Sections

Chasseurs de météorites en Antarctique

Chasseurs de météorites en Antarctique

23.10.2018, par
Les champs de glace bleue situés au pied des reliefs rocheux sont le terrain de jeu privilégié des scientifiques : la glace s'y accumule et , avec elle, les météorites qui remontent à la surface.
En décembre 2017 et janvier 2018, une équipe franco-italienne est partie traquer les météorites en Antarctique. Le géologue Jérôme Gattacceca nous fait le récit de cette expédition au cours de laquelle 115 de ces roches extraterrestres ont pu être collectées.

(Cet article a été publié initialement dans le numéro 4 de la revue Carnets de science)

Jérôme Gattacceca, géologue au Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement1, est parti deux mois en Antarctique, en décembre 2017 et janvier 2018, à la chasse aux météorites. Une première pour ce spécialiste des déserts chauds tel le désert d’Atacama, au Chili, où il a l’habitude de chercher les précieuses roches extraterrestres. Les météorites, ces pierres tombées du ciel sur notre Terre, permettent d’en savoir plus sur les origines du Système solaire, mais aussi sur la composition et l’évolution de Mars ou de la Lune.

10/12/2017. Le départ

C’est le grand jour du départ vers l’Antarctique ! Un nom qui fait rêver, presque une autre planète. Je me rends sur le continent blanc pour la première fois, et fort probablement la dernière, en compagnie de trois collègues italiens qui ont fait appel à moi pour mon expérience de la recherche de météorites dans les déserts chauds (Atacama au Chili, Sahara en Tunisie, Lut en Iran). Si elles tombent en quantité égale partout sur la planète – on dénombre environ 20 000 chutes de météorites par an, dont seule une petite dizaine sera retrouvée en moyenne –, ces roches venues de différents corps de notre Système solaire sont plus faciles à débusquer dans les zones désertiques, où elles s’accumulent au sol sans être recouvertes ni érodées. À ce titre, ­l’Antarctique est un terrain de jeu particulièrement favorable. Dans les déserts chauds, les météorites se mêlent aux roches terrestres et, avec un ratio de 1 météorite pour 1 million de cailloux terrestres, il faut avoir les yeux bien aiguisés ! En ­Antarctique, où une calotte de glace de plusieurs kilomètres d’épaisseur recouvre le socle rocheux, ce ratio est beaucoup plus favorable. Sur les 57 000 pierres déjà répertoriées et étudiées par les scientifiques, 34 000 viennent ainsi du continent antarctique et 20 000 des déserts chauds…

Les préparatifs pour ce voyage ont été relativement simples, car je viens me greffer à une expédition organisée par Luigi Folco, professeur à l’université de Pise et grand habitué de la recherche de météorites en Antarctique. Grosso modo, il ne me reste qu’à rejoindre mes collègues italiens à Rome ce soir avec mon bagage et à suivre la danse organisée pour moi par le PNRA (Programma Nazionale di Ricerche Antartiche, l’institut polaire italien). Même le paquetage a été étonnamment rapide, car je récupérerai mes ­vêtements chauds, prêtés par l’Institut polaire français Paul-Émile-Victor (Ipev), directement en Tasmanie (Australie) d’où partira le bateau pour l’Antarctique. À part mon monumental sac de ­couchage qui me permettrait de survivre par –40 °C, j’apporte surtout des livres, avec deux grandes sources d’inspiration, les récits d’aventures polaires et la littérature italienne en version ­originale pour ­profiter de l’immersion totale dans la langue de Dante ­pendant les deux mois à venir.

21/12/2017. Antarctique en vue !

Dix jours après le départ de Marseille, me voici en vue du continent antarctique ! La grosse semaine de navigation qui vient de ­s’écouler entre le port de Hobart en Tasmanie et la base ­antarctique australienne de Casey, située à 3 500 kilomètres de là, m’a semblé comme une seule longue journée de navigation agitée : à bord du brise-glace Aurora Australis qui embarque une vingtaine de ­passagers et autant de membres d’équipage, nous avons traversé les quarantièmes rugissants, puis les cinquantièmes hurlants… Hier, nous nous sommes frayé un passage dans la banquise ­peuplée de phoques et de manchots. Aujourd’hui, 21 décembre, nous sommes sortis de la banquise et avons traversé la zone d’eau libre (­appelée « polynie ») qui borde l’Antarctique en certains endroits – des troupeaux d’orques chassant au milieu des icebergs nous ont offert un magnifique spectacle. En milieu de journée, nous avons mouillé à quelques centaines de mètres de la base de Casey. Les icebergs, les manchots, les phoques, la calotte glaciaire qui s’élève en pente douce derrière la base : pas de doute, nous sommes arrivés à destination… ou presque ! Car il nous faut encore rallier la base italienne Mario Zucchelli à plus de 2 000 kilomètres de là, qui sera notre base arrière pour partir à la chasse aux météorites dans les trois prochaines semaines. Je suis impatient d’être sur le terrain !

Dernier jour de navigation vers l’Antarctique. Le brise-glace Aurora Australis se fraye un passage entre les blocs de glace épars au large de la station australienne de Casey, où nous allons accoster.
Dernier jour de navigation vers l’Antarctique. Le brise-glace Aurora Australis se fraye un passage entre les blocs de glace épars au large de la station australienne de Casey, où nous allons accoster.

Depuis une dizaine d’années, les météorites sont mon matériel d’étude principal. Ces roches extraterrestres proviennent essentiellement de la ceinture d’astéroïdes qui se trouve entre Mars et Jupiter, à environ 300 millions de kilomètres de la Terre. Mais ce n’est pas tant cette distance qui est intéressante pour le scientifique que l’âge de ces roches. En effet, la plupart des météorites se sont formées au tout début de l’histoire du Système solaire.

Les météorites proviennent essentiellement de la ceinture d’astéroïdes qui se trouve entre Mars et Jupiter, à environ 300 millions de kilomètres de la Terre.

Tout comme un géologue lit l’histoire de la Terre dans les roches, je lis celle du Système solaire naissant dans les météorites, mais aussi celle des objets célestes formés plus tardivement : des roches ­arrachées à Mars ou à la Lune suite à des collisions intervenues il y a quelques millions d’années à peine nous fournissent de précieuses informations sur la composition chimique de leur croûte, leur structure interne, ou encore leur atmosphère grâce aux bulles d’air qui y sont emprisonnées…
 

J’ai hâte de voir ce que l’Antarctique me réserve. Le continent est couvert d’une calotte de glace, avec une mince couche de neige en surface, et les météorites qui y tombent sont lentement et inexorablement entraînées avec la glace vers l’océan Austral dans lequel les glaciers s’écoulent… Par chance, des reliefs rocheux viennent parfois perturber l’écoulement de la glace. Celle-ci doit alors contourner ou surmonter les reliefs et elle forme des « champs de glace bleue » où la glace vive est visible en surface. Dans ­certaines ­conditions, les météorites qui ont voyagé avec la glace remontent à la surface et se retrouvent concentrées dans ces champs de glace bleue. C’est le scénario idéal pour un chercheur de météorites : des cailloux noirs sur un fond uniformément bleu clair. Bon, il ne reste plus qu’à y aller !

29/12/2017. Dans les starting-blocks

Cinq jours après l’arrivée à la base italienne de Mario Zucchelli, nous n’avons toujours pas commencé à travailler. Les fêtes de Noël, les conditions météorologiques et la disponibilité des hélicoptères qui doivent nous amener vers l’intérieur du continent se combinent malencontreusement. Mais pas question de rester enfermé à la base. Il est grand temps en particulier de refaire un peu d’exercice après deux semaines d’activité physique très réduite et ­d’alimentation plutôt riche, l’idéal pour se faire une petite couche de graisse protectrice avant d’affronter les grands froids et d’arpenter le plateau antarctique !

Les glaciers antarctiques sont de vrais tapis roulants qui s’écoulent lentement vers l’océan et emportent avec eux les météorites (ici, le glacier Priestley)…
Les glaciers antarctiques sont de vrais tapis roulants qui s’écoulent lentement vers l’océan et emportent avec eux les météorites (ici, le glacier Priestley)…

La base italienne est située sur un promontoire dans la baie de Terra Nova, fait de beaux granites polis par le vent, qui rappellerait certains paysages côtiers de Corse s’il n’y avait la banquise et les icebergs. De l’autre côté, se dresse le mont Melbourne, un beau volcan actif de 2 700 mètres de hauteur. Ce cadre paradisiaque offre de belles possibilités de balades. Le temps étant plutôt clément, avec des températures oscillant entre 0 et –10 °C et un vent modéré – c’est l’été en ­Antarctique –, j’en profite pour explorer les petits sommets des environs, longer la banquise et profiter des phoques qui s’y prélassent, visiter une manchotière où quelques dizaines de milliers de manchots ­Adélie élèvent leurs poussins. Ces sorties quotidiennes d’une bonne dizaine de kilomètres permettent de se préparer agréablement aux sorties sur le plateau antarctique.

30/12/2017. Premier jour sur la glace bleue

Enfin de l’action ! À 7 h 30, après le briefing météo du matin, la « salla operativa » (la tour de contrôle de la station) nous confirme la mission du jour. Il est temps d’endosser les vêtements polaires que j’ai récupérés en Tasmanie : bottes imperméables avec chausson intérieur, salopette rembourrée, quatre couches pour le haut du corps, lunettes de glacier et bonnet. À 8 h 30, mes trois collègues italiens et moi-même prenons place dans l’hélicoptère qui va nous amener vers notre premier champ de glace bleue. Cap au sud. Le vol est spectaculaire. Nous survolons d’immenses glaciers de plusieurs dizaines de kilomètres de largeur (Reeves ­Glacier, David Glacier), mais aussi des montagnes perçant la calotte de glace, les nunataks, parties intégrantes de la vaste chaîne des monts trans­antarctiques.

Les météorites à la couleur noire caractéristique et à l’aspect légèrement poli sont assez faciles à repérer sur la glace, ça me change des déserts que je fréquente habituellement!

Après une heure et demie de vol, nous atterrissons sur notre terrain de jeu : une zone de glace bleue de plusieurs dizaines de kilomètres ­carrés qui entoure une moraine (un chaos de débris rocheux) du nom de Reckling Moraine. Altitude 2 100 m, –25 °C, vent 35 km/h et grand soleil. Je découvre cet environnement très particulier. La glace est effectivement bleue, légèrement bosselée, traversée par de petites fractures. Des plaques de neige recouvrent une fraction du champ de glace, mais il reste largement de quoi s’amuser.

Alors c’est parti ! La glace n’est pas trop glissante à ces températures basses et en faisant un peu attention il est possible de marcher sans crampons. Un piolet nous sert à affirmer notre équilibre. La stratégie de recherche est on ne peut plus simple. Nous marchons par paires, séparés d’une cinquantaine de mètres, et passons la glace au peigne fin. Malgré les températures basses et le vent, j’ai trop chaud quand je marche, sauf au bout des doigts qui mettent un peu de temps à se réchauffer.

Météorite en vue ! Le précieux "caillou" est bien visible entre la grosse pierre située au premier plan et le piolet.
Météorite en vue ! Le précieux "caillou" est bien visible entre la grosse pierre située au premier plan et le piolet.

Les météorites à la couleur noire caractéristique et à l’aspect légèrement poli – la faute à leur passage dans l’atmosphère terrestre qui a provoqué la fusion de la couche extérieure du caillou – sont assez faciles à repérer sur la glace, ça me change des déserts que je fréquente habituellement ! Mais les trouver reste un travail de patience autant que d’endurance. Après avoir parcouru une dizaine de kilomètres, notre équipe a découvert trois météorites. Je trouve ainsi ma première pierre, grosse comme une mandarine, qui m’assure d’ores et déjà que je ne rentrerai pas ­bredouille ­d’Antarctique, même si toutes les météorites ne se valent pas aux yeux des spécialistes que nous sommes. Les plus nombreuses, les chondrites ordinaires qui se sont formées par accumulation de poussières diverses, de grains de métal et de chondres (des sphères silicatées millimétriques) aux débuts du Système solaire, existent par ­milliers dans les collections académiques et ont déjà livré beaucoup d’informations aux scientifiques. Ce qu’ils cherchent aujourd’hui, ce sont surtout les pierres rares : les chondrites carbonées, témoins les plus fidèles des débuts du Système solaire (c’est grâce à elles que l’on connaît son âge – 4,568 milliards d’années très précisément !), mais aussi les météorites arrachées à des gros corps (Mars, la Lune).

30/12/2017. Recherche dans la moraine

Après trois bonnes heures de recherche sur la glace bleue, nous décidons d’aller tester la moraine. Un petit saut de 2 minutes en hélicoptère nous y amène. La moraine, c’est une autre paire de manches. Cette accumulation de cailloux déposés par la glace lors de son lent mouvement vers l’océan s’étire sur une dizaine de kilomètres. La plupart des cailloux sont bien terrestres, arrachés par la glace aux massifs rocheux en profondeur, et comble de malchance, la plupart sont de couleur sombre. Chercher des météorites revient alors à chercher une aiguille dans une botte de foin… sans être certain qu’il y ait bien une aiguille à trouver.

Un petit saut en hélicoptère nous amène dans la moraine. Cette accumulation de cailloux déposés par la glace lors de son lent mouvement vers l’océan s’étire sur une dizaine de kilomètres.
Un petit saut en hélicoptère nous amène dans la moraine. Cette accumulation de cailloux déposés par la glace lors de son lent mouvement vers l’océan s’étire sur une dizaine de kilomètres.

Il faut marcher lentement, retourner les cailloux suspects avec la pointe du piolet, s’accroupir sur la glace pour les regarder de près, et parfois… une météorite ! C’est ainsi que Matteo Masotta, l’un des trois collègues italiens qui m’accompagnent, a mis la main sur ce qui ressemble fortement à une « eucrite », une météorite basaltique venue tout droit de l’astéroïde Vesta, l’un des plus gros objets de la ceinture d’astéroïdes qui fait la taille d’une petite planète. Par endroits la croûte de fusion est cassée et laisse apparaître une couleur claire et une texture magmatique qui sont des indices sérieux de sa provenance. Nous finissons l’après-midi avec 5 kilomètres et 11 nouvelles météorites au compteur. Mon expérience du désert ­d’Atacama au Chili et la chance me permettent d’en trouver 5. C’est donc une première journée plus que satisfaisante pour le groupe. Le vol retour en hélicoptère est probablement aussi magnifique que l’aller… mais tout le monde s’endort rapidement entre le ronron de la turbine et la chaleur relative de la cabine.

12/01/2018. Poussières extraterrestres au sommet des nunataks

C’est une sortie un peu différente aujourd’hui. Tout d’abord, nous irons vers le nord, alors que toutes nos autres sorties sont sur des champs de glace situés au sud. Ensuite, la cible principale n’est pas la glace bleue, mais les montagnes qui la percent par endroits : les nunataks. Plus précisément, c’est le sommet de ces nunataks qui nous intéresse. En effet, la surface de certains de ces sommets est à l’air libre depuis des millions d’années. Dans un environnement où l’érosion est quasi nulle, tout ce qui tombe du ciel va donc s’y accumuler au fil du temps. Le flux de météorites est trop faible pour que ces petits sommets en collectent beaucoup ; en revanche, les micrométéorites, ces objets de moins d’un millimètre qui résultent de l’arrivée sur Terre de poussière extraterrestre, sont beaucoup plus abondantes et assez petites pour s’accumuler en quantité conséquente dans les fissures et cavités situées au sommet des nunataks. Le vent en Antarctique soufflant en permanence du centre du continent (entièrement couvert de glace) vers la côte, il n’apporte quasiment jamais de poussières terrestres, sauf parfois des cendres volcaniques. Par conséquent, à part les détritus provenant du démantèlement du sommet lui-même, la plupart du matériel que l’on trouve piégé au sommet des nunataks est composé de poussière extraterrestre. Il ne reste qu’à aller sur ces sommets et à collecter le sable qui remplit ces pièges. Pourquoi nous intéresser à des objets aussi petits ? Parce que ces petits grains de poussière venus de l’Espace ne proviennent pas forcément des mêmes corps que les météorites – ils sont souvent issus d’objets, astéroïdes ou parfois comètes, plus fragiles ­–, ils représentent un matériel d’étude complémentaire.

Collecte et tamisage de micrométéorites au sommet de Miller Butte, dans les monts Transantarctiques. Ces poussières extraterrestres ont été piégées dans les fissures et cavités de la roche.
Collecte et tamisage de micrométéorites au sommet de Miller Butte, dans les monts Transantarctiques. Ces poussières extraterrestres ont été piégées dans les fissures et cavités de la roche.

Mais récolter cette précieuse poussière est un peu plus simple à dire qu’à faire. Notre cible du jour est Miller Butte, à environ 200 kilomètres de la base. Encore une fois le vol est spectaculaire. Nous empruntons le long corridor que forme le glacier Priestley, un monstre de 5 kilomètres de large et 100 de long qui débouche sur le plateau vers 2 000 mètres d’altitude. De là nous volons jusqu’à atteindre Miller Butte, un nunatak de granite qui perce la calotte et forme un piton rocheux de 300 mètres de hauteur. Deux hélicoptères déposent notre petite équipe sur le sommet vers 10 h 30. L’altitude, 2 600 mètres, et l’exposition au vent en font un endroit particulièrement froid. Le temps est donc compté. Nous commençons immédiatement à collecter du sable. Il faut d’abord dégager le piège qui est souvent couvert de neige, enlever au piolet la couche de sable supérieure du piège qui est également gelée, puis récolter précautionneusement tout le sable qui emplit le piège, en finissant au pinceau, car les micrométéorites sont denses et ont tendance à se concentrer tout au fond du piège. Le sable est tamisé sur place pour conserver la fraction inférieure à 2 mm, puis emballé dans des sacs en plastique. Toutes ces opérations simples sont un peu plus ­compliquées à réaliser avec des moufles, et nous alternons les rôles pour pouvoir travailler avec des gants légers sans avoir trop froid aux mains.

Au bout de quelques heures, nous avons récolté une centaine de kilos de sable que nous charrions jusqu’aux hélicoptères sous les regards inquisiteurs des pilotes qui sont, à juste titre, toujours un peu regardants sur le chargement de leur engin. En bons géo­logues, nous ajoutons quelques échantillons de roche qui nous permettront de mesurer en laboratoire l’âge d’exposition du sommet. De retour en Europe, les sables seront lavés, tamisés, puis observés avec une loupe binoculaire pour en séparer les micrométéorites et autres objets intéressants. C’est un travail de longue haleine : nous avons potentiellement du matériel pour plusieurs années d’étude.

19/01/2018. Campement sur le plateau antarctique

Après plusieurs sorties à la journée en hélicoptère depuis la base, nous abordons aujourd’hui la phase la plus intense de l’expédition. Nous partons camper pendant une semaine sur le plateau antarctique, sur le champ de glace bleue de Reckling Moraine que nous avons visité précédemment. Ce matin, plusieurs vols d’hélicoptères ont apporté le matériel nécessaire, dont deux motoneiges, ainsi que trois personnes pour installer le campement. En milieu de journée, nous volons nous aussi pour rejoindre le camp qui se trouve sur la glace bleue, à une centaine de mètres de la moraine. Un dernier salut du pilote d’hélicoptère et nous voilà isolés sur la calotte de glace, en compagnie de Francesco, un guide alpin qui s’occupe de notre sécurité et de la logistique.

Nous partons camper pendant une semaine sur le plateau antarctique, sur le champ de glace bleue de Reckling Moraine. C'est la phase la plus intense de l'expédition.
Nous partons camper pendant une semaine sur le plateau antarctique, sur le champ de glace bleue de Reckling Moraine. C'est la phase la plus intense de l'expédition.

Deux grandes tentes ont déjà été montées malgré un vent très fort. Nous passons le reste de la journée à les aménager. Nous dormirons tous les cinq dans la plus grande tente. Chacun s’y installe un petit coin douillet, plus ou moins près du poêle à mazout en fonction de la qualité de son sac de couchage. La tente plus petite abritera la cuisine, et servira de tente de vie. En fin de journée, nous avons assez travaillé pour profiter d’un premier repas chaud dans notre nouvelle ­maison. Demain, une grosse journée de travail s’annonce, mais il est ­difficile d’aller se coucher le soir quand le soleil (qui ne se couchera pas avant mon départ d’Antarctique, c’est l’été souvenez-vous !) est encore haut dans le ciel. Quand nous rejoignons enfin nos sacs de couchage, nous entendons la glace qui « chante » délicatement. « Chtoing, Chpoing…» : la glace qui se fracture en profondeur émet des sons bizarres qui nous bercent vers le sommeil. Drôle de sensation que celle de dormir sur plusieurs kilomètres d’eau… solide, mais en mouvement lent et inexorable vers la côte.

25/01/2018. On a trouvé une météorite lunaire !

Aujourd’hui, la visibilité est à peu près nulle. La glace, la neige et le ciel se confondent en une immensité blanche. C’est le phénomène de whiteout (« blanc dehors » en français). Impossible de travailler dans ces conditions. Heureusement, c’est le premier jour que nous devons passer dans la tente après déjà une semaine de bivouac à Reckling Moraine. Notre petite communauté s’est vite organisée autour de quelques tâches essentielles : aller chercher de la neige pour la faire fondre et avoir de l’eau, faire la cuisine, la vaisselle, pelleter la neige qui forme des congères autour des tentes. Il est toujours surprenant de voir à quelle vitesse la routine s’installe même dans les conditions extrêmes.

Nous avons cherché et trouvé des météorites tous les jours. Soit à pied dans la moraine ou sur la glace bleue autour du camp avec des sorties d’une vingtaine de kilomètres par jour ; soit en motoneige, ce qui nous permet d’explorer plus loin la glace bleue et de s’aventurer sur des zones crevassées où il serait risqué d’aller à pied. Ces crevasses sont notre principal danger. Pour s’en convaincre, il suffit de dégager avec son piolet la neige qui les colmate en surface : un abîme bleuté sans fond (en fait plusieurs dizaines de mètres) s’ouvre alors sous nos yeux… Mais qu’importe, puisque nous avons trouvé LA météorite qui justifierait presque à elle seule notre expédition : une météorite lunaire !

Cette météorite lunaire semblerait presque banale si l'on n'apercevait pas, grâce à un éclat de la couche de fusion, l'intérieur noir et blanc caractéristique des roches arrachées à la surface de la Lune.
Cette météorite lunaire semblerait presque banale si l'on n'apercevait pas, grâce à un éclat de la couche de fusion, l'intérieur noir et blanc caractéristique des roches arrachées à la surface de la Lune.

À pied ou à motoneige, la découverte d’une météorite est un moment très intense. Encore plus sur la glace bleue où l’on détecte à plusieurs dizaines de mètres ces petits objets noirs qui sont forcément des météorites. Le pouls et la motoneige (ou le pas) accélèrent simultanément. Vite, on se rue sur la météorite, on la cajole du regard avant d’appeler les autres. Mais venons-en à notre joyau lunaire, trouvé dans une crevasse au pied d’une onde de glace d’une centaine de mètres de hauteur. De la taille d’une grosse noix, il serait presque banal si l’on n’apercevait pas, grâce à un petit éclat de la croûte de fusion, l’intérieur noir et blanc ­caractéristique des roches lunaires. Je n’en avais jamais vu au sol, et pour cause : elles sont rarissimes, on en a d’ailleurs trouvé seulement une dizaine sur les 30 000 météorites ramassées en Antarctique. Nos soupçons sont confirmés par le détecteur magnétique développé tout spécialement dans mon laboratoire pour cette mission antarctique.

On compte une dizaine de météorites lunaires seulement sur les 30000 météorites ramassées en Antarctique.

La présence de fer métallique, que l’on trouve dans les seules roches extraterrestres (les roches terrestres ne contiennent que du fer sous sa forme oxydée), confirme que nous sommes en présence d’une météorite, et le très faible taux affiché par l’instrument indique qu’il s’agit probablement d’une roche arrachée à la surface lunaire : sur la Lune, presque tout le fer métallique est en effet concentré dans le noyau et peu abondant dans la croûte.

Pourquoi autant d’enthousiasme pour une roche lunaire, me direz-vous ? Après tout, des missions spatiales se sont déjà posées sur la Lune, et ont pu collecter quelque 380 kilos de roches. Mais tous les prélèvements ont été faits sur de rares sites situés à proximité de la zone d’alunissage, sur la face visible de notre satellite. Les météorites proviennent, elles, de l’ensemble du satellite – notamment de sa face cachée qu’on connaît si mal – et contribuent à nous donner une vision plus globale de la géologie lunaire.

3/02/2018. Toujours au camp !

Nous sommes toujours à Reckling Moraine. Nous devions démonter le camp il y a déjà plus d’une semaine mais la météo en a décidé autrement. Impossible pour les hélicoptères et autres avions de venir nous chercher, car soit le plafond nuageux est trop bas soit il y a trop de vent à la base d’où ils doivent décoller… Nous jouons donc les prolongations, certains plus volontiers que d’autres. Nous arrivons au bout de nos stocks de nourriture que nous avions prévus bien larges. Le temps est annoncé beau demain et ce devrait être le jour du départ. Dans tous les cas, c’est déjà trop tard pour avoir notre vol de retour vers la Nouvelle-Zélande qui doit partir demain de la station américaine de McMurdo. Il n’y a pas grand-chose d’autre à faire que d’être fataliste et de profiter au maximum de ces derniers jours sur la glace.

À pied ou à motoneige, la découverte d’une météorite est un moment très intense. Encore plus sur la glace bleue où l’on détecte à plusieurs dizaines de mètres ces petits objets noirs.
À pied ou à motoneige, la découverte d’une météorite est un moment très intense. Encore plus sur la glace bleue où l’on détecte à plusieurs dizaines de mètres ces petits objets noirs.

8/02/2018. Retour à la civilisation

Ces derniers jours, nous les avons passés en transit à la base Mario Zucchelli, puis à la base américaine McMurdo d’où un avion militaire C17 nous a amenés hier soir jusqu’à Christchurch en Nouvelle-­Zélande. Première surprise en arrivant : il fait nuit et c’est bien reposant ! On s’habitue vite à tout, et le jour permanent de ces deux derniers mois semblait devenu une évidence. Aujourd’hui, j’ai profité avec bonheur du contact avec l’herbe fraîche d’un parc de la ville pour une bonne sieste.
 
C’est l’heure du bilan. Au total nous avons trouvé 115 météorites. Une bonne moisson d’après Luigi, le chef de la mission ! La plupart de ces météorites sont remarquablement bien conservées, même si elles ont passé en moyenne une centaine de milliers d’années dans la glace. Rien à voir avec les météorites bien rouillées que j’ai l’habitude de ramasser dans le désert d’Atacama au Chili. Parmi cette centaine de pierres, la plupart sont ce que l’on appelle des chondrites ordinaires qui abondent déjà dans les collections académiques. Les trésors se comptent en réalité sur les doigts d’une main : en plus de la météorite lunaire et de l’eucrite venue tout droit de l’astéroïde Vesta, nous avons fait main basse sur plusieurs chondrites carbonées – des météorites provenant de petits astéroïdes qui ont préservé l’histoire des premiers millions d’années du Système solaire.

La plupart de nos météorites sont remarquablement conservées, même si elles ont passé une centaine de milliers d’années dans la glace. Rien à voir avec les pierres rouillées que je ramasse au Chili!

Si elle s’avère très satisfaisante, la récolte que nous venons d’effectuer n’est que la première étape d’un processus qui va durer plusieurs années. La chasse aux météorites obéit en effet à des règles strictes : avant de pouvoir livrer tous leurs secrets, les pierres doivent faire l’objet d’une étude approfondie qui permet de les classer dans l’un des 100 groupes déjà connus. Cette classification est ensuite soumise à un comité international – la Meteoritical Society – qui donne à la météorite son nom officiel.
 

Les météorites ramassées par notre équipe seront étudiées à l’université de Pise, puis rejoindront les collections du musée antarctique de Sienne où elles seront alors mises à la disposition de la communauté scientifique internationale… Les avoir ramassées nous donne néanmoins un avantage stratégique sur nos confrères : nous avons en effet la priorité pour procéder à des analyses en bonne et due forme. Moi qui suis spécialiste du paléomagnétisme – le champ magnétique enregistré par les roches au moment où elles se sont formées –, j’ai hâte d’examiner la météorite lunaire que nous avons ramassée : grâce aux météorites, nous pourrons peut-être remonter au champ magnétique ancien de la Lune et en déduire l’évolution du noyau métallique de notre satellite.
 
Pour l’heure, je suis encore entre deux mondes. Cela fait deux jours déjà que nous avons quitté le continent antarctique où j’ai découvert une géographie, une géologie et une faune uniques et inoubliables. Il semble pourtant déjà si loin. Presque une autre planète. ♦
 

Notes
  • 1. Unité CNRS/Inra/IRD/Aix-Marseille Université/Collège de France.
Aller plus loin

Auteur

Jérôme Gattacceca

Jérôme Gattacceca, géologue au Centre européen de recherche et d’enseignement de géosciences de l’environnement(CNRS/Inra/IRD/Aix-Marseille Université/Collège de France), se consacre presque exclusivement à l’étude des météorites, depuis dix ans.

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS