Sections

Réimaginer l’Histoire pour mieux la comprendre

Réimaginer l’Histoire pour mieux la comprendre

27.07.2016, par
Image tirée de "The man in the high castle", série TV adaptée d'un roman uchronique de Philip K. Dick
"The man in the high castle", série TV adaptée d'un roman uchronique de Philip K. Dick
Que serait-il advenu si Hitler était devenu un peintre reconnu en 1914, ou si Napoléon avait vaincu à Waterloo ? Deux historiens proposent de revisiter leur discipline en partant de ce genre de raisonnements contrefactuels.

Dans leur ouvrage Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, récemment paru au Seuil, Pierre Singaravélou, professeur d’histoire contemporaine à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, et Quentin Deluermoz, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris 13, tous deux membres de l’Institut universitaire de France, tentent de cerner les conditions d’un usage légitime de l’uchronie dans les sciences sociales. Ils repensent ainsi les enjeux de la causalité et de la vérité, des rapports entre histoire et fictions, entre déterminisme et contingence, allant jusqu’à ouvrir la voie vers une sorte d’histoire expérimentale.

Si l’intérêt de l’uchronieFermergenre qui repose sur le principe de la réécriture de l'Histoire à partir de la modification d'un événement du passé n’est plus à démontrer dans le domaine de la littérature, du cinéma et de la fiction en général, ce n’est que depuis peu que l’histoire en tant que discipline s’intéresse à ce que l’on appelle le raisonnement contrefactuel. En quoi consiste une telle démarche ?
Q. Deluermoz : La question contrefactuelle « Que se serait-il passé si tel ou tel événement n’avait pas eu lieu ? » procède d’un raisonnement ordinaire : nous y recourons quotidiennement pour apprécier un fait, pour évaluer l’impact d’un phénomène ou la pertinence de nos propres choix, les regretter ou nous en féliciter. Les psychologues ont démontré son importance dans les processus de prise de décision et dans l’apparition et le développement des émotions telles que le regret, le sentiment d’injustice ou au contraire de soulagement et de satisfaction : il suffit de constater, dans les compétitions sportives, la déception du deuxième imaginant qu’il aurait pu être premier, tandis que le troisième s’estime heureux, considérant qu’il aurait pu ne pas figurer sur le podium. En fait, on retrouve cette question contrefactuelle un peu partout dans le monde. Les neurosciences estiment qu’il s’agit d’un mode de raisonnement propre à l’espèce humaine, traduisant le rôle de l’imagination dans la saisie du réel. Les artistes et les écrivains s’en sont tôt emparés, avec par exemple l’essor de l’uchronie à partir du milieu du XIXe siècle, le roman, le théâtre moderne et le cinéma aujourd’hui, à l’instar d’Inglorious Basterds de Quentin Tarantino. Les productions culturelles d’inspiration contrefactuelle paraissent même se multiplier ces derniers temps, dans la période d’incertitudes que nous traversons, marquée par la mondialisation, la supposée fin des grandes idéologies, la dissolution de l’idée d’un progrès inéluctable, une confusion croissante entre le réel et la fiction, l’obsession du présent ou le désir de futurs autres.

Que ce serait-il passé si la chute du Mur de Berlin n’avait pas eu lieu en novembre 1989 ?
Que ce serait-il passé si la chute du Mur de Berlin n’avait pas eu lieu en novembre 1989 ?

Qu’est-ce que le raisonnement contrefactuel peut apporter à la recherche historique et aux sciences humaines en général ?
P. Singaravélou: Les philosophes, à la suite de David Hume, s’intéressent depuis longtemps aux théories contrefactuelles pour appréhender la causalité : « un objet est la cause d’un autre » parce que « si le premier objet n’avait pas existé, le second n’aurait jamais existé », écrit l’auteur de l’Enquête sur l’entendement humain (1748). Dans les années 1970-1980, David Lewis a prolongé cette réflexion en recourant à la logique modale afin d’élaborer un outil pour distinguer le vrai du faux. Il théorise des mondes possibles répondant à des critères logiques élaborés afin de les comparer au monde actuel : un phénomène est possible lorsqu’il est vrai dans au moins un monde possible, nécessaire lorsqu’il l’est dans tous les mondes possibles. Certains sociologues utilisent également la démonstration contrefactuelle pour souligner ce qui est contingent dans la société et lutter contre ce que Pierre Bourdieu qualifiait « d'illusion rétrospective finaliste » . Il considère qu’elle permet de dénaturaliser l’ordre social et la manière dont ce dernier tend à rabattre les virtualités dans ses filets, rendant par là-même l’alternative impensable. Dans le domaine de la sociologie de l’art, elle permet de révéler le travail de création à l’œuvre en soulignant les hésitations, les étapes inachevées, les choix effectués en fonction des contraintes artistiques, politiques et financières.

Les économistes
ont développé
une méthodologie
contrefactuelle
afin d’évaluer
et d’accroître
l’efficacité
des politiques
économiques.

Les économistes, de leur côté, ont développé une méthodologie contrefactuelle afin d’évaluer et d’accroître l’efficacité des politiques économiques. Il est ainsi possible d’évaluer l’impact d’une décision en mesurant l’écart entre deux groupes de population : le premier bénéficiant de cette nouvelle politique économique et le second – réel ou imaginaire – étant privé de cette même mesure. Les spécialistes des relations internationales apparaissent enfin aujourd’hui parmi les principaux promoteurs de cette démarche, qui offre un précieux outil d’analyse des crises militaires. Ainsi, la période dénommée à tort la « Guerre froide », notamment la crise des missiles de Cuba, a suscité de nombreuses études contrefactuelles démontrant combien les risques d’affrontement étaient grands et soulignant la part de la contingence dans le dénouement de la crise.

Contrairement aux autres sciences sociales, les historiens semblent plutôt réticents à l’égard de cette démarche…
Q. D. : En effet, si les historiens, à l’image de Fernand Braudel dans La Méditerranée et le Monde méditerranéen à l’époque de Philippe II (1949), utilisent fréquemment ce raisonnement de façon implicite pour évoquer une occasion manquée, un drame évité ou encore une erreur commise par un personnage, ils s’en méfient car il semble contrevenir aux règles de la discipline. En effet, certains types de récits contrefactuels posent problème : ceux qui se perdent dans la fabulation ou les spéculations métaphysiques, ceux qui considèrent que tout est hasard, ou ceux qui se fondent sur une causalité trop simple, mécanique, et reproduisent par là-même un schéma déterministe du type « Si Hitler n’avait pas existé, la Seconde Guerre mondiale n’aurait pas eu lieu ».

Si Hitler n’avait pas été soldat pendant la Première Guerre mondiale, y en aurait-il eu une seconde ?
Si Hitler n’avait pas été soldat pendant la Première Guerre mondiale, y en aurait-il eu une seconde ?

En fait, c’est un genre particulier d’histoire contrefactuelle qui pose le plus de problèmes à l’historien : les histoires alternatives, c’est-à-dire les uchronies, qui imaginent ce qui aurait pu se passer en prolongeant le récit loin au-delà du point de bifurcation. Cette démarche n’est pas dénuée d’intérêt : elle offre une ressource littéraire aux romanciers ou un outil moral efficace pour les avocats qui tentent d’obtenir des réparations pour les préjudices de l’histoire comme la colonisation et l’esclavage. Des experts se sont ainsi livrés à de savants calculs pour dédommager les descendants d’esclaves en imaginant qu’ils aient été salariés et en inventant une Afrique dont le développement « normal » n’aurait pas été bouleversé par l’intrusion européenne, c’est tout le sens de la notion éminemment contrefactuelle de sous-développement forgée par l’historien Walter Rodney en 1972. En revanche, pour l’historien, cette histoire alternative risque d’être contre-productive. Si l’on examine l’exemple canonique de Napoléon qui aurait remporté Waterloo. L’histoire alternative de sa conquête des îles Britanniques n’a aucun intérêt. En remplissant la trame avec des opinions ou des schémas convenus, la démarche risque souvent de tarir plus que de stimuler l’imagination. Mais ce n’est là qu’une des formes possibles du contrefactuel.

Quels sont alors les usages pertinents pour l’historien ?
P. S. : Les contrefactuels, utilisés à certaines conditions, peuvent être utiles, parfois nécessaires, voire être un lieu de prolongement de la réflexion historienne. D’abord, ils peuvent, par un usage réglé de l’imagination, enrichir une certaine heuristique des situations. Ainsi, pour saisir l’enjeu de la fuite de Louis XVI, stoppée à Varennes le 21 juin 1791, Mona Ozouf se dit contrainte d’évoquer ce qui aurait pu se passer en cas de succès ; cette histoire hypothétique l’aide notamment à rendre compte de ce qui fait véritablement événement dans cet échec. Dans un autre registre, comme l’a démontré le sociologue Max Weber au début du XXe siècle, cette méthode peut enrichir l’analyse des causes.

Arrestation du roi de France Louis XVI et de sa famille à Varennes, 21 juin 1791.
Arrestation du roi de France Louis XVI et de sa famille à Varennes, 21 juin 1791.

Les comparaisons entre ce qui a été et ce qui aurait pu avoir été permettent d’éprouver les liens de causalité dans le temps. Ainsi, l’historien britannique Jay Winter a pu tester l’affirmation selon laquelle la Grande Guerre aurait précipité le déclin démographique de l’Angleterre. Il reprend pour ce faire une analyse des courbes et des tendances de la population anglaise, puis procède à une projection fictive dans le cas où la première guerre n’aurait pas eu lieu, pour constater que la démographie anglaise aurait quand même décliné : la baisse tient donc à des causes structurelles et non conjoncturelles. Parce qu’elle est liée à la saisie des interrelations dans le temps, cette approche permet également de dénaturaliser certaines de nos évidences contemporaines, notamment certaines grandes catégories de l’entendement historique.

Les comparaisons
entre ce qui a été
et ce qui aurait
pu avoir été
permettent
d’éprouver les liens
de causalité
dans le temps.

Daniel Milo a « désautomatisé » l’usage des périodes canoniques en faisant débuter notre ère à partir de la Passion du Christ et non de sa circoncision : toutes les dates auraient été décalées de 33 ans, le XVIIIe siècle devenant le « siècle des Lumières et du romantisme », tandis qu’Einstein appartiendrait au XIXe siècle… De même, le chercheur peut tester la cohérence des acteurs de l’histoire, comme les États-nations, ou encore certaines notions clés de l’analyse historienne comme l’industrialisation, la modernisation, qui se fondent souvent sur des contrefactuels cachés (il s’agit bien de comparer une trajectoire avec celle d’un étalon défini au préalable). Ainsi, cette démarche enrichit la boîte à outils des historiens.

Vous allez au-delà en plaidant en faveur d’une « histoire des possibles » ?
Q. D. : Nous insistons, en effet, sur l’intérêt de cette approche pour mettre en œuvre une histoire des possibles. L’étude des possibles permet d’éviter la production d’un récit linéaire et téléologique qui consiste à écrire l’histoire en fonction d’un point d’arrivée ou d’une finalité, donnant par là l’impression que ce qui est advenu était inévitable. Elle démontre que les processus sociaux ne sont pas univoques, que l’histoire est aussi l’objet de choix, d’opportunités plurielles, de rapports de forces entre différents groupes d’acteurs. Le contrefactuel peut alors révéler un devenir plus irrégulier du cours de l’histoire. Il peut introduire des aspérités, des tensions, des luttes… Se dessine ainsi une histoire plus riche, bousculant les déterminismes trop lisses et les fausses continuités des temps. D’autres pistes s’ouvrent alors.

Avec ou sans l’attentat de Sarajevo, pouvait-on éviter la Première Guerre mondiale ?
Avec ou sans l’attentat de Sarajevo, pouvait-on éviter la Première Guerre mondiale ?

L’histoire peut aussi appréhender dans les archives les futurs craints et espérés des acteurs, notamment pour saisir plus finement les moments d’ouverture des possibles comme les périodes révolutionnaires. Elle aide ce faisant à observer ce qui se joue indépendamment de la connaissance de la suite. Nous avons mobilisé cette analyse à propos de la révolution de 1848 : afin de nous émanciper d’une approche centrée sur son issue (c’est-à-dire la construction de notre République) pour prendre en compte tout ce qui précède et n’a pas été opérant finalement. On peut alors prendre en considération les changements rapides de situations et de stratégies des acteurs ou encore l’expression d’autres futurs – que ce soient la restauration de la monarchie ou la possibilité d’une république démocratique et sociale des ouvriers. L’histoire des possibles autorise par là-même un renversement des perspectives : elle rend la parole aux perdants de l’histoire. L’histoire, souvent écrite par les vainqueurs, a tendance à « écraser les potentialités inaccomplies du passé » nous dit Walter Benjamin. Ce faisant, l’étude des possibles du passé permet de déplacer la frontière trop nette et rassurante entre histoire et littérature, contingence et déterminisme, science et jeu, et finalement la frontière entre celui qui sait et celui qui est dans l’ignorance.

En quoi cette démarche peut-elle précisément favoriser le partage des savoirs et l’échange avec le plus grand nombre ?
P. S. : Elle autorise aussi des modalités originales de coproduction d’une histoire interactive et vivante. Nous avons par exemple mis en place des ateliers d’histoire partagée, fondés sur des questions de type contrefactuel et un échange avec la salle. Nous mobilisons alors un autre aspect de la démarche : on n’est là ni dans le vrai ni dans le faux, mais dans un espace de discussion et d’interprétation, où la parole des participants peut mieux se faire entendre. Chacun apporte son savoir, son ignorance, ses impressions, son vécu, pour participer à la discussion sur l’histoire. La frontière entre bons et mauvais élèves s’estompe : tout le monde a le droit de jouer et de se tromper. Quant à l’historien, il assume de perdre un peu le contrôle du récit, sans rien perdre de ce qui le définit, afin de saisir aussi tout ce que l’histoire met en jeu. La démarche nous pousse alors à assumer une définition de l’histoire comme une œuvre ouverte que le lecteur et l’auditeur contribuent à produire. Et les participants retrouvent ainsi, en jouant sérieusement, la dimension fondamentalement expérimentale de l’histoire. Finalement, cette question des possibles appartient donc de plein droit à l’enquête historique, elle en prolonge les exigences. Elle peut être à l’origine d’une histoire tout aussi documentée, mais plus ouverte, plurielle, défatalisée, bref, plus humaine.

Lire aussi : « Peut-on tester les univers parallèles ? »

Aller plus loin

Auteur

Lydia Ben Ytzhak

Lydia Ben Ytzhak est journaliste scientifique indépendante. Elle travaille notamment pour la radio France Culture, pour laquelle elle réalise des documentaires, des chroniques scientifiques ainsi que des séries d’entretiens.

À lire / À voir

Pour une histoire des possibles. Analyses contrefactuelles et futurs non advenus, Quentin Deluermoz et Pierre Singaravélou, Seuil, coll. « L’univers historique », février 2016, 448 p., 24 €
 

Voir aussi

histoire
Point de vue
08/09/2017
Point de vue
20/02/2017

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS