Sections

Une récompense pour les passeurs de science

Une récompense pour les passeurs de science

02.09.2021, par
Le physicien Jean-Michel Courty, ici lors de l'inauguration de la Maison pour la science à Paris le 16 octobre 2019, fait partie des lauréats 2021.
Découvrez les premiers lauréats de la médaille de la médiation scientifique. Cette toute nouvelle distinction, remise par le CNRS, récompense des femmes et des hommes qui mettent la science au cœur de la société et diffusent une information scientifique accessible à différents publics.

En 2021, la médaille de la médiation récompense Audrey Dussutour, éthologiste, Jean-Michel Courty, physicien, le Festival international Jean Rouch, festival de cinéma documentaire en sciences humaines et sociales, et le collectif ClimaTicTac pour son jeu de stratégie écoresponsable collaboratif. Mathieu Vidard, journaliste scientifique, se voit quant à lui décerner une médaille particulière : le prix spécial de la médiation scientifique. Ces médailles leur seront remises le 29 septembre à l’issue du Forum des Nouvelles initiatives en médiation scientifique à Paris.

Audrey Dussutour, éthologiste spécialiste du blob

D’autant qu’elle se souvienne, Audrey Dussutour a toujours été fascinée par les sciences : la physique, l’astrophysique, la biologie mais surtout, l’éthologie. L’opportunité d’étudier les animaux sans trop les perturber. Durant ses études à Toulouse, elle découvre l’intelligence collective dont sont capables les insectes sociaux – fourmis, abeilles ou chenilles processionnaires. Éthologue de formation, elle entre au CNRS en 2009 au Centre de recherches sur la cognition animale1Elle y rencontre alors le « blob », ou Physarum polycephalum, un organisme unicellulaire aux capacités remarquables : ni animal, ni végétal, ni champignon, sans cerveau, c’est un champion de la cicatrisation qui peut apprendre, voire transmettre des informations en fusionnant avec ses congénères. Il n’a qu’une seule cellule mais 720 types sexuels. Dépourvu dorganes, il est également capable de réguler ses apports alimentaires lorsquil fait face à des défis nutritionnels complexes.

Audrey Dussutour tenant la "Blob Box" contenant l'organisme unicellulaire “Physarum polycephalum“, communément appelé blob.
Audrey Dussutour tenant la "Blob Box" contenant l'organisme unicellulaire “Physarum polycephalum“, communément appelé blob.

Audrey Dussutour met sa pratique expérimentale et ses savoirs de chercheuse reconnus internationalement au profit d’actions de médiation – plus de 200 au cours de sa carrière – qui portent sur le comportement des fourmis et du blob. En 2017, elle publie son premier ouvrage, Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur le blob sans jamais oser le demander, une autobiographie croisée entre son quotidien de chercheuse et celui du blob, récompensé par le prix du livre Sciences pour tous en 2018. Entré au zoo de Paris en 2019, le blob a également rejoint Thomas Pesquet dans l’ISS en juillet, où le spationaute procédera à différentes expériences qui seront aussi réalisées sur Terre par près de 5 000 élèves en octobre, avec le concours du Cnes et du CNRS, pour le projet #Élèvetonblob.

Mais l’aventure qui lie la chercheuse, le blob et le grand public ne s’arrêtera pas là. En 2022, pour l’Année de la biologie, Audrey Dussutour compte bien élargir le projet au-delà des scolaires en impliquant les Ehpad ou encore les prisons. Il sagira d’étudier les effets du réchauffement climatique sur cet intrigant organisme unicellulaire mais surtout de sensibiliser le public à la rigoureuse démarche scientifique. Audrey Dussutour est parvenue, en articulation avec ses travaux de recherche fondamentale, à faire du blob un fascinant outil de vulgarisation. 

Jean-Michel Courty, physicien tout terrain

Tout au long de sa carrière, Jean-Michel Courty, professeur de physique à Sorbonne Université, s’est attaché à explorer les multiples facettes du métier denseignant-chercheur : produire de nouvelles connaissances, transmettre le savoir, participer à lorganisation des activités universitaires et diffuser largement les connaissances scientifiques. Normalien, il entre au CNRS en 1990 au laboratoire Kastler Brossel2 où l’essentiel de ses recherches porte sur le domaine de loptique quantique et l’étude des fluctuations quantiques de la lumière.

Jean-Michel Courty
Jean-Michel Courty

Depuis janvier 2001, il tient avec Édouard Kierlik la chronique mensuelle « Idées de Physique » dans la revue Pour la Science ; les deux physiciens y dévoilent les lois de la physique à travers des phénomènes simples que l’on peut observer ou reproduire avec des objets du quotidien. Leurs objectifs : répondre aux questions que chacun peut se poser en se positionnant comme « experts des questions sans experts », contribuer à la rénovation de l’enseignement de la physique, renouveler les sujets et sortir des sentiers battus pour la vulgarisation, promouvoir une physique de proximité. Dans la lutte contre le Covid-19, Jean-Michel Courty s’est par ailleurs illustré par plusieurs chroniques sur le fonctionnement des masques ou la question cruciale de l’aération et des capteurs CO2 pour prévenir l'épidémie en permettant une estimation de la qualité de l'air d'une pièce.

Merci la Physique

À propos
Fermer
Année de production: 
2021

De 2007 à 2021, il s'est investi dans la communication scientifique à l’échelle de lInstitut de physique (INP) du CNRS – et plus largement de l’organisme. Là, en tant que physicien connaissant les pratiques et les acteurs de la communication, il a pu mettre ses compétences au service de la valorisation des résultats scientifiques obtenus par les chercheurs et les enseignants-chercheurs de lINP. Si Jean-Michel Courty agit dans un cadre professionnel et institutionnel, au sein de son université et du CNRS, il agit également dans un cadre personnel. Lors du premier confinement, il lance avec sa femme Cécile sa propre chaîne YouTube, Merci la physique. Ni mode d’emploi fastidieux, ni leçon de physique, il y présente et explique des expériences reproductibles à la maison avec ce que lon a sous la main. De fait, lactivité de médiation scientifique de Jean-Michel Courty sinscrit dans la durée ; elle se poursuit, se cherche et se réinvente encore aujourd’hui pour demain et pour tous. 

Le Festival international Jean Rouch, l'anthropologie visuelle

Fondé en 1982 par lethnologue-cinéaste Jean Rouch (1917-2004), scientifique novateur et père de l’anthropologie visuelle, le Festival international Jean Rouch est le rendez-vous des cinéastes et des chercheurs en SHS. Depuis près de 40 ans, le festival fait ainsi découvrir ou redécouvrir à tous publics des filmographies, des chercheurs-cinéastes, des courants, et des tendances en SHS à travers les films documentaires actuels et du patrimoine ethnographique, issus notamment du fonds de CNRS Images. S’inscrivant dans l’héritage de son fondateur, l’objectif du festival organisé chaque année à Paris par le Comité du film ethnographique est de rendre compte de la diversité et de l’originalité des genres et des écritures cinématographiques sans contrainte de sujet, de durée, ou de forme. Plus de 70 films documentaires y sont programmés en compétition internationale ou en séances thématiques ; huit prix sont aussi décernés aux documentaires retenus pour l’originalité de leur thématique scientifique et de leur démarche innovante.

Discussion entre le cinéaste Boris Svartzman et Flora Lichaa, du comité du film ethnographique, lors du 38e Festival international Jean Rouch (2019).
Discussion entre le cinéaste Boris Svartzman et Flora Lichaa, du comité du film ethnographique, lors du 38e Festival international Jean Rouch (2019).

Depuis plusieurs années, le comité de sélection attache un intérêt particulier aux films abordant les relations entre les hommes et l’environnement, la musique, et le patrimoine immatériel. Le festival est ainsi l’occasion d’inviter tous les publics à débattre des grands enjeux de société autour de la diversité, de l’altérité, de l’interculturalité ou encore de la biodiversité, tels qu’ils sont étudiés dans le cadre des travaux des chercheurs en SHS. Chaque projection est suivie d’un temps de discussion et de médiation, animé par des scientifiques, des cinéastes et les organisateurs de la manifestation. Le festival programme aussi tous les ans des rencontres professionnelles et des master class dans le but de transmettre et partager les expériences et les pratiques cinématographiques de chercheurs ou de cinéastes à destination des scientifiques, des étudiants et du grand public. Il se poursuit également tout au long de l’année sur le territoire français et à l’étranger avec des projections « hors les murs » afin de partir à la rencontre de nouveaux publics. Historiquement basé au musée de l'Homme, le festival est désormais hébergé par le musée du quai Branly – Jacques Chirac avec lequel il noue un partenariat ambitieux. À travers lensemble de ces activités, le festival accueillera un auditoire plus large, les jeunes générations en premier, et en portant une attention toute particulière aux publics empêchés. ♦

ClimaTicTac, jeu écoresponsable de stratégie collaboratif

Inspiré par l’Accord de Paris sur le climatClimaTicTac a été imaginé par un collectif d’une quinzaine de chercheurs, de doctorants et de médiateurs scientifiques de l’Institut Pierre-Simon Laplace3  et de l’Association Science Technologie Société. À l’initiative de deux climatologues du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement4, Valérie Masson-Delmotte et Gilles Ramstein, le collectif s’est attaché à développer un outil de médiation ludique et non anxiogène sur le changement climatique, reflétant l’état des connaissances, ses causes, ses manifestations, ses impacts, les efforts d’adaptation et d’atténuation nécessaires, et les échelles de temps impliquées. S’appuyant sur de nouvelles formes de médiation scientifique sur le thème du climat, il vise en particulier le jeune public et les jeunes générations dont la vie sera indéniablement marquée par le dérèglement climatique.

Le jeu collaboratif de plateau ClimatTICTAC expérimenté par des adolescents.
Le jeu collaboratif de plateau ClimatTICTAC expérimenté par des adolescents.

Jeu coopératif de plateau autour d’une unité de lieu, la Terre, d’une unité de temps, le XXIe siècle, et d’une unité d’action, la lutte contre le réchauffement climatique, ClimaTicTac permet de faire prendre conscience du caractère global et collectif du problème et de sa gestion à court et long termes. Les aléas et les leviers d’actions sont donnés aléatoirement par des cartes et des défis ludiques affectant l’efficacité des actions. Le déploiement du jeu permet au médiateur d’aborder la problématique des gaz à effet de serre ainsi que diverses conséquences du changement climatique basées sur des cas concrets d’impacts sur l’alimentation, la santé ou les infrastructures. Les joueurs sont ainsi appelés à se concerter pour optimiser leurs actions et leurs chances de gagner la partie ; sans coopération pour maîtriser les rejets de gaz à effet de serre, ils sont collectivement perdants et découvrent les conséquences en cascade des risques climatiques. Le jeu est accompagné d’un glossaire et d’un livret pédagogique.

Diffusé dans un premier temps au sein d’établissements scolaires franciliens, ClimaTicTac a pu également être mis en avant à de nombreuses occasions comme la Fête de la Science ou le Forum Météo-Climat. Le collectif s’attache désormais à le déployer sur l’ensemble du pays et pour tous. S’inspirant de la version pédagogique du jeu, l’éditeur de jeux Bioviva a créé Climat Tic-Tac qui sera mis en vente à la rentrée 2021 - à partir de 10 ans et quel que soit le niveau de formation scientifique. 

Mathieu Vidard, journaliste passionné

En 2007, un an tout juste après le lancement de son émission La Tête au carré, Mathieu Vidard reçoit Albert Fert, chercheur au CNRS, père de la spintronique et lauréat du Nobel de physique la même année pour ses travaux sur la magnétorésistance géante. C’est pour le journaliste une confirmation : la radio est le vecteur idéal pour engager le dialogue et créer des liens entre scientifiques et auditeurs. Littéraire de formation, Mathieu Vidard est arrivé à la médiation scientifique par passion, avec un peu de culot mais surtout par hasard. À la rentrée 2006, France Inter fait le pari de consacrer une émission quotidienne à l’actualité de toutes les sciences et c’est à lui que revient la charge de l’animer. Au-delà du défi, c’est un véritable succès. Pendant 13 ans, La Tête au carré donnera chaque jour la parole aux chercheurs, écoutée par près de 800 000 auditeurs. Son luxe, c’est le temps : une partie de l’émission est consacrée aux actualités scientifiques ; l’autre aborde plus en profondeur la thématique du jour, des sciences fondamentales aux sciences humaines et sociales. Le meilleur conseil quon lui ait donné : pour rendre accessible la science, il faut se mettre du côté du grand public et des néophytes, poser aux scientifiques les questions quils se posent, et admettre quon peut ne pas tout comprendre.

Mathieu Vidard, prix spécial de la médiation scientifique 2021.
Mathieu Vidard, prix spécial de la médiation scientifique 2021.

Infatigable passeur de science, Mathieu Vidard multiplie alors les supports de médiation : à la radio, dans ses ouvrages et puis… à la télévision. À partir de 2010, il présente sur France 2 J’ai marché sur la Terre, série documentaire qu’il a créée avec Aline Richard, directrice du magazine La Recherche. Là, il part à la rencontre de scientifiques à travers le monde. En 2017, c’est la Science grand format sur France 5. Sous forme d'enquêtes scientifiques, il décrypte grâce aux chercheurs les dernières grandes découvertes. En 2019, Mathieu Vidard passe de la Tête à la Terre. Son émission quotidienne prend un virage écologique. Toujours avec éclectisme et pédagogie, La Terre au carré  se consacre désormais au climat et à l’écologie, loin de discours parfois perçus comme moralisateurs par le grand public. À la rentrée 2020, il lance avec Lucie Sarfaty et Romain Weber un tout nouveau podcast à destination du jeune public, Olma, une machine imaginaire qui se nourrit de toutes les connaissances du monde. Mathieu Vidard a réussi à faire de ses émissions un carrefour où les idées circulent. Et sont entendues. 

Notes
  • 1. Unité CNRS/Université Toulouse III Paul Sabatier.
  • 2. Unité CNRS/Sorbonne Université/ENS Paris/Collège de France.
  • 3. Unité CNRS/École Polytechnique/Université Versailles Saint-Quentin/CEA/Sorbonne Université/IRD/École des ponts ParisTech/Université Paris-Saclay
  • 4. Unité CNRS/Université Versailles Saint-Quentin/CEA.

Commentaires

2 commentaires

GUÉRI DU VIRUS DE L'HERPÈS AVEC DES RÉSULTATS NÉGATIFS. Prenez votre temps pour lire mon article sur la façon dont j'ai surmonté le virus de l'herpès si facilement, je viens de New York, aux États-Unis. Je vois habituellement mon épidémie 3-4 semaines plus tard. Mon ami m'a présenté un herboriste qui guérit le virus de l'herpès et j'en ai été témoin moi-même. (email du médecin ; (drnelsonsalim10@gmail.com Whatsapp / call +212703835488 ) cela fait 2 ans que je me suis remis de ce virus, plus d'épidémies, plus de symptômes du virus de l'herpès, je suis tellement heureuse d'avoir rencontré des personnes guéries et j'ai lu leur témoignage, après avoir pris la phytothérapie je suis allé voir mon médecin pour vérifier si j'étais totalement négatif, il m'a confirmé que je suis 100% négatif pour le virus. c'est difficile de croire que j'étais guéri de l'herpès. Avec la phytothérapie du Dr Nelson, j'ai été testé négatif. Après avoir utilisé la phytothérapie je suis allé dans plusieurs laboratoires pour une prise de sang et le résultat était le même, herpès négatif, est-il possible que j'aie été guéri ? Parce que je pensais que ce n'était pas un remède, je suis tellement content du résultat que j'ai aujourd'hui. Je me sens bien, vous pouvez aussi le contacter pour un traitement. Aucune douleur et mon résultat est négatif après avoir utilisé la phytothérapie du Dr Nelson. Il est vrai qu'ils disent qu'il n'y a pas de problème sans solution. Il a également produit à base de plantes pour ; OS, CANCER, HÉPATITE, BPCO, ÉLARGISSEMENT DE LA PROSTATE, DYSFONCTIONNEMENT ÉRECTILE, HAUTE PRESSION ARTÉRIELLE

J'ai une hépatite B chronique qui conduit à une cirrhose du foie m'a-t-on dit là-bas ne guérissait pas et il était recommandé d'utiliser un médicament à base de lamivudine qui n'était pas un remède complet contre le virus et conduit à la perte de cheveux et à des problèmes rénaux. je tombé sur Doctor Ahmed Ads sur ce site de blog avec une série de témoignages de ses précédents patients qui ont été guéris de l'hépatite B, Dysfonction érectile, Maladies rénales etc.. J'ai passé une commande pour son produit que j'ai reçu à mon adresse via DHL - service dans les 4 jours, et avec ses instructions, j'ai utilisé le produit pendant 21 jours. La première semaine, je découvert une énorme différence dans ma santé, et quand je suis allé pour un autre test mon résultat était négatif sans aucune trace du virus sur mon sang. je recommande Dr Ahmed à toute personne atteinte de calculs rénaux, de cancer du sein, de cirrhose du foie, Maladie cardiaque, fibrose, virus de l'herpès, dysfonction érectile, prostate cancer, faible taux de spermatozoïdes, cancer du poumon. Informations; E-mail; drahmedusman5104@gmail.com WhatsApp +14436204203
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS