Sections

Les nouveaux chemins de l’ethnologie

Les nouveaux chemins de l’ethnologie

13.03.2015, par
Journées de l'ethnologie au musée du quai Branly
Lecture d’ouvrages d’anthropologie durant l’édition 2013 des Journées de l’ethnologie au musée du quai Branly.
Le grand public a rendez-vous avec l'ethnologie ce week-end au musée du quai Branly. L’occasion pour Frédéric Keck, directeur du département de la recherche et de l’enseignement du musée, d'évoquer les nouveaux visages de cette discipline.

L’organisation de cette deuxième édition des Journées de l’ethnologie répond-elle à la nécessité de faire connaître votre discipline ?
Frédéric Keck1 : La création du musée du quai Branly a accompagné un profond changement de l’ethnologie. Nous souhaitons montrer les travaux de chercheurs qui ont marqué la discipline, comme Bruno Latour, sur l’écologie ou Michael Houseman, sur le rituel, mais aussi de jeunes ethnologues qui ont travaillé au musée sur la relation entre humains et bovins en Éthiopie, les musiques rebelles touareg ou le tourisme sexuel des femmes à Zanzibar.

Nous ne sommes plus dans l’ethnologie « exotique » qui étudiait les peuples « sauvages ». Cela signifie-t-il que cette science s’est rapprochée et adaptée à la mondialisation ?
F. K. : Depuis les années 1970, le lien entre ethnologie et colonialisme a été remis en cause. Il ne s’agit plus de classer les cultures depuis un point de vue surplombant, mais de percevoir les problèmes depuis des points de vue différents. Si toutes les sociétés sont prises dans un processus mondialisé d’interdépendance, elles ne posent pas de la même façon les problèmes communs. Les questions écologiques contemporaines, par exemple, n’opposent plus des sociétés sauvages et des sociétés modernes : ces questions concernent toutes les sociétés, et chacune peut apprendre comment les autres aménagent leur environnement. Les communautés locales perçoivent différemment ces changements et peuvent construire des outils de gestion alternatifs.

En ce sens, vous êtes des porte-parole, des messagers entre les sociétés ?
F. K. : Les peuples dits autochtones n’ont pas besoin des ethnologues pour s’organiser et se défendre, mais nous pouvons montrer comment ces populations répondent à des problèmes qui affectent tout le monde. L’étude que j’ai menée sur la perception de la grippe aviaire en Chine du Sud en lien avec les dispositifs d’anticipation des zoonosesFermerMaladies infectieuses transmissibles des animaux vertébrés à l’homme et inversement. a permis de comparer trois conceptions des relations humains et oiseaux. Les bouddhistes relâchent des oiseaux achetés sur les marchés pour favoriser le cycle des âmes, mais les biologistes montrent que cela augmente le risque d’infection par la grippe aviaire. Les ornithologues proposent une médiation en relâchant des oiseaux équipés de GPS depuis des temples. Pour ces trois groupes, que j’ai appelés sentinelles, les oiseaux sont perçus comme des signaux d’alerte des maux qui affectent les humains, comme les pandémies ou le réchauffement climatique. Cela m’a permis de mettre en évidence de nouvelles relations entre humains et animaux.

Comment choisissez-vous vos sujets d’étude ?
F. K. : Les jeunes ethnologues effectuent des recherches sur des sujets transversaux. Nous suivons les idées et les objets qui circulent entre les sociétés en les considérant comme des objets de curiosité au sens où ils incitent à une éducation du regard. L’enquête d’Emmanuel Grimaud sur les robots montre par exemple que, si nos sociétés occidentales redoutent de voir les machines remplacer l’homme, les sociétés indiennes et chinoises n’ont pas cette crainte, elles s’interrogent plutôt sur la possibilité pour les hommes de s’identifier et de s’attacher à des robots. L’ethnologie permet de décaler le regard, de problématiser le contemporain de manière différente et de rouvrir l’éventail des possibles.

Si vos sujets traitent de tout ce qui fait la vie moderne, qu’est ce qui vous différencie des sociologues ?
F. K. : La sociologie et l’ethnologie ont des histoires différentes, mais elles se sont rapprochées dans leurs méthodes et leurs objets. Claude Lévi-Strauss a ainsi forgé le terme d’anthropologie sociale pour les réunir. Reste que l’ethnologie cherche davantage à saisir la différence, l’étrangeté, de façon plus qualitative, avec des enquêtes de longue durée et la participation à la vie quotidienne. Et elle interroge les concepts fondamentaux des sciences sociales, comme l’opposition entre nature et société, dont les travaux de Philippe Descola montrent qu’elle n’est pas universelle.

À voir :

« L’ethnologie va vous surprendre ! Deux jours pour explorer le XXIe siècle »,
les 14 et 15
 mars, au musée du quai Branly, à Paris

Notes
  • 1. Chercheur attaché au Laboratoire d’anthropologie sociale (CNRS/Collège de France/EHESS).
Aller plus loin

Partager cet article

Auteur

Carina Louart

Journaliste et auteur, Carina Louart est spécialisée dans les domaines du développement durable, des questions sociales et des sciences de la vie. Elle est notamment l’auteur de La Franc-maçonnerie au féminin, paru chez Belfond, et de trois ouvrages parus chez Actes Sud Junior : Filles et garçons, la parité à petits pas ; La Planète en partage à petits pas ; C’...

À lire / À voir

Un monde grippé, Frédéric Keck, Flammarion, coll. « Documents et essais », 2010, 350 p., 21,40 €

 

« Des hommes malades des animaux », Frédéric Keck et Noélie Vialles (dir.), Cahiers d’anthropologie sociale, n° 8, L’Herne, 2012, 184 p., 151 €

Voir aussi

Ethnologie

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS