratage : certains individus – passionnés d’ailleurs – s’approprient certains titres, les traduisent et les prééditent sous forme numérique, de façon « sauvage ». C’est un mouvement mondial de traduction libre, individuelle, virtuelle.
 
Vous êtes également traductrice ?
Oui, je suis traductrice littéraire mais je connais bien le manga pour des raisons pragmatiques : j’enseigne la littérature moderne et contemporaine japonaise à l’université Paris-Diderot depuis longtemps. À partir des années 2000, j’ai eu à diriger beaucoup de mémoires de master, notamment sur les mangas, parce que 60 à 70 % de ceux qui suivent des études japonaises aujourd’hui y ont été amenés par les mangas et dessins animés qu’ils ont connus dans leur petite enfance.
 

60 à 70 % de ceux qui suivent des études japonaises aujourd’hui y ont été amenés par les mangas et dessins animés qu’ils ont connus dans leur petite enfance.

Mais comme je l’explique à mes étudiants, la traduction littéraire est très différente de celle des mangas. Dans mes cours, je fais la comparaison avec le sous-titrage au cinéma, parce que, de mon expérience, la traduction des mangas est plus proche de l’adaptation que de la traduction. Comme au cinéma, il ne faut pas que le texte prenne une place trop importante par rapport à l’image et la vitesse de lecture compte ; à la différence d’un texte écrit, élaboré précisément phrase après phrase, on est dans un médium qui nécessite une lecture relativement transversale, rapide ; on ne peut pas être arrêté par des phrases trop longues. Soit à peu près les mêmes contraintes que pour le sous-titrage cinématographique.

 
Comment est-ce qu’on traduit une onomatopée visuelle ?
Il y a plusieurs méthodes, selon les traducteurs et selon les éditeurs. Certains vont choisir l’authenticité absolue : le manga est tellement entré dans les mœurs qu’avoir ici et là quelques sinogrammes ou quelques syllabaires japonais ne gêne personne et ces onomatopées vont rester telles quelles. D’autres vont doubler l’onomatopée originale par une petite traduction. D’autres, enfin, vont complètement la transformer en la remplaçant par de l’alphabet, au risque, parfois, d’échouer à transmettre une signification.
 
Les bandes dessinées de cet univers, d’auteurs français par exemple, peuvent-elles être appelées « manga » et sont-elles lues au Japon ?
C’est une question assez complexe. La bande dessinée franco-belge, Tintin, Astérix, a eu un certain succès au Japon et a pu influencer certains auteurs de manga ; mais ce sont surtout de grands auteurs comme Moebius (Jean Giraud) ou Enki Bilal, François Schuiten et Benoît Peeters, qui sont connus au Japon. Avec parfois des œuvres communes. Je voudrais citer l’auteur sur lequel nous avons pu proposer une exposition en décembre 2017 dans la galerie de la Maison franco-japonaise, Jirô Taniguchi, né en 1947 et, hélas, décédé en février 2017. Il est célébré en France, notamment au Festival d’Angoulême, adapté au cinéma (Quartier lointain), et a collaboré avec Moebius en particulier pour Icare.

Affiche de l’exposition consacrée à l’artiste Jirô Taniguchi à la Maison franco-japonaise, à Tokyo, en décembre 2017.
Affiche de l’exposition consacrée à l’artiste Jirô Taniguchi à la Maison franco-japonaise, à Tokyo, en décembre 2017.

 

La France est le deuxième marché de lecture du manga japonais ; après le Japon, mais devant le marché américain ou asiatique.

Il y a d’autre part des auteurs beaucoup moins connus, français, mais aussi chinois, thaïlandais, coréens, qui travaillent dans le style du manga. Les bandes dessinées coréennes, les manhwas, sont ainsi traduites en américain et en français. En France, on peut parler de manfra
Mais la France est d’abord le deuxième marché de lecture du manga japonais ; après le Japon mais devant le marché américain ou asiatique. Et là, on parle de chiffres de tirage. Mais le risque immédiat est celui de la saturation. Aujourd’hui, la plupart des mangas très importants ont été traduits, voire retraduits ! D’autre part, certains estiment qu’il y a aujourd’hui moins d’auteurs remarquables au Japon même ; le secteur a besoin de se renouveler…

Atelier de Kaiji Kawaguchi, créateur de mangas au Japon.
Atelier de Kaiji Kawaguchi, créateur de mangas au Japon.

Un assèchement de la création, c’est quand même assez rare…
Beaucoup d’auteurs et d’éditeurs mettent en avant les conditions de travail. Aujourd’hui, pour qu’un mangaka puisse vraiment débuter comme auteur, il lui faut passer par de multiples épreuves et notamment faire partie d’énormes groupes de production de mangas. Il s’agit alors d’un travail collectif harassant, plus du tout individuel. Du coup, l’ensemble de la production se retrouve dans un mode de fonctionnement presque ouvrier. L’attention se focalise sur quelques grands noms, mais derrière, il y a des usines entières de mangakas très mal payés, et ce ne sont pas des circonstances très favorables à l’émergence de nouveaux talents. Le tout dans un contexte de saturation du marché japonais. Avec une diminution marquée du nombre de lecteurs.

Notes
  • 1. Il s'agit du prix Konishi (lancé par un mécène japonais, la Fondation Konishi).
  • 2. Professeure à l’université Paris-Diderot, Cécile Sakai est directrice de l’Institut français de recherche sur le Japon à la Maison franco-japonaise. Cet établissement créé en 1978 et installé à Tokyo, est spécialisé dans les sciences humaines et sociales. Il est depuis 2007 une des cinq UMIFRE existant en Asie. www.mfj.gr.jp

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS