Sections

El Niño, l’enfant terrible du climat est de retour

El Niño, l’enfant terrible du climat est de retour

12.10.2015, par
El Niño 1997-1998
Anomalie, vue par satellite, de la température de la surface de la mer et de la couverture nuageuse durant l’épisode El Niño 1997-1998, le plus intense du siècle dernier.
Après cinq ans d’absence, le phénomène El Niño est réapparu dans l’océan Pacifique tropical. Ce nouvel épisode pourrait affecter de nombreuses régions du globe jusqu’au printemps 2016.

Inondations en Amérique centrale, sécheresse en Indonésie et en Australie, perturbation de la mousson dans le Sud-Est asiatique, hivers plus humides ou plus froids qu’à l’accoutumée dans d’autres régions… Tel est le cortège de bouleversements climatiques qui devrait affecter la planète dans les prochains mois. Car cela ne fait désormais plus l’ombre d’un doute : un épisode El Niño de forte intensité est en cours. Les climatologues australiens et américains ont annoncé le retour du phénomène dès le printemps dernier après avoir constaté que la température de la surface de la mer s’était élevée de 1 °C au-dessus de la normale dans l’ouest et le centre du Pacifique tropical.

A elle seule, cette indication ne suffit pas à présager de l’arrivée d’un El Niño de grande ampleur, comme le rappelle Eric Guilyardi, du Laboratoire d’océanographie et du climat : expérimentations et approches numériques1, à Paris : « Depuis le début des années 2000, la corrélation entre l’accumulation d’eau chaude dans le Pacifique et le retour d’El Niño est nettement moins évidente : la circulation atmosphérique joue en fait un rôle prépondérant dans le déclenchement puis l’évolution des événements les plus récents. »

Quand les alizés s’essoufflent

Pour comprendre le rôle clé de l’atmosphère dans la genèse d’El Niño il faut tout d’abord avoir à l’esprit que la température de la surface de l’océan Pacifique tropical n’est pas uniforme, mais s’élève graduellement en direction de l’ouest. Alors que les 100 premiers mètres de la colonne d’eau ne dépassent pas 22 °C près des côtes péruviennes, celle-ci avoisine 30 °C au large de l’Indonésie : c’est ce que les climatologues appellent la warm pool ou piscine d’eau chaude du Pacifique. « En temps normal, les alizés soufflant depuis l’est ont tendance à confiner cet important volume d’eau chaude au voisinage de l’archipel indonésien. Mais, lors d’une année El Niño, le régime des alizés faiblit drastiquement allant même jusqu’à s’inverser comme c’est le cas cette année », souligne Eric Guilyardi.

Phénomène El Nino
Comparaison entre une situation normale dans le Pacifique tropical et une situation El Niño. Dans le deuxième cas, les alizés s’affaiblissent et les eaux chaudes envahissent le centre et l’est du Pacifique tropical, modifiant le régime des vents et des précipitations sur toute la planète.
Phénomène El Nino
Comparaison entre une situation normale dans le Pacifique tropical et une situation El Niño. Dans le deuxième cas, les alizés s’affaiblissent et les eaux chaudes envahissent le centre et l’est du Pacifique tropical, modifiant le régime des vents et des précipitations sur toute la planète.
 

Lors d’une année
El Niño, le régime
des alizés faiblit
drastiquement
allant même
jusqu’à s’inverser
comme c’est le cas
cette année.

Résultat : les coups de vents répétés venant de l’ouest provoquent l’écoulement progressif de ce gigantesque réservoir d’eau chaude vers l’est du Pacifique. Son arrivée le long des côtes péruviennes peu après Noël coïncide alors avec le paroxysme de la perturbation climatique. Le surnom d’El Niño – l’enfant en espagnol – attribué par les pécheurs de la région, fait ainsi référence à la naissance de Jésus. Ce phénomène, de retour tous les trois à sept ans, est pourtant loin d’être un cadeau béni des dieux. « Cette accumulation soudaine d’eau chaude près des côtes du Pérou interrompt la remontée d’eaux froides et riches en nutriments permettant le développement de nombreuses espèces », précise Boris Dewitte, océanographe au Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales2, à Toulouse.

Des conséquences planétaires

En bloquant les apports de nutriments tels que le plancton, El Niño va en quelque sorte « stériliser » un écosystème marin d’ordinaire très poissonneux. Les côtes péruviennes sont en effet la principale zone de pêche à l’anchois de la planète et les dizaines de milliers de personnes vivant de cette activité se retrouvent brusquement au chômage technique pour plusieurs mois. L’augmentation de la température de l’océan fragilise par ailleurs les massifs coralliens des îles Galápagos en accentuant leur blanchiment. Les années où l’anomalie climatique est particulièrement marquée, on observe également une recrudescence des cyclones de forte puissance dans le centre et l’est du Pacifique. La température élevée de la surface de l’océan et la stabilité des vents qui accompagnent le phénomène climatique fournissent en effet les deux ingrédients indispensables au renforcement de ces dépressions tropicales.

Phénomène El Nino
El Niño engendre des pluies diluviennes à l’origine d’inondations et de glissements de terrain, tel celui qui a eu lieu le 7 septembre 2009, à Santiago, au Chili, et qui a causé la mort de trois personnes.
Phénomène El Nino
El Niño engendre des pluies diluviennes à l’origine d’inondations et de glissements de terrain, tel celui qui a eu lieu le 7 septembre 2009, à Santiago, au Chili, et qui a causé la mort de trois personnes.

Dans la zone intertropicale, directement influencée par El Niño, son potentiel délétère ne se limite pas au milieu marin comme l’explique Boris Dewitte : « En apportant un air plus chaud et chargé en humidité le long de la côte est du Pacifique, il engendre des pluies diluviennes à l’origine d’inondations et de glissements de terrain dans le nord du Chili, au Pérou et en Équateur. » Durant l’automne et au cours de l’hiver, les précipitations sont également supérieures à la normale sur une grande partie des États-Unis. En Californie, où la sécheresse sévit depuis quatre ans, on compte beaucoup sur l’arrivée du phénomène pour réapprovisionner des nappes phréatiques au plus bas. « En s’abattant brusquement sur un sol souvent laissé à nu par les incendies, ces pluies vont avant tout ruisseler vers les cours d’eaux accentuant ainsi le risque d’inondation », tempère Eric Guilyardi.

Un épisode potentiellement redoutable

À l’autre bout du Pacifique, le refroidissement des eaux à la surface de l’océan empêche la formation de nuages d’altitude chargés de pluie. Le nord-est de l’Australie et les îles d’Asie du Sud-Est, habituellement confrontés à de fortes précipitations, subissent au contraire une sécheresse marquée. En 1997-1998, lors du plus intense El Niño du siècle dernier, l’Indonésie a ainsi perdu 400 000 hectares de rizières. L’île de Sumatra fut pour sa part ravagée par de gigantesques incendies qui détruisirent 2 millions d’hectares de forêt. À l’échelle du globe, on estime que cet épisode aura causé la mort de 23 000 personnes et provoqué 40 milliards de dollars de dégâts dans 27 pays différents.

Phénomène El Nino
Koronadal, le 5 avril 1998. Distribution de sacs de riz dans cette ville du sud des Philippines touchée par une grave pénurie alimentaire après une période de sécheresse de neuf mois causée par El Niño.
Phénomène El Nino
Koronadal, le 5 avril 1998. Distribution de sacs de riz dans cette ville du sud des Philippines touchée par une grave pénurie alimentaire après une période de sécheresse de neuf mois causée par El Niño.
 

En apportant
un air plus chaud
et chargé en
humidité, El Niño
engendre des
pluies diluviennes
à l’origine
d’inondations
et de glissements
de terrain.

Ce scénario catastrophe va-t-il se reproduire cette année ? Selon les derniers bulletins d’information diffusés par la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA), l’agence américaine chargée de l’étude de l’océan et de l’atmosphère, il y a désormais 95 % de chance que le phénomène actuel se prolonge jusqu’au printemps 2016. La plupart des modèles numériques sur lesquels se basent les chercheurs pour prédire son évolution estiment, quant à eux, que les eaux de surface du Pacifique-Est subiront d’ici à la fin de l’année un réchauffement moyen de 2,5 °C, du même ordre que celui mesuré en 1997-1998. Malgré cette apparente similitude, les scientifiques préfèrent rester prudents sur les impacts potentiels de l’épisode en cours. « Certaines perturbations comme l’affaiblissement de la mousson dans le sud de l’Inde ou en Afrique de l’Ouest doivent être perçues comme une augmentation du risque qui ne se vérifie pas toujours », illustre Eric Guilyardi. Au cours de l’événement catastrophique de 1997-1998, les niveaux de précipitations de la mousson indienne sont en effet restés proches de la normale alors qu’ils diminuèrent de 40 % lors de l’épisode moins marqué de 2002.

Une certitude tout de même : sous l’effet d’un réchauffement climatique non contrôlé, les El Niño extrêmes seront plus fréquents. Cela a récemment été confirmé3 par une équipe internationale dont faisait partie Eric Guilyardi : « Alors que ce type d’événement survient actuellement tous les quinze ans, nos résultats ont pu montrer sans ambiguïté que cette fréquence doublerait à compter de 2050 si rien n’est fait d’ici là pour enrayer les émissions de gaz à effet de serre. » Une raison de plus, s’il en fallait une, de tout mettre en œuvre pour lutter contre le changement climatique.

_____________________________________________________________________________________________________________________

L’Atlantique a aussi son El Niño
Contrairement à son cousin du Pacifique, ce phénomène qui réapparaît tous les trois-quatre ans au niveau du golfe de Guinée est rarement sous le feu des projecteurs. Un manque de notoriété qui doit beaucoup à la physionomie de l’océan Atlantique. Avec à peine 3 000 kilomètres de large au niveau de l’équateur, contre 18 000 kilomètres pour le Pacifique, l’Atlantique emmagasine nettement moins de chaleur à sa surface. En raison de son étroitesse, ce bassin océanique est en outre influencé par les fluctuations de température des continents qui le bordent. Lorsqu’une anomalie climatique de type El Niño s’y installe, son pouvoir de nuisance s’en trouve de fait atténué. « Alors qu’El Niño constitue une perturbation majeure du cycle saisonnier dans le Pacifique, peu marqué dans cette région du globe, les anomalies de température résultant de son alter ego Atlantique demeurent relativement faibles par rapport à celles du cycle des saisons », résume Boris Dewitte.

_____________________________________________________________________________________________________________________

Notes
  • 1. Unité CNRS/UPMC/IRD/MNHN.
  • 2. Unité CNRS/IRD/Cnes/UPS.
  • 3. « Increasing Frequency of Extreme El Niño Events Due to Greenhouse Warming », Wenju Cai. et al., Nature Climate Change, 2014, vol. 4 : 111–116.
Aller plus loin

Auteur

Grégory Fléchet

Grégory Fléchet est né à Saint-Étienne en 1979. Après des études de biologie suivies d’un master de journalisme scientifique, il s’intéresse plus particulièrement aux questions d’écologie, d’environnement et de santé. Il est installé à Paris depuis 2007, où il travaille désormais comme journaliste indépendant.

Commentaires

1 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS