Sections

Prix de l'inventeur européen: Philippe Cinquin en finale !

Prix de l'inventeur européen: Philippe Cinquin en finale !

09.05.2014, par
Philippe Cinquin, médaille 2013 de l'innovation.
Philippe Cinquin, pionnier de l'informatique médicale, est lauréat de la médaille de l'innovation du CNRS 2013. Il a contribué à l'invention des Gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateurs. Il a obtenu la médaille d'argent du CNRS en 2003.
Philippe Cinquin, Serge Cosnier et leurs équipes sont nominés pour le Prix de l'inventeur européen. Avant les résultats, qui seront dévoilés le 17 juin, retour sur le parcours de Philippe Cinquin, pionnier de l’informatique médicale, qui s'était exprimé dans nos colonnes en juillet 2013, juste après avoir reçu la médaille de l’innovation du CNRS.

(Verbatim paru dans le Journal du CNRS en juillet-août 2013)

« Lorsque j’ai lancé, en 1984, les GMCAO (gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur), les robots n’avaient pas encore pénétré le milieu médical. Notre apport, avec mes collègues de TimC-Imag (1), Jocelyne Troccaz et Stéphane Lavallée, a été de proposer une méthodologie permettant d’exploiter des images acquises avant ou durant l’opération (scanner X, échographie, IRM, systèmes de vision par ordinateur jusqu’alors non utilisés en médecine…) et de les fusionner dans un système de référence unique au sein de la salle opératoire. Ce dispositif permet de guider le geste du chirurgien avec une précision inférieure au millimètre. Le tout en offrant une aide soit passive, via la navigation chirurgicale (l’équivalent d’un GPS pour le clinicien), soit active via la robotique médicale.

Des robots au bloc opératoire

Le caractère générique de notre méthode a été facteur de succès et de rapidité. Après une première application spécifique en neurochirurgie pour atteindre des zones du cerveau de manière ultra-précise en 1989, d’autres ont suivi en chirurgie de la colonne vertébrale, en orthopédie, en urologie et en radiothérapie, ou encore en chirurgie endoscopique. Notre technologie a permis, par exemple, de faire chuter les taux de prothèses du genou mal positionnées ou de vis mal insérées en vertébroplastie : ceux-ci sont passés d’environ 20 à 5 % ! En tout, plusieurs dizaines de milliers de patients ont bénéficié de ces applications.

Il s’est rapidement avéré que les GMCAO ne se limitaient pas à l’analyse d’images. Ce domaine de recherche présente de nombreux défis, allant de la conception de nouveaux capteurs à leur calibrage, de la segmentation d’images à leur mise en correspondance… Par exemple, je m’intéresse actuellement à la micronanorobotique médicale, pour concevoir des robots biomimétiques miniaturisés implantables et autonomes, capables de puiser leur énergie dans les milieux physiologiques.

Philippe Cinquin, médaille 2013 de l'innovation.
Philippe Cinquin est à l'origine de la mise au point d'une méthode de contrôle visuel du robot Viky pour le suivi automatique d'instruments laparoscopiques (2).
Philippe Cinquin, médaille 2013 de l'innovation.
Philippe Cinquin est à l'origine de la mise au point d'une méthode de contrôle visuel du robot Viky pour le suivi automatique d'instruments laparoscopiques (2).

Aujourd’hui, l’enjeu est de pouvoir démocratiser les GMCAO avec des solutions légères physiquement et financièrement, et de les améliorer encore pour permettre au médecin de voir au-delà du visible et de personnaliser la planification d’un geste de qualité optimale. Pour relever ce défi, je crois à une approche allant de la recherche fondamentale à l’exploitation industrielle, prenant en compte les questions de formation et la démonstration d’un bénéfice clinique clair en termes de santé publique.

À la croisée des disciplines

Notre méthodologie et la gamme d’innovations qui ont suivi tiennent en partie à mon parcours hybride et à mon goût pour les connexions interdisciplinaires. Parallèlement à mes études médicales, j’ai poursuivi ma formation en mathématiques appliquées. Très tôt, j’ai été porté par cette intuition que les modèles mathématiques et informatiques devaient permettre de comprendre le vivant et d’agir sur la santé.

Cette médaille apporte une reconnaissance à la discipline de l’informatique médicale, encore insuffisamment reconnue, à ses carrières atypiques, et à la dynamique que nous avons lancée – scientifiques, cliniciens et industriels – au service du patient. Espérons que cela suscite des vocations et favorise l’émergence d’un bouquet de champions industriels français dans les GMCAO ! »

1. Techniques de l’ingénierie médicale et de la complexité - Informatique, mathématiques et applications (Unité CNRS/UJF).
2. Projet ANR Tecsan Deporra et Labex Cami, partenariat TimC-Imag, CIC-IT (Inserm/CHU de Grenoble/DGOS/UJF), Endocontrol.

A voir, le film sur ses travaux, réalisé à l'occasion de la médaille de l'innovation 2013 :

video_Philippe_Cinquin

À propos
Fermer
Description: 
Philippe Cinquin est un pionnier de la recherche sur les gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur (GMCAO), qu'il a initiée à Grenoble en 1984, avec en particulier la contribution déterminante de ses collègues Jocelyne Troccaz et Stéphane Lavallée. Ce concept s'est développé autour de l'exploitation d'images multi-modales (échographie, IRM, etc.) et de systèmes de vision par ordinateur, pour une aide soit passive soit active (robotique) au praticien. Pour cela, il a dû résoudre des défis scientifiques et technologiques nombreux...
Année de production: 
2013
Durée: 
4 min 44
Réalisateur: 
Marie Chevais
Producteur: 
CNRS Images

Pour en savoir plus sur le Prix de l'inventeur européen et les finalistes:
www.epo.org/learning-events/european-inventor/finalists/2014/cinquin_fr....
 

Aller plus loin

Coulisses

Philippe Cinquin est un pionnier de l’informatique médicale. Il a contribué à l’invention des gestes médico-chirurgicaux assistés par ordinateur (GMCAO), qui ont bénéficié à des milliers de patients. Recruté au CNRS en 1983, il est aujourd’hui professeur et praticien hospitalier, ainsi que directeur du laboratoire Techniques de l’ingénierie médicale et de la complexité-Informatique, mathématiques et applications de Grenoble (TimC-Imag). Il codirige aussi le Centre d’investigation clinique-Innovation technologique de Grenoble et coordonne le Laboratoire d’excellence Cami. Philippe Cinquin a obtenu la médaille d’argent du CNRS en 2003. Il est à l’origine du dépôt de 28 brevets et a contribué à la création de 10 start-up.

Auteur

Aurélie Sobocinski

Aurélie Sobocinski, née en 1979, est journaliste. Après un début de carrière à Paris, elle écrit désormais depuis Grenoble pour la presse nationale. Auteur d’un ouvrage sur l’innovation éducative, elle se passionne particulièrement pour l’école, l’enseignement supérieur et la recherche.

 

Suivre @a_sobo38

Voir aussi

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS