Donner du sens à la science

C’est l’histoire d’une académie…

C’est l’histoire d’une académie…

14.06.2016, par
L’Académie des sciences célèbre en 2016 ses 350 ans. Historien des sciences au CNRS, Denis Guthleben nous en dit plus sur les débuts de cette prestigieuse institution française, créée en 1666 à l’initiative de Colbert, ministre de Louis XIV.

Les plus grandes aventures débutent parfois en toute discrétion. Les premiers pas de l’Académie des sciences, qui fête en 2016 son 350e anniversaire, en témoignent. À partir de février 1666, Colbert invite quelques savants à se réunir dans sa bibliothèque. En les encourageant à œuvrer au progrès des connaissances, le ministre de Louis XIV entend servir la grandeur du royaume. Sans doute espérait-il aussi quelques retombées sonnantes des découvertes d’une telle assemblée : les caisses de l’État en avaient bien besoin, à l’époque (déjà) !

Du Hamel, Perrault, Huygens… et les autres

À la fin de l’année, la petite compagnie bénéficie d’une souveraine reconnaissance : Louis XIV l’autorise à poursuivre ses rencontres dans sa bibliothèque de la rue Vivienne, à Paris, et lui décerne le titre d’Académie royale, comme il l’avait fait quelques années plus tôt pour la danse, puis pour les « inscriptions et médailles ». À une différence près : pour les sciences, ni édit, ni lettres patentes, ni statuts – ils ne seront rédigés qu’en 1699 –, en somme rien qui vienne officialiser l’existence de la nouvelle institution. Un désespoir pour l’historien… qui trouvera néanmoins un peu de ­réconfort du côté des arts.

À partir
de février 1666,
Colbert invite
quelques savants
à se réunir dans
sa bibliothèque.

Fidèle à sa modestie légendaire, le Roi-Soleil a en effet songé à immortaliser l’événement : une grande toile du peintre Henri Testelin, que l’on peut admirer aujourd’hui encore à Versailles, figure la présentation au monarque des premiers membres de l’Académie. Y apparaît, en pleine révérence devant un roi qui trône au centre de la compo­sition – ben voyons ! –, le premier secrétaire de l’assemblée, le philosophe, théologien, mathématicien et un peu anatomiste Jean-Baptiste Du Hamel. Ainsi que Claude Perrault, l’architecte de l’Observatoire de Paris, ou Christian Huygens, car l’Académie ouvre ses portes aux savants étrangers de renom.

Jean-Baptiste Colbert présente au roi Louis XIV les membres de l’Académie royale des sciences, ici Pierre-Paul de Riquet, ingénieur et constructeur du canal du Midi (tableau d’Henri Testelin, 1667).
Jean-Baptiste Colbert présente au roi Louis XIV les membres de l’Académie royale des sciences, ici Pierre-Paul de Riquet, ingénieur et constructeur du canal du Midi (tableau d’Henri Testelin, 1667).

Pour les autres personnages, l’exercice devient plus délicat : s’il y a bien encore quelques visages reconnaissables, comme celui de Gilles Personne de Roberval – l’inventeur de la célèbre balance –, qui se souvient du chimiste Claude Bourdelin, du géomètre Jacques Buot ou du médecin Samuel Cottereau du Clos ? À l’évidence, l’immortalité relève d’une autre académie…

Simple, tranquille et sans ostentation

Les historiens sont surtout redevables à un autre académicien, qui a rejoint quelques années plus tard la compagnie, d’avoir retracé le parcours de ses premières décennies : Fontenelle a consacré aux travaux académiques et à leur promotion une bonne moitié de sa vie – ce qui n’est pas rien quand on sait que le grand homme s’est éteint presque centenaire ! Dans la préface de son Histoire de l’Académie royale des sciences depuis son établissement en 1666 jusqu’à 1686, il note (p. 11) : « Rien ne peut plus contribuer à l’avancement des Sciences, que l’émulation entre les Savants, mais renfermée dans de certaines bornes. C’est pourquoi l’on vint de donner aux Conférences Académiques une forme bien différente des exercices publics de Philosophie, où il n’est pas question d’éclaircir la vérité, mais seulement de n’être pas réduit à se taire. Ici, l’on voulut que tout fût simple, tranquille, sans ostentation d’esprit ni de science, que personne ne se crût engagé à avoir raison, et que l’on fût toujours en état de céder sans honte : surtout qu’aucun système ne dominât dans l’Académie à l’exclusion des autres, et qu’on laissât toujours toutes les portes ouvertes à la Vérité. »

Pendant 350 ans, l’Académie des sciences a vu bien des recherches. Elle a accueilli une foule de savants. Elle a connu une longue succession d’événements, heureux ou malheureux – la Révolution l’a même supprimée un temps. Elle a vécu au plus près les grands moments de notre histoire – sa mobilisation dans la Grande Guerre, par exemple, demeure souvent méconnue. Et, pendant ces trois siècles et demi, elle a entendu autant d’éloges que de critiques. Mais la « vieille dame » a-t-elle jamais fermé les portes « à la Vérité » ? Nous lui souhaitons un très bel anniversaire…
   
    
En ligne : retrouvez sur ce site toutes les manifestations organisées pour les 350 ans de l'Académie.

Les points de vue, les opinions et les analyses publiés dans cette rubrique n’engagent que leur auteur. Ils ne sauraient constituer une quelconque position du CNRS.

Partager cet article

Commentaires

1 commentaire

A noter que Lorient fête aussi ses 350 ans. Même époque, mêmes personnages... http://archives.lorient.fr/actualites-agenda/agenda/2016-lorient-celebre-ses-350-ans/ http://archives.lorient.fr/actualites-agenda/toutes-les-actualites/1666-2016-lorient-a-350-ans/
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS