Donner du sens à la science

Le paradoxe de Fermi et les extraterrestres invisibles

Le paradoxe de Fermi et les extraterrestres invisibles

05.02.2015, par
Le physicien Gabriel Chardin explique pourquoi aucune civilisation extraterrestre ne nous a encore rendu visite, alors que notre galaxie compte plusieurs centaines de milliards de planètes. Une question très sérieuse connue sous le nom de paradoxe de Fermi.

Une fois par mois, retrouvez sur notre site les Inédits du CNRS, des analyses scientifiques originales publiées en partenariat avec Libération.


Au début des années 1950, le physicien et Prix Nobel Enrico Fermi lançait la discussion sur le paradoxe apparent suivant : alors qu’environ deux cents milliards d’étoiles existent dans notre galaxie, et que très probablement, comme nous le savons assez précisément aujourd’hui, plusieurs centaines de milliards de planètes orbitent également autour d’elles, comment peut-il se faire que nous n’ayons pas encore été visités par de (nombreuses) civilisations d’extraterrestres ?

En effet, faisons l’hypothèse que la vie émerge sur une fraction même très minime de ces milliards de planètes : les dimensions de notre galaxie (quelques dizaines de milliers d’années-lumière) laissent espérer, pour une civilisation comme la nôtre assez proche de la capacité d’explorer à une fraction appréciable de la vitesse de la lumière les systèmes environnants, une exploration d’une large part de la galaxie en un temps inférieur à 1 million d’années. Or ce temps n’est que le dix-millième environ de l’âge de notre galaxie, la Voie lactée, âgée d’environ 13 milliards d’années, ou de notre Univers, âgé de 14 milliards d’années environ. Il eût donc été fort probable que notre planète ait été visitée par plusieurs centaines d’espèces différentes d’extraterrestres, qui sont à ce jour remarquablement absentes.

Enrico Fermi dans les années 40
Enrico Fermi, Prix Nobel de physique en 1938.
Enrico Fermi dans les années 40
Enrico Fermi, Prix Nobel de physique en 1938.

Une simple question de délai ?

Un point semble toutefois avoir peu été discuté par Fermi : le délai dont nous disposons avant d’épuiser les ressources à notre disposition, que ce soit à l’échelle de notre planète Terre, ou même à l’échelle de l’Univers observable (disons à l’intérieur d’un rayon de 10 milliards d’années-lumière, soit environ 100 milliards de milliards de kilomètres).

Sous l’hypothèse apparemment raisonnable d’un taux de croissance de la consommation et de l’utilisation des ressources de 2 % par an, la durée d’épuisement des ressources de la Terre est de quelques centaines d’années, avec une large marge d’incertitude. Pour l’Univers observable tout entier, curieusement, l’estimation est plus précise : entre 5 000 et 6 000 ans, à très peu de chose près…

Une croissance
de 2 % par an
poursuivie
pendant quelques
millénaires
grille presque
nécessairement le
système planétaire
qui en subit l’expérience.

Ce temps est ridiculement faible et lui aussi apparemment paradoxal : pour épuiser les ressources dans un rayon de 10 milliards d’années-lumière, il faudrait, a priori, plusieurs milliards d’années, sauf à avoir simultanément à l’œuvre un très grand nombre de civilisations expansionnistes, ou à aller plus vite que la vitesse de la lumière, ce qui semble impossible. Autrement dit, une croissance de 2 % par an poursuivie pendant quelques millénaires grille presque nécessairement le système planétaire qui en subit l’expérience.

La vie, accélérateur d’instabilité

Nous tenons donc ici ce que j’estime être la meilleure réponse au paradoxe de Fermi : la vie constitue une sorte d’accélérateur, qui induit une extrême instabilité. Ainsi, sans une stratégie extrêmement précise et rigoureuse, il est infiniment probable que, telles des fourmis vivant sur un tas de salpêtre, nous grillions le jour où nous découvrons les allumettes, bien avant d’être parvenus à développer le voyage interstellaire. Car, si nous analysons notre histoire et ses violences répétées, quasi-permanentes, si nous regardons avec lucidité notre avidité à utiliser sans vergogne les ressources naturelles, dont beaucoup sont en ce moment même en voie d’épuisement, avec un horizon inférieur à quelques dizaines d’années, l’instabilité très forte apportée par la vie semble l’explication la plus probable au paradoxe de Fermi.

Scène du film Interstellar
Image extraite du film Interstellar de Christopher Nolan, avec Matthew McConaughey (2014).
Scène du film Interstellar
Image extraite du film Interstellar de Christopher Nolan, avec Matthew McConaughey (2014).

Mais nous n’avons pas encore épuisé ou grillé la Terre, comme l’imagine le film Interstellar. Pouvons-nous encore réagir et tenter de développer, au moins dans ses grands principes, une stratégie permettant de poursuivre l’incroyable expansion des connaissances que nous constatons depuis quelques dizaines d’années ? En effet, un chiffre particulièrement frappant de notre société, où le développement technologique a joué un rôle prépondérant dans le changement des conditions de vie d’une très large part de l’humanité, est que si 6 % de tous les êtres humains nés sur Terre étaient encore en vie en l’an 2000 – ce qui est déjà une proportion énorme – c’est près de 90 % des chercheurs de toute l’histoire de l’humanité qui étaient encore vivants à cette même date.

Je défends donc l’idée qu’il est essentiel, durant les quelques dizaines d’années où nous pouvons espérer poursuivre la phase de développement technologique que nous connaissons actuellement, que l’ensemble des pays, et en premier lieu les pays développés qui ont la chance de pouvoir disposer déjà de structures de recherche éprouvées, mettent en toute première priorité le développement des activités de recherche et développement qui seules pourront nous permettre de faire face aux défis à venir.
 
Et, même si cette possibilité m’apparaît chaque jour plus improbable, de définir une stratégie permettant à l’humanité de poursuivre un développement technologique, plus respectueux de la nature et de ses lois, afin de peut-être, dans quelques dizaines d’années à un siècle, pouvoir aller explorer d’autres systèmes planétaires, démentant enfin le paradoxe de Fermi. Le défi est énorme, mais nous ne l’avons pas encore perdu.     

Les points de vue, les opinions et les analyses publiés dans cette rubrique n’engagent que leur auteur. Ils ne sauraient constituer une quelconque position du CNRS.     

       
 
En ligne : suite à la parution de ce billet, Rue89 a organisé un débat entre Gabriel Chardin et l'économiste Alexandre Delaigue :
http://rue89.nouvelobs.com/2015/02/28/croissance-a-quelle-distance-est-limites-257868
 

Commentaires

46 commentaires

Comme il est curieux de remarquer ici, parmi les commentaires, la déception face à l'idée qu'aucune civilisation extraterrestre ne nous aurait déjà visités ! À quoi tient cette insistance à vouloir à tout prix donner corps à des extraterrestres et à leur visite sur Terre ? À notre inaptitude à la solitude, à une manière (comme nous l'avons déjà postulé avec les dieux) de fixer des entités rassurantes au sein de cette solitude, à un espoir de projection vers un avenir à long terme (lui aussi rassurant), face à cette post modernité décidément anxiogène et aux avant-goûts de relents apocalyptiques ? Je note dans ces divers commentaires que bon nombre de réponses occultent carrément l'essentiel du théorème de Fermi, à savoir que le temps dont dispose une espèce pour consommer toutes les ressources de sa planète d'origine, ne serait jamais correllé avec le temps nécessaire à la production de technologies assez avancées pour envisager des voyages interstellaires. Je trouve pour ma part ce théorème très pertinent et comme je crois que l'humanité entre à nouveau dans une phase d'obscurantisme (relativisme scientifique), il est évidemment plus facile de s'accrocher à l'idée d'existences extraterrestres plutôt que de se résigner à un néant ontologique qui, parfois, croise pourtant les théories et les expériences scientifiques.

Ne vous apparaît-il pas que la complexité inouïe de la Vie est apparue sur Terre ( comme les cellules de Bénard dans une casserole d'eau chauffée) pour faciliter le transfert d'énergie , du Soleil vers le "fond de l'Univers à 3 K) que la Terre par sa présence ralentit ! Et que comme les cellules de Bénard nous sommes là pour accélérer ce transfert d'énergie et cet accroissement d'entropie ! Qu'en conséquence , la création locale et temporaire de cette "complexité" , de cette organisation qu'est la Vie , n'a pour but que d'accroître (selon Prigogine) au plus vite le désordre global et trouve donc son origine dans la façon la plus générale de polluer : "accroître l'entropie de l'Univers " ! . la Raison pour laquelle nous avons été créés, le job que nous assigne l'Univers en nous créant étant bien d'accroître le transfert d'énergie "à travers l'obstacle Terre " et d'une certaine matière de convertir l'énergie , en infra-rouges que nous réémettons .... par toute notre activité industrielle vers le ciel sombre et étoilé de la nuit ! . Que nous avons pris le contrôle de la planète / autres espèces vivantes par cette aptitude supérieure à satisfaire les buts pour lesquels nous avons été créés ! ? Et que si demain une autre espèce nous supplantait dans cette aptitude à accroître l'entropie, elle nous supplanterait car elle détournerait de façon plus efficiente l'énergie à son profit, pour son évolution vers encore plus de complexité et d'efficacité en cela ! . Et qu'elle ouvrirait ainsi un nouveau chemin d'espace temps par lequel l'entropie s’engouffrerait et qui deviendrait majeur comme celui ouvert par un cours d'eau qui dévale une pente, ou celui ouvert par une fourmi qui initie un nouveau trajet plus "efficace" vers un site source de "nourriture" pour elles ! . Ne sommes nous pas là pour "polluer" , certes d'une manière intelligente (pour nous et préserver notre espèce et celles dont nous avons besoin) mais polluer tout de même et dégrader l'énergie tout en utilisant "au maximum " la néguentropie à en retirer à notre avantage ! Claude Sponem . Claude Sponem

Il faudrait donc une étoile particulièrement massive et chaude pour donner le temps à la Vie de se complexifier et se doter de technologies suffisamment évoluées pour échapper à cette étoile qui est en la Source et qui la maintient ..... mais seulement ..... jusqu'à ce que le flux d'énergie s'épuise !

Bonjour, Article et commentaires intéressants mais qui prouvent notre limite à imaginer une autre forme de vie ou d'intelligence ou... ( notre vocabulaire ne permet pas de décrire ce que l'on ne connaît pas). Donc on n'arrive pas à penser à une autre forme qui serait capable de ne pas épuiser les ressources pour évoluer ou de voyager différemment ou...

Bon, je vais essayer d'apporter l'information qui n'est pas encore arrivée jusqu'à vous... Elle vous tend les mains mais à vous de la prendre sans la survoler, sans la mépriser : L’émerveillement absolu : Et si les Extraterrestres étaient déjà chez nous !? Pourquoi sommes-nous les seuls dans cette colossale immensité ? Le crois-tu vraiment ? Si oui, je te propose la pensée suivante : Si des extraterrestres existent et qu'ils se manifestent sur la Terre, alors forcément, il y a des personnes qui auront été témoins de manifestations de haute qualité bien supérieure à la moyenne. Voyons voir alors, si de tels témoins existent ? Je te propose un voyage incroyable. Un voyage dans l’information qui s'est dérobée sous tes pieds. 1) LE GOUVERNEUR DE L'ARIZONA, «CE QUE J'AI VU ETAIT A COUPER LE SOUFFLE» : https://youtu.be/uJr5Z2Sbxy0 http://www.dailymotion.com/video/x2tnpii Déclaration officielle complète : https://youtu.be/wTJoHh4DPZw Phoenix - 13 Mars 1997 - Témoignages de la population : https://youtu.be/ncLQrpmHN4c Une étude précise par trigonométrie sur plusieurs lieux de témoignages a prouvé que l'engin approchait les 1500 mètres d'envergure. Alors, la question se pose : pouvait-il être aussi lourd que nos super tanker à pleine charge !? Probablement plus et il volait silencieusement, suivi d’une accélération foudroyante et disparition en 1 seconde... 500 000 tonnes qui disparaissent en une seconde de temps, faudrait faire l’autruche pour ne pas comprendre ! 1bis) Le reportage en entier (Dossier Paranormal : les ovnis et le pouvoir) : http://dai.ly/x4h87s8 2) Un autre truc de OUF parmi des milliers (MACH 10 à 300 mètres d'altitude) (Daniel Michau est Pilote professionnel d'hélicoptères depuis plus de 30 ans, avec plus de 13000 heures de vol): https://youtu.be/ZZz5JbM502M 3) PARFAIT ET BIEN RÉEL (En rapport avec nos connaissances actuelles cela correspondrait à une accélération foudroyante entre 1000 G et 10 000 G. Leurs technologies sont probablement complètement différentes d’accélérations telles que nous les connaissons) : Jack Krine est pilote de chasse dans l'Armée de l'Air française (sous-officier) puis moniteur, officier de sécurité des vols, instructeur combat aérien sur Mirage III Puis il devint leader solo de la PAF (patrouille de France). Il a plus de 400 meetings aériens à son actif sur 42 types d'avions. Il est Officier de l'ordre national du Mérite, et a reçu la Médaille de l'Aéronautique. https://youtu.be/l4ho2_p0tIQ?t=6m41s 4) PILOTE FRANÇAIS DE HAUT NIVEAU (Colonel René Giraud) (Il volait sur bombardier Dassault « Mirage IV » des Forces Aériennes Stratégiques, prévu pour porter la bombe atomique, largement capable d'atteindre la vitesse de Mach 2) : https://youtu.be/rKV9Rm4XW7E 5) Général Parviz JAFARI : Un dernier pour la route, avant de décrire mon aventure perso : L’extraordinaire aventure de Téhéran. Dans les différentes péripéties de cette aventure officielle (comme les autres ci-dessus), l’ovni principal va faire un bond de 100km en moins d’une seconde devant le pilote militaire médusé qui fonçait sur lui. Pour 100km en une seconde, cela donne une vitesse de 360 000 KM/H. A cette vitesse, il faut une heure seulement pour arriver sur la Lune ! Et c’est une vitesse 12 fois plus rapide que la station spatiale et atteinte en une seule seconde. Et AUCUN bang supersonique (ou hypersonique). Mais comment font-ils, quelle est cette technologie de déplacement de OUF !? Ça n’existe pas dans la nature, d’aller plus vite que le son sans bang supersonique. C’est forcément artificiel pour maîtriser ceci ! https://youtu.be/ghr6tblSkh8 En anglais : https://youtu.be/t3oI9JBX-Q0 Ce ne sont que quelques cas parmi des milliers dans le monde ! Mon propos : ILS SONT BIEN LA... Et de combien d’étoiles différentes nous arrivent-ils ? ça c’est la bonne question ! Ce sera un choc majeur quand le contact réel aura lieu. Mais avant celui-ci, le CHOC peut avoir lieu pour chaque individu qui se donne la peine d'aller traquer l'info !

il y a effectivement bien trop de faits , de traces inexpliquées . au vu des pyramides érigées en Egypte (voir d autres monuments sur terre ) dont nous n avons toujours pas d explication rationnelle je reste convaincu de visites d ailleurs . entre autre ces lignes au sol sur les hauts plateaux qui prennent forme en altitude . combien d autre exemples à citer. il est vrai que les dimensions de l univers nous dépasse . mais quand notre premier avion à hélice a décollé de 50 m avons nous imaginé que peu de temps après les réacteurs allaient nous propulser à mac 1 et plus...dans des cabines de pilotage pressurisées . alors rien n est impossible à supposer et pourquoi pas se déplacer à la vitesse de la lumière....et plus ! . n oublions pas que les galaxies s éloignent constamment du fait de la phase d expansion et ce peut être un problème pour nos visiteurs . il y a aussi la notion de temps qui peut être absolument différente . wait and see

Pages

Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS