Sections

La science est-elle en crise ?

La science est-elle en crise ?

15.01.2019, par
Mathias Girel dirige le Centre d'archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Caphès).
Conflits d’intérêts, marchands de doute, influence des fondations privées… de nombreux phénomènes sont susceptibles de brouiller le discours scientifique. Éclairage avec le philosophe Mathias Girel, spécialiste de l’épistémologie à l’École normale supérieure.

(Cet article est paru initialement dans le numéro 5 de notre revue Carnets de science)

Les théories du complot et fausses nouvelles, phénomène réinventé ces dernières années sous le nom de fake news, se propagent aujourd’hui grâce aux réseaux sociaux. Sommes-nous actuellement en pleine crise de la connaissance ?
Mathias Girel1 : Non, la science elle-même est plus robuste que jamais dans ses démonstrations, prédictions et applications, mais on peut en effet parler d’une crise de dévalorisation du savoir et de l’expertise. Il y a notamment une certaine défiance à l’égard de la science « réglementaire ». Et je pense que différents phénomènes actuels empêchent la majorité des gens, hors des cercles d’initiés que sont les chercheurs d’une discipline, de distinguer aussi aisément qu’auparavant une science robuste de toute autre démarche qui n’en a que l’apparence.

 
Qu’est-ce qui, aujourd’hui plus qu’auparavant, entretient le doute chez les non-spécialistes que nous demeurons tous, même en lisant une presse honnête ou en consultant des rapports d’experts ?
M. G. : En premier lieu, il y a un phénomène de surenchère qui consiste à survendre des avancées scientifiques dans certains médias, même sérieux. Quand le public voit une annonce sensationnelle se dégonfler au fil des jours, il devient plus difficile pour lui de savoir que croire par la suite… Une autre raison tient aux conflits d’intérêts dans l’expertise scientifique : les biais de financement y sont parfois criants selon de récentes études. L’une d’elles a révélé que les expertises financées par l’industrie agroalimentaire délivraient des résultats favorables au sponsor quatre à huit fois plus souvent que celles ayant des sources de financement indépendant ! Il y a aussi le phénomène du ghost writing mis en lumière récemment au sujet du glyphosate ainsi que dans l’industrie pharmaceutique : des chercheurs acceptent de signer des publications écrites par d’autres entités, des labos, des firmes, et par là de brader la valeur symbolique de leur institution. Enfin, il y a la question des fondations dites « philanthropiques » – on parle parfois de philanthrocapitalismeFermerMécénat opéré par des acteurs puissants en appliquant les principes du capitalisme. Bill Gates (ancien Pdg de Microsoft), Mark Zuckerberg (Pdg de Facebook), Gordon Moore (cofondateur d’Intel), Eric Schmidt (ex-Pdg de Google) investissent ainsi des centaines de millions de dollars dans des fondations qu’ils ont créées et qui financent la recherche sur les océans, les maladies génétiques, l’écologie, l’astronomie, etc. Ils sont donc devenus de nouveaux acteurs de la production scientifique dans le paysage de la recherche., pour souligner le fait qu’elles adoptent le mode de fonctionnement des entreprises à but lucratif –, certes bien inspirées, puisqu’elles ambitionnent d’éradiquer telle ou telle maladie, comme la poliomyélite, mais dont l’action perturbe en profondeur le jeu ordinaire de la recherche.

Grande figure de la philanthropie capitaliste via sa fondation, Bill Gates posait en 2017 à Kicheba (Tanzanie), où il fournit des traitements médicamenteux.
Grande figure de la philanthropie capitaliste via sa fondation, Bill Gates posait en 2017 à Kicheba (Tanzanie), où il fournit des traitements médicamenteux.

Comment ce philantrocapitalisme, financé par le privé, perturbe-t-il le paysage de la recherche aujourd’hui ?
M. G. : L’agenda des recherches est fixé par l’état-major des sociétés philanthropiques. Autrement dit, une poignée de personnes peut décider de se désengager d’un champ de recherche du jour au lendemain si les conditions de visibilité ou d’obtention de résultats à court terme ne sont pas maximales, ce que les acteurs publics de la recherche en France (CNRS, Inserm, Inra, etc.) ne font pas en général, car ils fonctionnent avec des états-majors plus étendus, des comités nationaux et des échéances plus longues. Par ailleurs, vous avez plus de chances d’obtenir un financement de la part de ces mécènes si vous travaillez sur des sujets qui répondent à leurs critères (par exemple une science photogénique ou facile à médiatiser, NDLR), comme les fonds marins, l’astrophysique, le sida ou le cancer. Certains auteurs, mais cela reste à vérifier, considèrent même qu’il y aurait des biais dans les financements selon les maladies : par exemple, aux États-Unis où la philanthropie capitaliste est très forte via les fondations, il serait, selon ces auteurs, plus facile de faire financer des recherches sur le mélanome, qui inquiète les populations blanches, plutôt que sur l’anémie falciformeFermerMaladie génétique liée à une anomalie de l’hémoglobine et donnant aux globules rouges une forme de faucille qui les empêche de passer dans les capillaires, les plus étroits des vaisseaux sanguins. qui touche surtout des populations noires.
 
Ces phénomènes qui brouillent le discours scientifique (surenchère médiatique, conflits d’intérêts dans l’expertise et philanthrocapitalisme) n’ont-ils pas toujours existé ?
M. G. : Oui, dans une certaine mesure, mais leur ampleur est plus grande aujourd’hui. Ainsi, les réseaux sociaux accentuent le phénomène de surenchère dans la presse, qui en a hélas parfois besoin, ne serait-ce que pour survivre. Les conflits d’intérêts dans l’expertise, certes décrits par le physicien Richard Feynman dès les années 1970, sont sans doute révélés plus massivement au grand public. Quant au financement privé de la recherche par le philanthrocapitalisme, il atteint des niveaux très supérieurs à ceux des XIXe et XXe siècles. Cela permet de comprendre que nous évoluons aujourd’hui dans une sorte de zone grise qui rend difficile l’attribution d’intentions à certains acteurs de la recherche et de sa diffusion. Ou plutôt, nous sommes conduits à nous poser cette question de l’intention, alors que nous ne devrions nous intéresser qu’à la vérité ou la fausseté des publications, expertises ou témoignages.

Publicité de 1950. Durant des décennies, les cigarettiers ont réussi à faire douter de la dangerosité du tabac en finançant des études scientifiques.
Publicité de 1950. Durant des décennies, les cigarettiers ont réussi à faire douter de la dangerosité du tabac en finançant des études scientifiques.

À propos d’intentions cachées, on peut citer l’exemple des cigarettiers : dans les années 1950 et durant des décennies, ils ont réussi à faire douter de la dangerosité du tabac en finançant des études auxquelles on ne peut rien reprocher scientifiquement…
M. G. : Exactement. Pour expliquer le cancer du poumon, ils ont tout simplement financé des recherches sur d’autres causes que la fumée de cigarette : les virus, l’influence des poussières, des déterminants génétiques, etc. Dans Golden Holocaust, publié en 2012, l’historien des sciences Robert Proctor a montré qu’il est très difficile d’attaquer ces études ou de les écarter au nom des arguments traditionnels sur la démarcation entre science et non-science parce que tous les critères classiques sont réunis : les études émanent bien de scientifiques, elles s’appuient effectivement sur un formalisme et une méthode scientifiques, elles sont publiées dans des revues à comité de lecture et donc soumises à l’examen de leurs pairs, elles répondent à l’argument poppérien sur la réfutabilitéFermerPour le philosophe des sciences Karl Popper (1902/1994), une théorie est scientifique si l’on peut déduire de l’ensemble des propositions qui la constituent au moins un énoncé empirique qui la réfuterait s’il était vérifié. Par exemple, « si l’on n’observait pas une déviation au voisinage du Soleil de la lumière provenant des astres lointains, la théorie générale de la relativité serait insoutenable »., etc.

Nous évoluons aujourd’hui dans une sorte de zone grise qui rend difficile l’attribution d’intentions à certains acteurs de la recherche et de sa diffusion.

Seule l’intention qui guide ces recherches permet d’en comprendre le caractère « pathologique » : elles ont été financées dans le seul but d’écarter, d’étouffer ou de minimiser la cause la plus importante du cancer du poumon qui est le tabagisme. Ce type de décryptage prend du temps et montre que les critères de scientificitéFermerEnsemble de critères permettant de démarquer une activité scientifique d’une autre qui ne le serait pas. Parmi eux : la réfutabilité, l’évaluation par les pairs, la publication dans des revues à comité de lecture, la réplication des résultats. dont nous disposons aujourd’hui pour distinguer une science pathologique d’une science « normale » sont moins efficaces qu’avant.

La réplication des résultats, qui fait partie des critères de scientificité, connaît justement une crise depuis quelques années…
M. G. : Il y a en effet une crise de la réplicabilité des résultats actuellement, en particulier en biologie, en psychologie sociale et en médecine. Est-ce le résultat de la pression que subissent les chercheurs pour publier vite (l’injonction « Publish or perish ! », NDLR) ? Ou bien est-ce le symptôme d’une détérioration de la qualité des recherches faites aujourd’hui ? Ou encore est-ce le signe que, finalement, la réplicabilité d’une expérience n’est pas un critère aussi déterminant qu’on le croyait pour évaluer la scientificité d’une recherche ? Le phénomène soulève beaucoup de questions. En tout cas, il faut se méfier de certaines interprétations qui n’ont d’autre but que de dénigrer les sciences en général, comme on l’a vu récemment avec des attaques qui ciblaient les agences de protection de l’environnement. Enfin, je crois qu’il faut rappeler que la réplicabilité n’est pas un critère ultime : les campagnes de collecte de données en conditions réelles, hors laboratoire, ne sont pas toujours réplicables, tout comme les études réalisées sur des cohortes, de patients par exemple, durant des décennies. Il serait risqué de les écarter au motif qu’elles ne sont pas réplicables.

Participants à la Conférence sur les changements climatiques, en 2015, à Paris. En marge de ces réunions internationales, fleurit une production intentionnée de science « pathologique » menée par les « négateurs » du réchauffement climatique.
Participants à la Conférence sur les changements climatiques, en 2015, à Paris. En marge de ces réunions internationales, fleurit une production intentionnée de science « pathologique » menée par les « négateurs » du réchauffement climatique.

Comment améliorer ces critères de scientificité qui permettent de distinguer science et pseudoscience ?
M. G. : Que ce soient des publications, des rapports scientifiques ou des expertises, on ne peut plus se contenter de l’examen d’une publication seule ou d’un rapport isolé. Certes, cela permet de repérer les cas manifestes de sciences fausses, mais je pense qu’il serait utile de reconstituer l’agenda dans lequel les recherches s’inscrivent. Cet agenda permet d’accéder à leur contexte, à savoir si elles appartiennent à un programme qui s’étend sur dix ou vingt ans, si elles comprennent l’exploration d’autres causes, si elles prennent en compte la multifactorialité d’un phénomène, quelle est la trajectoire des acteurs du domaine, ou l’état des connaissances durant les décennies précédentes. Seules les sciences humaines et sociales, en particulier l’approche historique, peuvent combler ce manque des sciences de la nature, et aider à mieux défendre la connaissance et la scientificité d’un domaine. Bien entendu, ces analyses sur le temps long ne sont pas l’apanage des chercheurs : les journalistes d’investigation ont maintes fois réalisé des enquêtes exemplaires.
 
Les cigarettiers ont fait diversion, le lobby du sucre a accusé les matières grasses au sujet des maladies cardio-vasculaires… Quel autre exemple de production intentionnée de science « pathologique » peut-on citer ?
M. G. : J’ajouterais les denialists (les « négateurs ») du réchauffement climatique qui utilisent les outils mathématiques, notamment les corrélations statistiques, et tiennent des propos qu’on ne peut pas toujours écarter facilement avec des arguments standards sur la véracité de la preuve, même si l’immense majorité de la science publiée les contredit. Parmi eux, le physicien américain Fred Singer s’est employé à trouver des défauts aux travaux du Giec2 ou des autres communautés de climatologues. Il me semble que, lorsque sur une échelle de cinq ou dix ans, un chercheur, un think tank, un laboratoire ou une institution ne produit que de la preuve négative, de la réfutation de preuves scientifiques, sans jamais isoler une cause nouvelle ou conduire à des prédictions inédites, on peut lui attribuer une démarche dénégatrice. L’approche historique que je propose ne se substitue pas aux critères traditionnels utilisés par la communauté scientifique, mais elle fournit un outil supplémentaire d’analyse sur un temps long. La philosophe Elizabeth Anscombe utilise une image pour illustrer la question de l’intentionnalité : un homme bouge le bras pour actionner une pompe qui remplit la citerne d’une maison, or l’eau est empoisonnée et la maison est occupée par des chefs nazis dont la disparition éviterait une partie des horreurs de la guerre. Si on observe la scène en resserrant la focale sur le seul mouvement musculaire de l’homme, on ne peut pas comprendre son action.
 
Il faut donc élargir la focale pour comprendre les intentions cachées…
M. G. : Oui, mais pas trop ! C’est justement le travers des complotistes : ils ont une vision si large des actions qu’ils n’arrivent plus à en avoir une perception ordinaire. Absolument tout ce qui concerne le sujet auquel ils s’intéressent est relu sous le prisme d’une intention cachée. La signification ordinaire des actions n’existe alors plus pour eux.
 
Comment alors ne pas tomber dans le travers complotiste ?
M. G. : Je n’ai pas de recette miracle… Mais on peut souvent démonter les théories du complot en revenant à la définition même du complot : il s’agit de l’« action explicitement coordonnée d’un petit groupe agissant en vue de fins moralement ou légalement répréhensibles à l’insu du plus grand nombre »3.

L’approche historique que je propose ne se substitue pas aux critères traditionnels utilisés par la communauté scientifique, mais elle fournit un outil supplémentaire d’analyse sur un temps long.

Chaque terme contribue à démontrer que les conspirations de grande envergure sont totalement improbables, et ce pour trois raisons : premièrement, la condition « à l’insu du plus grand nombre » signifie que l’action doit rester secrète (au moins jusqu’à sa réussite), ce qui est d’autant plus difficile que le « groupe » en question est large. Il semble donc improbable que « les francs-maçons », « les juifs », « les médias », etc., figures habituelles agitées par les complotistes, soient en mesure de garder de tels secrets. Deuxièmement, il faut que le collectif en question poursuive « une action coordonnée », donc que ses membres aient une intention commune et la mènent à bien. La comparaison est triviale, mais voyez déjà la complexité pour organiser une fête de famille ! Alors, avec 1 000 ou 10 000 acteurs… Plus sérieusement, cela renvoie à la question de la distribution de l’intention sur le collectif.

Ardent critique des théories du complot, le philosophe des sciences Karl Popper considérait que les phénomènes sociaux ne sont que l’agrégation d’intentions individuelles et ne peuvent pas être expliqués par une intention collective. Il nous faut pourtant reconnaître qu’il existe bien de vastes actions intentionnelles, d’ONG, de gouvernements, etc. et qu’il y a donc des domaines où l’on peut effectivement attribuer des intentions à des collectifs… Ce deuxième critère constitue donc bien une condition improbable, mais pas impossible.

Parmi les « négateurs » du réchauffement climatique, le physicien américain Fred Singer s’est employé à trouver des défauts dans les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.
Parmi les « négateurs » du réchauffement climatique, le physicien américain Fred Singer s’est employé à trouver des défauts dans les travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.

Quelle est la troisième raison pour laquelle les complots d’envergure sont improbables ?
M. G. : Elle réside dans le décryptage mis en œuvre par des personnes extérieures qui veulent savoir au nom de quoi vous agissez. Dans le cadre d’un complot de grande envergure en effet, les actions opérées ont forcément des effets publics. Il est très difficile pour elles de résister à ce type de décryptage. Celui de Robert Proctor, qui a mis au jour les intentions cachées des cigarettiers, repose sur 80 millions de pages d’archives (mises à disposition par les cigarettiers à partir des années 1990) et permet de remonter à des acteurs puissants, qui ont financé certains secteurs de la recherche. Face à ces poids lourds, il fallait une démonstration irréprochable : Proctor a été convoqué au tribunal des dizaines de fois en qualité d’expert et n’a jamais été démenti. Bien sûr, rappelons que pour qu’il y ait complot, il faut aussi prouver que les intentions mises en lumière ont causé les faits observés, ce qui n’est pas toujours le cas. Ainsi, si je souhaite très fort, seul devant mon téléviseur, que tel chanteur gagne à l’Eurovision et que cela se produit, mon intention n’est en rien la cause du phénomène observé.
 
Cette démarche de remise en question de la science ne risque-t-elle pas de nuire à son image déjà dégradée aux yeux du grand public ?
M. G. : Je ne le crois pas. Comme je l’expliquais, il ne s’agit pas de se poser ces questions d’une manière complotiste qui aboutirait à un scepticisme noir où on ne croirait plus quiconque ni aucune autorité. Il s’agit plutôt de réaliser notre chance d’avoir ces organismes de recherche, de protection de la santé, de l’environnement, etc. tout en veillant à identifier leurs faiblesses, qui évoluent avec le temps et les différents contextes. La production d’ignorance, qu’il s’agisse de science pathologique, de théories du complot ou de fake news, nous conduit à réfléchir à la place de la connaissance dans nos sociétés, à la valeur que nous lui attribuons et à la manière dont les institutions que nous mettons en place sont conscientes à la fois de leurs angles morts et des types d’attaques qu’elles risquent de subir. Je suis bien entendu convaincu que la connaissance est absolument centrale pour une citoyenneté éclairée qui peut discuter et critiquer de manière rationnelle et raisonnable tout sujet, y compris les mesures politiques.♦

À lire sur notre site
«L’invention la plus dangereuse de l’histoire»

À lire  
►Science et territoires de l’ignorance, de Mathias Girel, éditions Quae, 2017
►Golden Holocaust – La Conspiration des industriels du tabac, de Robert N. Proctor, éditions des Équateurs, 2014.

 

Notes
  • 1. Directeur du Centre d'archives en philosophie, histoire et édition des sciences (Caphès) (unité CNRS/École normale supérieure Paris)
  • 2. Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat.
  • 3. M. Girel, «Science et territoires de l’ignorance», Quae, 2017, chapitre 4.
Aller plus loin

Auteur

Charline Zeitoun

Également auteure jeunesse et directrice de collection (une vingtaine de livres publiés chez Fleurus, Mango et Millepages).

Formation initiale : DEA de mécanique des fluides + diplômes en journalisme à Paris 7 et au CFPJ.
Plus récemment : des masterclass et des stages en écriture de scénario.
 

Commentaires

5 commentaires

Y a-t-il des preuves que les "fake news" se propagent sur les réseaux sociaux ? Personnellement je suis consommateur de réseaux sociaux et j'ai débranché ma télévision, et les seules informations que je vois être estampillées "fake news" me semblent toujours avoir connu un épisode sur les canaux traditionnels de l'industrie médiatique (que ce soit la presse ou la télévision). Il me semble bien que sans la caisse de résonance de l'industrie médiatique verticale descendante, les informations et contre-informations qui circulent dans les réseaux sociaux ne rencontrent pas de très grande confiance, que la véritable "fake news" est toujours estampillée "vu à la télé". Par exemple sur le réchauffement climatique, quand de nombreux internautes relaient sur une plateforme sociale un interview de Claude Allègre à la télévision, je trouve ça gonflé de dire que ce sont les réseaux sociaux qui sont à l'origine des fake-news, idem quand Christine Boutin fait référence à un article parodique du web sans aucune prise de distance dans une émission de radio.

Bonjour et merci pour votre commentaire. Je pense qu'il faut déjà distinguer entre source de l'information, qui peut se trouver sur de nombreux supports, et vecteur de propagation. De ce point de vue, les réseaux sociaux accélèrent grandement la vitesse de propagation et la portée, voir par exemple http://huet.blog.lemonde.fr/2018/03/08/sur-twitter-le-faux-plus-fort-que-le-vrai/ Cela ne signifie pas pour autant qu'il y a une prédominance du faux (même s'il lui arrive de circuler plus vite que le vrai), sur les réseaux sociaux, voir par exemple https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0201879 (en anglais).

@Mathias GIREL > Merci de votre réponse, la distinction est en effet importante. Mais justement, les réseaux sociaux représentant un nouveau canal, ils ne peuvent qu'accélérer n'importe quel phénomène de diffusion. Que les fake-news aient une performance sur les réseaux sociaux, pourquoi pas, mais sans comparaison avec d'autres espaces (télévision, presse, radio... machine à café) ça me semble difficile de dire que les réseaux sociaux soient particulièrement responsables des fake-news (en fait la diffusion étant traçable, et le recoupement d'informations étant facilité, on pourrait être dans un phénomène inverse : n'oublions pas que l'appellation "rois fainéants" des mérovingiens par les carolingiens, qui est une manipulation pour légitimer un coup d'état, nous est parvenue quasiment telle quelle jusqu'à nous, sans aucune technologie de pointe). Au vu du prix des publicités qui continuent d'être diffusées sur les outils traditionnels on peut quand-même penser que la manipulation y fonctionne encore très bien, et qu'il existe même des moyens d'en mesurer l'efficacité. Encore une fois je ne connais pas de "fake-news", même produite sur le web, qui puisse avoir un impact majeur sans passage par le mass-media, du coup c'est bien ce dernier qui me semble pertinent. Si nous nous retrouvons devant une machine à café pour parler de ce que nous avons vu à la télé la veille, je pense vraiment que supprimer la machine à café n'aura un impact que très secondaire dans la diffusion des fake-news. L'article sur le blog du monde est intéressant, et il me semble l'avoir vu passer. Dans mon souvenir l'appellation "fake-news" était à la base inventée suite fact-checking des déclarations des représentants politiques par les journalistes, le retournement actuel où les représentants en question se positionnent en garants de la vérité me semble ironique. Ça nous fera tout drôle quand Lefebvre, Morano ou n'importe quel spin-doctor nous expliquera ce que nous pouvons dire ou non.

Je suis directeur de recherche émérite au CNRS (UMR 5293, Bordeaux). Avec mes collègues nous étudions depuis 10 ans la couverture médiatique des découvertes biomédicales. La question principale à laquelle nous avons apporté des réponses est: pourquoi la majorité des découvertes biomédicales rapportées par les médias s'avèrent contredites par les études ultérieures sur la même question scientifique. A la lumière de nos travaux, il me semble que cet article néglige certaines caractéristiques importantes du processus de publication des observations scientifiques et de leur couverture par les médias. 1) La première publication abordant une nouvelle question scientifique rapporte très souvent un effet positif et de plus grande taille que les études ultérieures. Ce manque de reproductibilité des études initiales est très général. Il tient au fait que les observations négatives sur une nouvelle question sont beaucoup moins souvent publiées par les revues scientifiques. De plus, les chercheurs sont incité à publier rapidement des résultats positifs et sont tenté de les embellir (p-hacking), ce qu'ils font souvent. 2) Les médias couvrent préférentiellement les études initiales et celles rapportant un effet positif. Ils n'informent quasiment jamais le public lorsqu'une étude qu'ils ont couverte est contredite par les travaux ultérieurs, ce qui est pourtant le cas le plus fréquent. 3) Lorsque les médias couvrent une étude initiale, il est rare qu'ils informent le public de son caractère nécessairement incertain. 4) Ces biais de couverture médiatique des sciences s'expliquent par, i) l'appétence des médias pour le nouveau et l'instantané, et ii) au fait que les journalistes ignorent le caractère nécessairement incertain de la science en train de se faire. Selon plusieurs enquêtes auprès de journalistes, les observations publiées par les revues scientifiques prestigieuses sont toujours "vraies" car elles seront confirmées par les études ultérieures. En pratique c'est bien loin d'être le cas.

Merci pour votre retour et ses précisions fort intéressantes. Comme vous l'avez compris, de nombreux thèmes ont été abordés dans ce qui est un entretien plus qu'un article, et le phénomène de surenchère (hype) mérite un traitement à part; mais je souscris bien volontiers à votre 4 points. Un des articles, mais il y en aurait d'autres, qui m'avait intéressé il y a quelques années, était celui de Rinaldi https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3321168/ Je lirai avec intérêt les publications de votre équipe.
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS