Sections

Écoutez le Paris du XVIIIe siècle

Écoutez le Paris du XVIIIe siècle

16.06.2015, par
Projet Bretez
La vidéo réalisée dans le cadre du projet Bretez couvre la zone comprise entre le pont au Change, situé face à l’actuelle place du Châtelet, et le pont Notre-Dame... Soit 70 tableaux sonores différents.
La musicologue Mylène Pardoen a reconstitué l’ambiance sonore du quartier du Grand Châtelet à Paris, au XVIIIe siècle. Présenté au salon de la valorisation en sciences humaines et sociales, à la Cité des sciences et de l’industrie, son projet associe historiens et spécialistes de la 3D.

Paris comme vous ne l’avez jamais entendu ! C’est l’expérience que propose la musicologue Mylène Pardoen, du laboratoire Passages XX-XXI, à travers le projet Bretez. Un nom qui n’a pas été choisi par hasard : la première reconstitution historique sonore conçue par ce collectif associant historiens, sociologues et spécialistes de la 3D1, a en effet pour décor le Paris du XVIIIe siècle cartographié par le célèbre plan Turgot-Bretez de 1739 – Turgot, prévost des marchands de Paris, en étant le commanditaire, et Bretez, l’ingénieur chargé du relevé des rues et immeubles de la capitale.

70 tableaux sonores

C’est plus précisément dans le quartier du Grand Châtelet, entre le pont au Change et le pont Notre-Dame, que la vidéo de 8 minutes 30 transporte le visiteur. « J’ai choisi ce quartier car il concentre 80 % des ambiances sonores du Paris de l’époque, raconte Mylène Pardoen. Que ce soit à travers les activités qu’on y trouve – marchands, artisans, bateliers, lavandières des bords de Seine… –, ou par la diversité des acoustiques possibles, comme l’écho qui se fait entendre sous un pont ou un passage couvert… » S’il existe déjà des vidéos sonorisées, c’est la première fois qu’une reconstitution en 3D est bâtie autour de l’ambiance sonore : les hauteurs des bâtiments comme les matériaux dans lesquels ils sont construits, torchis ou pierre, tiennent compte des sons perçus – étouffés, amplifiés… – et inversement.

Le paysage sonore a été reconstitué à partir de documents d’époque, notamment Le Tableau de Paris, publié en 1781 par Louis-Sébastien Mercier, et des travaux d’historiens comme Arlette Farge, spécialiste du XVIIIe, Alain Corbin, connu pour ses recherches sur l’histoire des sens, ou encore Youri Carbonnier, spécialiste des maisons sur les ponts. Au cours de la visite, on entend tour à tour le caquètement des volatiles du marché aux volailles, le bourdonnement des mouches attirées par les étals du marché au poisson, le métier à tisser de la bonneterie située à la pointe du pont au Change, les grattoirs des tanneurs de la rue de la Pelleterie, le choc des caractères placés sur la casse de l’imprimerie de la rue de Gesvres…, et les cris incessants des mouettes, attirées par les nombreux déchets qu’elles trouvaient dans la capitale. Soit, au total, 70 tableaux sonores.

Valoriser le patrimoine

« Tous les sons sont naturels, précise Mylène Pardoen. Ceux des machines, par exemple, ont été captés sur d’authentiques engins anciens. » Seul le bruit de la pompe Notre-Dame – qui remontait l’eau de la Seine pour la consommation des Parisiens – a été reconstitué : la chercheuse a enregistré un moulin à eau à l’ancienne, puis a retravaillé le son en fonction de la taille (estimée) des aubes de la pompe Notre-Dame.
 

Tous les sons sont
naturels. Ceux
des machines,
par exemple, ont
été captés sur
d’authentiques
engins anciens.

Le projet présenté les 16 et 17 juin au salon Innovatives SHS, à la Cité des sciences, est avant tout destiné à séduire les musées historiques désireux de mettre en valeur le patrimoine de leur ville. Développé sur une plateforme de jeux vidéo afin d’intégrer facilement le son et le mouvement à la reconstitution en 3D, il se décline sur tous types de supports : bornes, tablettes… « C’est un projet de recherche qui va continuer à évoluer, indique Mylène Pardoen. On envisage d’y intégrer prochainement les machines aujourd’hui absentes de l’image et de permettre au “spectateur” de se balader en toute autonomie dans les rues du quartier. »

Notes
  • 1. Parmi lesquels le Centre interdisciplinaire de réalité virtuelle (Cireve), le groupe Évolution des procédés et des objets techniques (Epotec) et le Centre de recherches historiques-Laboratoire de démographie et d’histoire sociale (CNRS/EHESS).

Commentaires

7 commentaires

Vraiment passionnant et a la fois très émouvant. Felicitations et merci beaucoup aux auteurs. J'aurais donne plus de sons de roues sur les paves et de fer a cheval (mais aussi ânes et mulets, maréchal ferrant) ainsi que des jets d'eau sales, éclats de voix (agressions, personnes saoules) car meme si la propreté progressait ce n'était surement pas le tout a l'égout. Quelques chansons et des chants d'oiseaux supplémentaires … loic guibourge

La musique d'une ville. Paris autour de 1789. Il y manque juste un certain nombre de crieurs de rues. Pas de "mouron pour les p'tits oiseaux", de "cresson, v'là l'cresson" et autres "carottes à vendre" ou "vitrier" Plus une symphonie qu'un opéra. Relayer sur ma page "L'horizon musical" ce 14 janvier https://www.facebook.com/LHorizon-Musical-1535369996695566/

Magnifique ... je travaille autour d'une famille élargie, les Delobel alliée aux Jaquotot, qui vivaient dans ce quartier, aussi suis-je heureuse de "mettre mes pas dans les leurs". A quand les CD que l'on pourrait re-re-regarder? Bravo encore.

Les cris des mouettes sont en fait des cris de goélands, oiseaux marins qui sont arrivés à Paris seulement depuis la fin du 20e siècle après une explosion démographique. Pour plus de précision, contacter la LPO ou le CORIF. C'est dommage de communiquer sur une double erreur. Cordialement.
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS