Sections

Moustique tigre: une inquiétante invasion

Moustique tigre: une inquiétante invasion

20.08.2015, par
Aedes albopictus
Aedes albopictus
À la faveur de la mondialisation et du changement climatique, des moustiques vecteurs de maladies autrefois cantonnées aux Tropiques colonisent l'Europe. Les chercheurs tentent de mieux comprendre les mécanismes d’invasion de ces insectes.

S’ils ont toujours été perçus comme une nuisance essentiellement estivale et nocturne, les moustiques sont devenus une réelle menace pour la santé en France métropolitaine : après la dengue et le chikungunya, c’est désormais la fièvre zika que l’on redoute de voir débarquer par l'intermédiaire du moustique tigre. « Aedes albopictus, ou moustique tigre, est originaire d’Asie, explique Frédéric Simard, directeur du laboratoire Mivegec1 (Maladies infectieuses et vecteurs : écologie, génétique évolution et contrôle). Il a entamé une invasion mondiale dans les années 80 et a successivement colonisé l’Amérique du Nord, du Sud, l’Europe et l’Afrique. Sa capacité de dispersion à une si grande échelle provient de ses œufs, capables de résister longtemps à la dessiccationFermerélimination quasi-complète de l'eau contenue dans un tissu ou un organisme . Une fois pondus, ils peuvent survivre jusqu’à six mois dans l’attente d’une mise en eau. »

Moyen de transport privilégié de cet insecte : les équipements destinés à l'exportation - notamment les pneus dans lesquels les femelles pondent. A destination, le moustique actif en journée continue sa propagation en pénétrant dans les véhicules des touristes, notamment.

Une colonisation qui s'accélère

L’équipe de Frédéric Simard travaille justement à modéliser la progression  du tigre en France métropilitaine où depuis 2003, profitant à la fois de la mondialisation et du réchauffement climatique, il s'est invité aux côtés des deux principaux genres de moustiques autochtones : les culex et, dans une moindre mesure, les anophèles. Les chercheurs étudient ainsi les paramètres physiologiques et génétiques qui favorisent la diffusion de ce moustique : sa durée de vie, sa fécondité, l’influence de la température ou du microbioteFermercommunauté des micro-organismes vivant dans un environnement spécifique, par exemple l'intestin d'un animal ou le sol d'une forêt du moustique… Leurs travaux, publiés en mai dans PLoS ONE, montrent que la colonisation s’accélère. « Aedes albopictus a été découvert pour la première fois en Europe en Albanie, à la fin des années 70, raconte Frédéric Simard. Il a atteint l’Italie dans les années 90 avant d’arriver en France en 2004. S’il a mis plus de cinq ans pour aller de Menton à Montpellier, on le retrouve à présent dans vingt départements. » Il semble même que le moustique commence à s'implanter au nord de la Loire où, après que des adultes ont été ponctuellement reperés en 2014, ce sont des larves qui viennent d'être découvertes dans la capitale ainsi que dans les environs de Strasbourg.
 

Répartition du moustique tigre dans le Sud de la France
Carte indiquant les pièges où ont été retrouvés des moustiques tigres selon l'année (vert, jaune, bleu, rouge, orange correspondant aux pièges collectés respectivement en 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010 par l'Entente Interdépartementale de Démoustication).
Répartition du moustique tigre dans le Sud de la France
Carte indiquant les pièges où ont été retrouvés des moustiques tigres selon l'année (vert, jaune, bleu, rouge, orange correspondant aux pièges collectés respectivement en 2006, 2007, 2008, 2009 et 2010 par l'Entente Interdépartementale de Démoustication).

La mondialisation des échanges permet une diffusion de plus en plus rapide des vecteurs et des virus.

Bien qu’il provienne de zones rurales, le moustique tigre s’est parfaitement adapté à l’environnement urbain. La température y varie moins qu’à la campagne, il y rencontre moins de prédateurs, davantage de personnes à piquer et de nombreux abris. Le moustique y pond ses œufs qui disposent, en plus de leur résistance à la dessiccation, d’une solide capacité de diapause - une forme d’hibernation leur permettant de passer l’hiver et de ne se réactiver qu’au printemps. Ils évitent ainsi toute éclosion en période de froid, ce qui les tuerait. Si le froid protège encore le nord de la France de l’invasion du moustique tigre, il n’est pas exclu qu’une mutation modifie les seuils de tolérance de la diapause et lui permette de déjouer cet obstacle.

Lutte contre les moustiques dans le sud de la France
Traitement par épandage des larves de moustiques d'un fossé d'eaux usées en milieu urbain.
Lutte contre les moustiques dans le sud de la France
Traitement par épandage des larves de moustiques d'un fossé d'eaux usées en milieu urbain.

À la différence de certains moustiques anophèles, Aedes albopictus ne transmet pas le paludisme. Il est en revanche un vecteur extrêmement efficace des virus de la dengue, du chikungunya, et du zika. Ce dernier, moins connu et pour lequel il n’existe aucun vaccin ni traitement, a fait l’objet début août d’un rapport du Haut conseil de la santé publique quant aux risques de son arrivée en France métropolitaine. Découvert dans les années 70, le virus zika a provoqué sa première épidémie en 2007 en Micronésie. Les chercheurs ont également constaté que certaines épidémies de dengue et de chikungunya, comme celle du Gabon en 2007, étaient accompagnées d’une prolifération concomitante du Zika - une fièvre qui a touché jusqu’à 55000 personnes en Polynésie en 2013.

Premiers cas de transmission autochtone

« Dengue, chikungunya ou zika ne sont pas endémiquesFermerse dit d'une maladie qui sévit de manière permanente dans une région donnée en France métropolitaine, mais ces maladies sont fréquemment importées par des voyageurs qui se contaminent en zone tropicale, précise Frédéric Simard. Pour que la transmission devienne autochtone, il faut qu'un moustique tigre pique le voyageur malade après son arrivée en métropole, s'infecte et transmette le virus à d'autres personnes. » En 2014, 489 cas de chikungunya et 201 cas de dengue importés ont été recensés, huit cas de transmission autochtone de dengue et onze cas autochtones de chikungunya ont été confirmés en région Provence-Alpes-Côte d'Azur et à Montpellier... Pas de quoi déclencher une épidémie, mais preuve que la menace est devenue bien réelle. « La mondialisation des échanges permet une diffusion de plus en plus rapide des vecteurs et des virus, souligne Frédéric Simard.. Le changement climatique entre également en jeu, et pas seulement pour des questions de température. » Ainsi, les onze cas autochtones de chikungunya de Montpellier seraient liés aux pluies exceptionnelles de 2014, qui ont provoqué la prolifération des insectes vecteurs de la maladie (voir l'étude publiée en juin dans PLoS ONE).

Larves de moustiques
Larves de moustiques.
Larves de moustiques
Larves de moustiques.
 

Bientôt, les bactéries ?

Mais les moustiques ne transmettent pas que des virus ou des protozoairesFermerorganisme unicellulaire doté d'un noyau et qui se nourrit par absorption (phagocytose) d'autres organismes  comme le plasmodium responsable du paludisme : ils peuvent en plus être vecteurs de bactéries. Une équipe de la faculté de médecine d’Aix-Marseille et du Laboratoire d’écologie vectorielle et parasitaire de Dakar vient de montrer pour la première fois que Anopheles gambiae, le principal vecteur du paludisme en Afrique sub-saharienne, pouvait aussi transmettre Rickettsia felis. Cette bactérie, qui provoque notamment le typhus, était jusque-là surtout transmise par les tiques, les puces et les poux (voir ces travaux publiés le 8 juin dans PNAS).
 
« Anopheles gambiae n’est pas présent en France, car il ne passerait pas l’hiver, rassure Philippe Parola, chef de l’équipe Veille et approche entomologique des maladies vectorisées émergentes au sein de l’Unité de recherche en maladies infectieuses et tropicales émergentes (URMITE)2. Mais d’autres anophèles vivent sur notre territoire et ont été historiquement des vecteurs de paludisme avant sa disparition de métropole. » Décrite en 2002, Rickettsia felis n’a officiellement provoqué qu’une centaine de cas de fièvre en Afrique, mais pourrait être responsable de 5 à 15 % des cas de fièvres inconnues en zone subsaharienne. Une étude est prévue dès le mois de septembre pour savoir si le moustique tigre pourrait lui aussi transmettre cette bactérie... Un motif d'inquiétude de plus pour les autorités sanitaires européennes.

Notes
  • 1. UMR5290 CNRS/IRD/Université de Montpellier
  • 2. UMR 7278 CNRS/INSERM/IRD/Université Aix-Marseille
Aller plus loin

Auteur

Martin Koppe

Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille, Martin Koppe a notamment travaillé pour les Dossiers d’archéologie, Science et Vie Junior et La Recherche, ainsi que pour le site Maxisciences.com. Il est également diplômé en histoire de l’art, en archéométrie et en épistémologie.

Voir aussi

Commentaires

1 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS