Sections

La petite ceinture de Paris, un monde à part

La petite ceinture de Paris, un monde à part

27.04.2017, par
L’ancienne ligne de la petite ceinture couvre 32 kilomètres tout autour de Paris, intra-muros.
Autour de Paris, existe une ancienne voie de chemin de fer, la «petite ceinture», laissée en friche mais fréquentée par de nombreux promeneurs. L’anthropologue Julie Scapino a étudié cet espace si particulier qui, recolonisé par la faune et la flore, accueille une étonnante biodiversité.

« On pense qu’il y a des renards », glisse Julie Scapino, auteur d’une thèse sur la reconquête de la petite ceinture de Paris. Dans cette ligne de chemin de fer, construite autour de la capitale au XIXe siècle et aujourd’hui largement fermée à la circulation comme au public, fouines, hérissons et lézards des murailles ont reconquis un espace laissé en friche. Des plantes exotiques ou invasives, comme le robinier faux acacia et l’ailante, émaillent des tapis de verdure traversés par les rails… et quelques promeneurs. Car les clôtures n’empêchent pas les Parisiens d’enjamber les interdits pour quitter l’agitation urbaine – à l’instar des amateurs de virée dans les catacombes. « Il s’agit d’un espace à part, très différent d’un parc aménagé ou d’un bois aux abords de la ville, insiste Julie Scapino, qui travaille actuellement au Laboratoire dynamiques sociales et recomposition des espaces1 (LADYSS). C’est un terrain privilégié pour interroger le rapport des citadins à la biodiversité, et l’idée d’une cohabitation avec un environnement plus sauvage. »
 
Cette petite ceinture fait l’objet de débats à chaque élection municipale : faut-il l’aménager, et si oui comment ? Une vaste entreprise de reconquête a été lancée par la ville de Paris. Au programme : des espaces de promenade, des activités culturelles, une mise en valeur de l’écosystème…

 

C’est un terrain privilégié pour interroger le rapport des citadins à la biodiversité.

« Le terrain est déjà engagé dans une transition, relève Julie Scapino, puisque plusieurs tronçons ont été ouverts au public ces dernières années. » C’est dans ce cadre qu’elle a réalisé une thèse Cifre, en collaboration avec le Muséum national d’histoire naturelle et la municipalité. « L’idée était de confronter les perspectives d’aménagement et la réalité des usages sur place. »

Durant un peu plus de trois ans, elle a nourri un dialogue permanent avec les responsables administratifs de la ville, d’une part, les promeneurs et amateurs et de la petite ceinture, d’autre part.
 
Un espace de liberté
Douze mois d’immersion dans cet espace lui ont permis de constater que les points d’accointance sont rares. « Les habitués ne viennent pas en premier lieu pour la nature et ne pensent pas celle-ci en des termes écologiques, observe la chercheuse. D’ailleurs, certains connaissaient mal le sens du mot “biodiversité”. » La nature est perçue comme faisant partie de l’identité du lieu, attestant son caractère sauvage et débridé. « Pour eux, c’est d’abord un environnement en dehors de la ville et des normes, fonctionnant suivant des règles différentes et octroyant une plus grande liberté. » Au fil des entretiens et des observations, la chercheuse a relevé une foule d’usages absents des espaces publics plus classiques. « Même la sociabilité est différente : on se salue comme sur un chemin de randonnée, on se regroupe plus facilement et on discute davantage entre promeneurs. »
 

Cet espace en friche est un lieu propice aux expérimentations urbaines et à la création artistique.
Cet espace en friche est un lieu propice aux expérimentations urbaines et à la création artistique.

Dans cet espace à la fois ouvert au grand air et interdit d’accès, public en apparence mais propriété de la SNCF –, les inhibitions se relâchent. « Les pratiques créatives ou artistiques y sont plus fréquentes », note Julie Scapino. Il y a beaucoup de graffs, mais aussi de la photographie, des tournages de petits films, des bricolages improvisés ici ou là, avec ce qui traîne… « On observe aussi plus d’expérimentations corporelles, un débridage des corps et des esprits : on chante, on danse, on crie… La friche est un formidable terrain de jeu. »
 

On observe un débridage des corps et des esprits : on chante, on danse, on crie...

La présence policière est faible, les promeneurs se surveillent moins les uns les autres et il s’exerce une certaine autorégulation ; et même les riverains, dont les fenêtres donnent sur la petite ceinture, n’y voient généralement pas à redire.

 
Une domestication inéluctable ?
« Il y a de rares plaintes à cause du bruit ou lorsque des cailloux sont jetés contre les immeubles », nuance Julie Scapino. Car cette liberté entraîne des transgressions – consommation de joints… – et des situations plus douloureuses. « Des sans-abri vivent sur la petite ceinture et dans des abris de fortune, parfois depuis des années. » Difficile d’imaginer que cet espace alternatif, avec ses avantages et ses revers, puisse perdurer au fil des réaménagements envisagés par la ville de Paris. « Il y a de fait un important décalage entre l’identité du lieu, les usages qui y ont cours, et le nouveau statut que la mairie construit pour cet espace. » Dans un milieu urbain saturé et par définition réglementé, laisser un environnement en friche échapper à toute forme de contrôle semble difficilement tenable d’un point de vue politique.

Certaines portions de la «petite ceinture» ont été réhabilités par la municipalité, comme ici, entre la rue Olivier-de-Serres et la rue Desnouettes (XVe arrondissement), où une promenade a été aménagée.
Certaines portions de la «petite ceinture» ont été réhabilités par la municipalité, comme ici, entre la rue Olivier-de-Serres et la rue Desnouettes (XVe arrondissement), où une promenade a été aménagée.

Optimiste, Julie Scapino considère cependant avoir été entendue. « Mon travail est diffusé auprès de tous les collectifs chargés de réhabiliter la petite ceinture et au sein de la Mairie de Paris, explique-t-elle. Il n’y a pas d’application directe, mais cela contribue à forger une représentation du lieu, davantage fondée sur l’idée de liberté et d’autorégulation. » Tout ne sera pas forcément aménagé, certains espaces pourraient par exemple encourager la créativité ou même être laissé en friche, tout en étant de fait soumis à davantage de contrôle. « Il ne faut pas se faire d’illusion, conclut-elle, l’ouverture officielle au public entraîne presque automatiquement une domestication de l’espace. » Et les renards, s’ils sont bien là, devront trouver d’autres voies de passage à travers Paris.
 
 
Ce travail a été présenté dans ses grandes lignes jeudi 27 avril 2017, à l’Institut d'études avancées de Paris, lors d’une série de conférences sur les « nouveaux usages de l'espace public pour la conception d'une ville durable ».
 
 

Notes
  • 1. Unité CNRS/Université Paris-Nanterre/Université Panthéon-Sorbonne/Université Paris-Diderot/Université Vincennes-Saint-Denis.
Aller plus loin

Partager cet article

Auteur

Fabien Trécourt

Formé à l’École supérieure de journalisme de Lille, Fabien Trécourt travaille pour la presse magazine spécialisée et généraliste. Il a notamment collaboré aux titres Sciences humaines, Philosophie magazine, Cerveau & Psycho, Sciences et Avenir ou encore Ça m’intéresse.

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS