Donner du sens à la science

A propos

Du 7 juin au 5 juillet 2019, le géographe François-Michel Le Tourneau descend en canoë les rivières de Guyane sur un parcours de 450 km reliant Camopi à Regina. En autonomie totale et à la rame, son équipe de 8 légionnaires et 2 chercheurs, renforcée par 2 guides, suivra les traces des pères Grillet et Béchamel, missionnaires qui ont exploré l’intérieur de la Guyane en 1674. Étapes, péripéties et mesures scientifiques sont à suivre sur ce blog, sur cette carte interactive et sur le compte Twitter @7bornes.
 

Les auteurs du blog

François-Michel Le Tourneau
Géographe aventurier, membre du Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (Creda)

A la une

L’orpaillage illégal en Guyane française
26.06.2019, par François-Michel Le Tourneau
Une rencontre avec un groupe d’orpailleurs : l’occasion pour François-Michel Le Tourneau de nous livrer ses échanges avec ces clandestins et de dresser le portrait de cette activité destructrice pour l’environnement, dont l’organisation, bien rodée, rend la lutte difficile.

La Guyane française est riche en or. Elle a connu une phase de découvertes et d’exploitation assez intense entre 1856 et le début du XXe siècle, puis l’activité a lentement décliné à partir de la Première Guerre mondiale pour devenir quasi anecdotique après les années 1950. À partir des années 1980 on a enregistré une certaine reprise de la production, mais le secteur minier de Guyane s’est profondément transformé, et les entreprises artisanales qui subsistent utilisent aujourd’hui des engins lourds, comme des pelles mécaniques.

Un placer aurifère en exploitation.
Un placer aurifère en exploitation.

De leur côté, les Brésiliens ont développé à partir des années 1970 des systèmes techniques qui ont mécanisé l’exploitation artisanale tout en maintenant ses principes de base. Ils ont développé l’exploitation des sédiments aurifères au fond des rivières avec des barges suceuses, puis le système de « paire de machines » reposant sur un jet à pression1 pour liquéfier les berges et une pompe qui avale le mélange de sédiments ainsi créé et le passe dans une table de levée, où les éléments les plus lourds (dont principalement l’or) sont piégés. Plus récemment, ils se sont lancés dans l’exploitation des filons en creusant des puits destinés à atteindre les veines de quartz aurifères. Les mineurs artisanaux sont appelés au Brésil garimpeiros.

Société dans la société
Présents, bien sûr, en Amazonie brésilienne depuis presque cinquante ans, puis au Suriname à partir du début des années 1990, les garimpeiros n’ont pas tardé à regarder du côté de la Guyane. Une première phase a vu la multiplication des barges sur des fleuves comme l’Oyapock, le Maroni ou l’Approuague, jusqu’au début des années 2000. Quand ces barges ont été démantelées par les autorités, les chercheurs d’or brésiliens se sont éparpillés dans l’intérieur de la Guyane. Leurs techniques de prospection sont rustiques, mais efficaces, si bien qu’ils trouvèrent des gisements importants au début des années 2000 (dans des régions toutefois déjà bien connues et exploitées depuis le XIXe siècle pour la plupart).

Le garimpo n’est pas seulement une activité extractive, c’est aussi une société et tout un système économique. Les chantiers d’orpaillage consomment de grandes quantités de ravitaillement et de carburant, qu’il faut leur livrer. Il y a donc une chaîne logistique qui s’installe avec ses emplois spécialisés, du porteur à pied au pilote de pirogue ou de quad. Les orpailleurs veulent aussi des distractions, des bars pour dépenser leur paye, des prostituées… Des villages apparaissent en pleine forêt proposant ces services.

Le jet à pression est utilisé pour liquéfier les sédiments et les envoyer vers la table de levée.
Le jet à pression est utilisé pour liquéfier les sédiments et les envoyer vers la table de levée.

C’est donc tout un univers qui se met en place autour d’eux, dans la plus grande informalité et dans l’illégalité : les garimpeiros brésiliens agissant en Guyane sont en situation irrégulière du point de vue de l’immigration, le produit de leur travail est exporté en contrebande, ils ne payent aucune cotisation sociale…

Pollution de la chaîne alimentaire
Sur le plan environnemental, le bilan est aussi lourd. En plus de déboiser les zones correspondant à leurs placers, les garimpeiros libèrent d’immenses quantités de sédiments dans les rivières, modifiant leur couleur et entraînant des mutations écologiques profondes (tous les poissons ne peuvent subsister dans ces eaux soudain devenues sombres). Ils utilisent aussi du mercure pour amalgamer l’or et mieux le piéger, mais une partie de celui-ci est rejeté dans l’environnement, contaminant les eaux des rivières et remontant la chaîne alimentaire pour finalement porter préjudice aux populations qui consomment de grandes quantités de poisson d’eau douce, en particulier les Amérindiens.

Lutte active…
On comprend que les autorités s’acharnent à réprimer le phénomène. Depuis 2008, les Forces armées de Guyane (FAG) sont associées aux opérations par le dispositif Harpie, ce qui a permis de multiplier la présence sur le terrain. Les légionnaires du 3e REI (Régiment étranger d’infanterie) avec lesquels nous sommes en ce moment participent activement à cette lutte, et chacun a de nombreuses opérations à son actif. Chaque année des centaines de moteurs, de quads, des milliers de litres d’essence sont appréhendés et détruits, afin d’amener les orpailleurs clandestins à la faillite.

… contre résilience et adaptation 
Mais ceux-ci font preuve d’une impressionnante résilience et d’une stupéfiante capacité d’adaptation. Ils baissent le coût de leurs exploitations, augmentent leurs marges, contournent les barrages, inventent sans cesse de nouvelles stratégies pour continuer leur exploitation. Constamment sous pression, ils se maintiennent, bien qu’à un niveau bien inférieur à ce qui existait en 2008. Les grands villages ont disparu au profit de campements éphémères, et les chantiers misent désormais sur la vitesse et sur du matériel à bas coût qui peut se remplacer assez facilement. Ils se cachent quand les opérations Harpie fondent sur eux, pour revenir dès que le terrain leur semble libre.

Un colporteur croisé dans la région de l’Inipi. Il porte 50 kg et passe de campement en campement pour vendre ses produits.
Un colporteur croisé dans la région de l’Inipi. Il porte 50 kg et passe de campement en campement pour vendre ses produits.
Un colporteur croisé dans la région de l’Inipi. Il porte 50 kg et passe de campement en campement pour vendre ses produits.
 

Le Parc Amazonien de Guyane n’échappe malheureusement pas au phénomène. Il comprend plusieurs zones qui contiennent des dépôts aurifères, et les orpailleurs en sont bien conscients. Ils y développent donc également leurs chantiers, malgré les efforts fait pour les en retirer.

Réseau d’indépendants
Depuis trois ans, je mène en partenariat avec les FAG une étude destinée à mieux comprendre le système des orpailleurs et leur capacité d’adaptation. Un des points qui a été mis au jour est notamment que, pour leur plus grande partie, les garimpeiros ne sont pas contrôlés par des grands patrons, à la manière d’une mafia, mais ils forment au contraire autant de petits entrepreneurs indépendants les uns des autres.

Lorsque l’un d’entre eux perd ses moyens de production, il libère une niche de marché et un nouveau candidat se présente presque aussitôt. Les prix pratiqués dans les zones d’orpaillage rendent l’investissement de départ rentable et le risque supportable. Ainsi s’explique le fait qu’on trouve toujours plus de quads, de pirogues ou de moteurs dans l’intérieur de la Guyane.

Trois fois le Smic brésilien
Lors de notre expédition, nous avons rencontré certains de ces orpailleurs. Ce n’était pas une surprise, car ils sillonnent en tous sens la forêt guyanaise, qui n’a rien d’impénétrable pour eux. Plus rare, nous sommes tombés sur un chantier en plein fonctionnement. Selon les principes développés dans l’étude FAG/CNRS évoquée plus haut, nous avons noué un contact pacifique et nous avons pu discuter abondamment, pour mieux comprendre leur situation et leur vision de la région que nous visitions. Bien sûr ils sont prévenus qu’ils sont désormais détectés et que la foudre tombera prochainement sur eux. « Comme d’habitude, c’est notre quotidien », répondent-ils…

Une crique en aval d’un chantier d’orpaillage. La couleur de l’eau dit assez l’impact environnemental de l’orpaillage…
Une crique en aval d’un chantier d’orpaillage. La couleur de l’eau dit assez l’impact environnemental de l’orpaillage…

Leur motivation est claire : « L’or se trouve ici, et nous savons comment le trouver. » Ils sont parfaitement conscients que leur activité est illégale et disent comprendre les efforts de répression à leur égard : « Chacun son rôle, les policiers viennent et détruisent nos chantiers, et nous nous extrayons l’or. » La plupart sont des pères ou des mères de famille, et l’or extrait sert à subvenir aux besoins de leurs enfants au Brésil, souvent à leur payer des études (et assez souvent pour devenir avocat(e)… ). « Ce n’est pas bien ce que nous faisons, mais c’est notre seule option. Nous sommes analphabètes pour la plupart, comment avoir un revenu décent au Brésil ? » Il faut dire que 30 grammes d’or par mois, le salaire moyen d’une cuisinière, représente plus de 3 fois le Smic brésilien… De quoi créer des vocations.

Protéger la forêt guyanaise de ces orpailleurs est une gageure au vu de l’immensité du territoire concerné. Les forces de sécurité et les forces armées déployées en Guyane font leur maximum, et le dispositif en place est d’une efficacité redoutable. Mais il manque d’hommes et de matériel pour pouvoir assurer une présence constante dans l’ensemble des zones concernées, et les orpailleurs clandestins utilisent ces interstices dans le temps et dans l’espace pour maintenir leur activité. Protéger la forêt est un bel idéal, mais celui-ci a un coût... Nous, citoyens français, sommes-nous prêts à l’assumer ? ♦

–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–​–
Un court rapport quotidien et quelques photos sont postés chaque jour sur la page Facebook du Raid des 7 bornes et sur le fil twitter @7bornes ; les étapes sont à suivre en direct sur cette carte.

Notes
  • 1. Ce système de la « lance monitor » existait depuis longtemps, mais les Brésiliens l’ont rendu particulièrement souple par l’utilisation de pompes destinées au départ à l’irrigation.

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS