Sections

D'où vient le chien ?

D'où vient le chien ?

02.06.2016, par
Non, l’ancêtre du chien n’est pas à 100 % asiatique, comme le pensaient la plupart des généticiens. Le meilleur ami de l’homme serait issu du croisement entre un cousin domestiqué en Asie de l’Est et un autre domestiqué en Europe de l’Ouest. C’est ce que montre pour la première fois une étude internationale. Explications.

Retracer précisément l’histoire de la domestication du chien est crucial pour la recherche fondamentale. Ce sujet nécessite une approche interdisciplinaire comme l’illustre une nouvelle étude internationale1 qui réunit des archéozoologues et des paleogénéticiens. Pilotés par une équipe de l’université d’Oxford en Angleterre, ces travaux ont mobilisé plusieurs laboratoires français2.

« En savoir plus à ce sujet permet d’en savoir plus sur notre propre histoire ; car l’histoire du chien constitue une part de l’histoire de l’humanité », explique Anne Tresset3, archéozoologueFermerL’archéozoologie vise à reconstituer l’histoire des relations naturelles et culturelles entre l’homme et l’animal. à Paris et coauteur de l’étude. En effet, d’une part, le chien présente la particularité d’être le premier à avoir été domestiqué par l’homme : « Il vit dans des sociétés humaines depuis la fin du Paléolithique supérieur, c’est-à-dire depuis au moins 15 000 ans. À titre de comparaison, la domestication des bovins, du mouton, de la chèvre et du porc n’a eu lieu, elle, que plusieurs millénaires après, au Néolithique, soit il y a 10 500 ans », précise notre contact. D’autre part, le chien a un statut très particulier : « Il est le meilleur ami de l’homme, et le fut sans doute dès l’origine. On a par exemple retrouvé des ossements de chiens aux côtés de défunts dans des tombes de la culture proche-orientale natoufienne, remontant à l’Épipaléolithique, donc à plus de 11 000 ans… », poursuit Anne Tresset.

Pas UNE seule domestication de loups… mais DEUX !

Plus précisément, la nouvelle étude suggère que le chien dérive non pas d’une seule, mais de deux domestications indépendantes de loups : une, survenue en Europe il y a au moins 15 000 ans ; et l’autre, en Asie de l’Est, il y a au moins 12 500 ans. Puis entre le Ve et le IVe millénaire avant notre ère, des chiens d’Asie auraient migré vers l’Europe, sans doute en même temps que des populations humaines. Là, ils se seraient reproduits avec des chiens européens. Leurs descendants auraient ensuite peu à peu remplacé les chiens d’origine.

Pétroglyphes datant de l'Age du bronze, représentant trois hommes avec des haches accompagnés de chiens.
Pétroglyphes datant de l'Age du bronze, représentant trois hommes avec des haches accompagnés de chiens.

Dans les faits, les archéozoologues soupçonnent une double origine du chien depuis plusieurs décennies déjà. Et ce grâce à l’étude de restes de chiens anciens, datés de la fin du Paléolithique supérieur ou de l’Épipaléolithique. Problème, les généticiens restaient, eux, persuadés qu’il n’y avait eu qu’une seule domestication : en Asie.

Et pour cause : les généticiens en question analysaient l’ADN des chiens actuels. Lesquels appartiennent majoritairement à un ensemble de lignées génétiques particulier, d’origine asiatique : l’haplogroupe A. « Le problème avec cette démarche est qu’en cas d’événements gommant complètement le pool génétique antérieur de la population analysée – comme ici, l’arrivée de chiens asiatiques en Europe –, il est impossible de “voir” ce qu’il y avait avant, soit ici le fait qu’il existait déjà, avant l’arrivée des chiens asiatiques, des chiens en Europe de l’Ouest, appartenant à l’haplogroupe C… », explique Anne Tresset.

Des os remontant à l’époque des tout premiers chiens

« La force de notre nouvelle étude est justement qu’elle a permis d’analyser pour la première fois l’ADN de nombreux restes archéologiques couvrant une longue période de l’histoire du chien, les plus vieux remontant à 14 000 ans, soit au début de l’histoire évolutive de ce mammifère. De plus, nos échantillons provenaient de différentes zones géographiques en Europe (France, Suisse, Allemagne, Roumanie…) et en Asie (Iran, Turkménistan, Russie asiatique) », souligne la paléogénéticienneFermerLa paléogénétique (ou paléogénomique) s’intéresse à l’analyse de l’ADN des êtres vivants du passé. lyonnaise Catherine Hänni4.

La force de notre
étude est qu’elle a
permis d’analyser
pour la première
fois l’ADN de
nombreux restes
archéologiques.

Concrètement, les chercheurs ont reconstitué l’histoire évolutive des chiens en étudiant 59 restes archéologiques de chiens qui ont vécu entre 14 000 et 3 000 ans avant le présent. Les scientifiques ont extrait l’ADN ancien de ces ossements puis ont séquencé l’ADN mitochondrial (présent dans des structures particulières des cellules : les mitochondries). Le génome complet des restes d’un chien vieux de 4 800 ans a également été séquencé.

« Cette recherche n’aurait jamais abouti sans la collaboration étroite entre l’archéozoologie, la paléogénétique et l’analyse génomique », se réjouit Catherine Hänni.

Crâne et mandibule de chien provenant du site néolithique de Bercy (Paris, ca. 4000 av. J.-C.) où plusieurs spécimens ont été séquencés pour l’étude.
Crâne et mandibule de chien provenant du site néolithique de Bercy (Paris, ca. 4000 av. J.-C.) où plusieurs spécimens ont été séquencés pour l’étude.

Une alliance tripartite gagnante

En pratique, les archéozoologues ont permis l’accès aux différents restes archéologiques de chiens analysés ici, qu’ils avaient étudiés lors de précédentes études indépendantes. « À elle seule, notre équipe a fourni plus des trois quarts des échantillons étudiés », indique Anne Tresset. Puis, les paléogénéticiens – dont l’équipe lyonnaise de Catherine Hänni – ont extrait et séquencé l’ADN des ossements collectés par les archéozoologues. Enfin, l’équipe d’Oxford a réalisé une modélisation informatique à partir des séquences génétiques anciennes et de celles de 2 500 chiens modernes étudiés précédemment. Ce qui a permis au final de reconstituer l’arbre évolutifFermerReprésentation schématique montrant les liens de parentés entre différents groupes d’êtres vivants. du chien.

Séquençage des génomes de chiens modernes et d'un chien ancien (Newgrange, 4800 AP) montrant une divergence entre des ancestralités européennes (jaune) et asiatiques (rouge).
Séquençage des génomes de chiens modernes et d'un chien ancien (Newgrange, 4800 AP) montrant une divergence entre des ancestralités européennes (jaune) et asiatiques (rouge).

Chose surprenante, cette modélisation a révélé une divergence entre les chiens originaires d’Asie de l’Est et ceux d’Europe, remontant à il y a moins de 14 000 ans… soit après l’apparition du chien en Europe ! D’où la conclusion qu’il y avait à l’origine deux populations distinctes de chiens : une en Asie et une en Europe. Autre résultat important : les analyses des ADN mitochondriaux des chiens modernes et anciens ont montré que, si la majorité des anciens chiens européens appartenaient à l’haplogroupe C (60 % des chiens) ou D (20 %), la plupart des chiens européens modernes sont de l’haplogroupe A (64 %) et B (22 %), tous deux d’origines asiatiques. Ce qui est cohérent avec une arrivée de chiens originaires d’Asie en Europe.

D’autres zones d’ombre à éclaircir

À l’avenir, les équipes d’Anne Tresset et de Catherine Hänni espèrent pouvoir éclaircir plusieurs autres zones d’ombre de l’histoire européenne et proche-orientale du chien. « Par exemple, nous voudrions tenter de comprendre pourquoi on trouve dans l’Ouest de l’Europe plutôt des chiens petits, alors qu’à l’Est de l’Europe on a plutôt des grands types. Plus largement, nous souhaiterions étudier les facteurs à l’origine de l’évolution de la taille, de la couleur ou encore de la forme des chiens lors de leur histoire évolutive (sélection par l’homme,…) », précise Anne Tresset. L’histoire du chien est donc loin d’avoir livré tous ses secrets.

Notes
  • 1. « Genomic and archaeological evidence suggest a dual origin of domestic dogs », Science, 1er juin 2016.
  • 2. Plate-forme nationale de paléogénétique (CNRS/ENS de Lyon), Institut de génomique fonctionnelle de Lyon (CNRS/ENS de Lyon/Univ. Lyon 1), Laboratoire d’écologie alpine (CNRS/Univ. Joseph Fourier/Univ. de Savoie) ; Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements (CNRS/MNHN) ; Institut de génétique et développement de Rennes (CNRS/Univ. de Rennes 1).
  • 3. Archéozoologie, archéobotanique : sociétés, pratiques, environnements.
  • 4. Plate-forme nationale de paléogénétique, Institut de génomique fonctionnelle de Lyon, Laboratoire d’écologie alpine.
Aller plus loin

Auteur

Kheira Bettayeb

Journaliste scientifique freelance depuis dix ans, Kheira Bettayeb est spécialiste des domaines suivants : médecine, biologie, neurosciences, zoologie, astronomie, physique et nouvelles technologies. Elle travaille notamment pour la presse magazine nationale.

Voir aussi

Zoologie
Domestication

Commentaires

1 commentaire

Bonjour, En Europe une série de races descendraient du dogue du Tibet (Montagne des Pyrénées, Saint-Bernard, Leonberg...), chiens de très grandes tailles. Cette race "originelle" aurait-elle été étudiée génétiquement ce qui semblerait intéressant du fait de la forte diffusion de ses descendants ?
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS