Sections

Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines

Une nouvelle espèce humaine découverte aux Philippines

10.04.2019, par
Ile de Luzon.
C’est dans la grotte de Callao sur l’île de Luzon au nord des Philippines, qu’une nouvelle espèce d’hominine a été mise au jour par une équipe internationale : Homo luzonensis, identifié grâce à des fossiles datés de 50 à 67 000 ans. Entretien avec le paléoanthropologue Clément Zanolli, qui a contribué à cette découverte majeure.

Comment a commencé l’histoire de la découverte1 de cette nouvelle espèce humaine ?
Clément Zanolli2 : L’histoire remonte à 2007 avec la découverte, d’un métatarse, un petit os du pied, trouvé dans un niveau ancien d’une grotte et daté d’environ 70 000 ans. L’os avait été identifié comme humain mais il ne ressemblait pas complètement à celui d’Homo sapiens. La question était alors de savoir s’il s’agissait d’un individu anormal ou si l’on avait affaire à une autre espèce humaine. Finalement, les recherches sur le terrain se sont poursuivies jusqu’à la découverte d’autres restes humains en 2015 : 7 dents, des phalanges et un bout de fémur ayant appartenu à trois individus. Ensuite, il nous a fallu identifier qu’il s’agissait bien d’une nouvelle espèce. Sachant que les fossiles auraient pu correspondre aux ancêtres d’une population des Philippines – les Négritos.

Classification phylogénétique des primates.
Classification phylogénétique des primates.

 
Comment avez-vous identifié que les fossiles provenaient d’une nouvelle espèce ?
C. Z. : Cela a été le fruit d’un travail pluridisciplinaire. Techniquement, des analyses 3D nous ont apporté des informations sur la structure interne bien préservée des fossiles, malgré une structure externe parfois endommagée. J’ai travaillé en particulier sur l’étude des dents. À l’aide de scanners à rayons X, nous avons pu observer la dentine, tissu minéral de la dent, en retirant virtuellement la capsule d'émail qui se trouvait au-dessus. Les analyses morphologiques montrent notamment des différences dans les positions des cornes de dentine et de leur hauteur en comparaison à d’autres espèces comme Homo sapiens, Homo erectus et Homo floresiensis. Plus généralement, les dents présentaient des composantes dites « modernes » similaires à des caractéristiques observées chez les derniers Homo erectus. Cependant, les os montraient un signal un peu différent. Mes collègues ont observé des crêtes d’insertion des muscles qui sont très développées ainsi qu’une certaine courbure des phalanges qui correspondent à une morphologie proche de celle observée chez les australopithèques. Finalement, cette combinaison de traits qui semblent archaïques sur les os et un peu plus modernes sur les dents nous a permis de définir qu’on avait affaire à une nouvelle espèce.

Rendu virtuel (à gauche) de la phalange proximale de pied CCH4 de l'espèce Homo luzonensis et en semi-transparences (à droite) des tissus dentaires des prémolaires et molaires maximales du spécimen CCH6.
Rendu virtuel (à gauche) de la phalange proximale de pied CCH4 de l'espèce Homo luzonensis et en semi-transparences (à droite) des tissus dentaires des prémolaires et molaires maximales du spécimen CCH6.

 
 

La combinaison de traits qui semblent archaïques sur les os et un peu plus modernes sur les dents nous a permis de définir qu’on avait affaire à une nouvelle espèce.

À quelle époque auraient vécu ces individus ?
C. Z. : On sait que l’espèce aurait vécu au minimum il y a 50 000 ans et probablement entre 70 000 et 100 000 ans. Sur cette période, on connaît au moins trois autres taxons humains dans cette zone de l’Asie du sud-est. Il y a Homo sapiens qui est arrivé en Chine il y a plus de 100 000 ans, Homo erectus qui a survécu à Java jusqu’à il y a 70 000 ans, et Homo floresiensis. Il faudrait peut-être même ajouter un mystérieux groupe humain, les Dénisoviens, pour lequel on n’a encore très peu de fossiles et dont l’analyse ADN a démontré qu’il s’agissait d’un groupe proche des Néandertaliens mais ayant vécu en Asie. Cela fait donc désormais quatre à cinq espèces homininesFermerQui regroupe le genre Homo et les australopithèques. qui ont vécu à la même époque et se sont potentiellement rencontrées.

Que sait-on des origines d’Homo luzonensis et de la façon dont ces individus seraient arrivés aux Philippines ?
C. Z. : On sait que les Philippines, contrairement à l’Indonésie, étaient séparées par des kilomètres de bras de mer du continent, au cours des deux derniers millions d'années. Donc, comment Homo luzonensis a-t-il pu arriver sur l’île de Luzon ? Cela aurait pu survenir de manière accidentelle, sur des radeaux de fortune par exemple, à cause d’un tsunami ayant emporté un bout de terre et les déplacer depuis le continent. Connaître les potentiels ancêtres d’Homo luzonensis est une question qui nous intéresse beaucoup également. Était-ce Homo erectus ? À moins que la nouvelle espèce ne dérive d’une branche plus ancienne d’Homo floresiensis. Les origines biologiques et géographiques sont pour le moment deux questions essentielles qui restent ouvertes et auxquelles on va devoir répondre.

Comparaison des dents maxillaires d'Homo luzonensis (A) avec Homo erectus (B) et Homo sapiens (C)
Comparaison des dents maxillaires d'Homo luzonensis (A) avec Homo erectus (B) et Homo sapiens (C)

Quelles analyses permettraient d’en apprendre davantage sur ces individus ?
C. Z. : Pour l’instant les données comportementales ou biologiques sont encore assez limitées. Nous avons déjà réalisé tous les tests non destructifs possibles. Des analyses isotopiques nous donneraient plus d’informations sur le contexte paléo-écologique et alimentaire. D’autres études sur la biomécanique des petits os, les phalanges et les métatarses, nous permettraient d’avoir des informations sur les habitudes et les comportements locomoteurs de ces individus.

Qu’apporte, plus généralement, cette découverte à la recherche ?
C. Z. : Avec cette découverte, nous augmentons encore une fois nos connaissances de la diversité des hominidésFermerQui regroupe les homininés (Hominines et chimpanzés et bonobos) et les gorilles.. Si on regarde quelques décennies en arrière, on se rend compte qu’on ne connaissait pas plus d’une dizaine d'espèces humaines fossiles. Aujourd'hui, on a quasiment triplé ce panel. Dans nos recherches, c'est fascinant de se dire que l’on ne connaît pas toute la diversité et que quelque chose nous échappe encore. Car qu’est-ce que cent mille ans par rapport à l’ensemble de l’histoire de l'évolution humaine ? ♦
 

Notes
  • 1. « A new species of Homo from the Late Pleistocene of the Philippines», Nature, 2019, DOI: 10.1038/s41586-019-1067-9
  • 2. Clément Zanolli travaille au laboratoire De la préhistoire à l’actuel : culture, environnement et anthropologie (CNRS/Université de Bordeaux/ministère de la Culture).
Aller plus loin

Auteur

Anaïs Culot

Après des études en environnement à l'Université Paul-Sabatier, à Toulouse, puis en journalisme scientifique à l'Université Paris-Diderot, à Paris, Anaïs Culot a été attachée de presse au CNRS et collabore à présent avec différents magazines, dont CNRS Le Journal, I'MTech et Science & Vie.

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS