Donner du sens à la science

A propos

Du 2 juin au 20 juillet 2015, le géographe François-Michel Le Tourneau suit à pied la frontière qui sépare la Guyane française du Brésil. Une grande première, et un défi tout aussi scientifique que sportif : 14 légionnaires et 5 scientifiques l’accompagnent dans cette aventure de 320 kilomètres, à suivre sur ce blog, sur cette carte interactive et sur le compte Twitter @7bornes.

Les auteurs du blog

François-Michel Le Tourneau
Géographe aventurier, membre du Centre de recherche et de documentation sur les Amériques (Creda)

A la une

Mission accomplie !
17.07.2015, par François-Michel Le Tourneau
Mis à jour le 17.07.2015
Nous voici arrivés en borne 7. Après 40 jours de marche, en parvenant au bout de ce Raid des 7 Bornes, nous avons l'impression d'avoir ouvert une nouvelle voie...

C'est évidemment une grande satisfaction pour toute l'équipe, que nous avons dignement fêtée entre nous !
 
A l'issue de cette aventure, je pense important de rendre hommage à ceux qui ont posé les bornes. Sans la technologie moderne qui nous a tant servi, Jean-Marcel Hurault et Pierre Frénay, lors des missions IGN de 1956-57 et 1961-62, ont dressé une cartographie de la zone dont nous avons pu corriger des détails, mais qui n'en reste pas moins d'une remarquable précision.
 
Je souhaite aussi remercier profondément les forces armées de Guyane et le 3e REI en particulier, sans lesquels cette mission n'aurait pas été possible. Outre le soutien logistique, l'osmose entre militaires et scientifiques a été parfaite durant tout le parcours, et je pense que l'expérience a été riche des deux côtés. A renouveler ?
 
Mes remerciements vont aussi bien sûr à tous les partenaires du raid, dont la contribution a été essentielle.
 
Outre le fait d'avoir réussi la traversée ouest-est des Tumuc-Humac (pour autant que ce nom fasse sens...), cette mission nous a permis de collecter une grande quantité de données scientifiques : physionomie des formations forestières, herbiers, données géographiques de grande précision sur la localisation des bornes, sites archéologiques, etc.
 
Ces données trouveront leur sens dans leur analyse, qui va commencer après notre retour. Les informations sur les formations végétales, par exemple, serviront à préciser l'interprétation des images de satellite et à produire une cartographie plus précise de la couverture forestière du sud de la Guyane. Un gros travail de dépouillement va donc commencer dont le produit abondera, nous l'espérons, de nombreux articles scientifiques.
 
Au-delà de ces résultats, l'impression que nous avons d'avoir accompli la mission que nous nous étions fixée vient de la définition de celle-ci : nous nous étions proposé une reconnaissance géographique de la frontière entre la Guyane française et le Brésil. L'objectif était donc autant de collecter des données que d'évaluer comment cette zone pouvait être parcourue et explorée, quelles étaient les zones les plus prometteuses et quels étaient les obstacles.
Un passager clandestin sur mon sac à dos... 
D'autres missions viendront après la nôtre. Elles amélioreront les relevés, découvriront de nouveaux sites ou préciseront tous les détails que le format de raid ne nous a pas permis d'approfondir. Elles se baseront cependant sans doute en grande partie sur notre expérience et sur la démonstration que nous avons faite que la traversée longitudinale à pied du sud de la Guyane est possible.
 
C'est en ce sens que, un peu comme en alpinisme ou en escalade, nous avons le sentiment d'avoir ouvert une nouvelle voie.
 
 

Commentaires

4 commentaires

Bravo! Juste avec le petit remarque qu'il y a dix ans, j’ai déjà fait avec des Wayana du Haut Maroni le parcours Aletani, Kule-Kule, Mitaraka, Mont Tchoukouchipann, et le T1 (Mont Tukusipan) que nous avons grimpé pour atteindre son sommet, et nous avions un bivouac au pied du T1, c’est-à-dire, tout près le bivouac 8 du « raid des sept bornes ». Une région magnifique! Et pas du tout un forêt vierge, comme souvent imaginé. Nos découvertes archéologiques, historiques, et botaniques, faites dans ce secteur pendent notre expédition de 2004 sont déjà publié dans "Au Cœur des Tumuc-Humac" (Eric Pellet et Daniel Saint-Jean, 2006) et dans ma thèse de doctorat (Renzo Duin, 2009), entre autres.
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS