Sections

Valérie Masson-Delmotte : « Nous devons mieux anticiper les risques sévères »

Dossier
Paru le 27.10.2020
Mis à jour le 28.10.2020
Covid-19: la recherche mobilisée

Valérie Masson-Delmotte : « Nous devons mieux anticiper les risques sévères »

16.06.2020, par
La démocratie participative est-elle un outil efficace pour lutter contre le changement climatique ? Quelle leçon tirer de la crise du Covid-19 ? Avant la 7e et dernière session de la Convention citoyenne pour le climat, ouverte le 19 juin, Valérie Masson-Delmotte, co-présidente du groupe 1 du Giec et climatologue au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement, nous a livré son analyse.

Les 150 personnes tirées au sort et représentant « la diversité des citoyens et des citoyennes françaises » se réuniront les 19, 20 et 21 juin, en pleine sortie de crise sanitaire, pour la 7e et dernière session de la convention citoyenne pour le climat. L’objectif de cette expérience démocratique ? « Définir une série de mesures permettant d'atteindre une baisse d’au moins 40 % des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, et ce dans un esprit de justice sociale ». Le président de la République s’est engagé à ce que les propositions législatives et réglementaires que feront les 150 dans quelques jours soient « soumises "sans filtre" soit à référendum, soit au vote du parlement, soit à application réglementaire directe ».

La démocratie participative est-elle un outil de choix pour lutter contre le changement climatique ? La crise du Covid-19 aura-t-elle un impact positif pour la protection de l’environnement ? Nous avons demandé son avis à Valérie Masson-Delmotte, climatologue au Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement1, en pleine préparation du 6e rapport du GiecFermerLe Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec), créé en 1988, dépend de deux organisations des Nations unies (ONU). Il a pour mission d'évaluer de manière méthodique et sans parti pris l'évolution des connaissances scientifiques, techniques et socio-économiques qui permettent de comprendre les mécanismes et les risques du changement climatique provoqué par les êtres humains, ainsi que les stratégies pour l'atténuer ou s'y adapter. Le Giec n'est donc pas un organisme de recherche : c'est un ensemble d'experts internationaux, pertinent pour éclairer la prise de décision politique, mais non prescriptif. Il est composé de trois groupes. dont elle co-préside le groupe 1.

Les 150 Français tirés au sort se réuniront ce vendredi 19 juin pour l'ultime session de la Convention citoyenne pour le climat. (ici, une session de 2019.)
Les 150 Français tirés au sort se réuniront ce vendredi 19 juin pour l'ultime session de la Convention citoyenne pour le climat. (ici, une session de 2019.)

Cette consultation citoyenne sur le climat est inédite en France. Y en a-t-il déjà eu ailleurs ?
Valérie Masson-Delmotte : Oui, il y a eu quelques précédents. En 2018, j'ai été invitée à intervenir devant le comité mixte sur l’action pour le climat du Parlement irlandais. Ce comité, l’assemblée citoyenne irlandaise (Citizens Assembly), avait été mis en place suite à un exercice innovant de démocratie participative qui avait formulé et voté un ensemble de recommandations ambitieuses pour agir vis-à-vis du changement climatique.
 

Nous avons besoin d’espaces de réflexion de ce type-là, de délibération citoyenne, il faut faire confiance à l'intelligence collective.

J'avais alors eu l'occasion d'échanger avec certains participants, et j'avais été très impressionnée par la profondeur de leur réflexion qui visait à ancrer l’action pour le climat dans des transformations de la société au bénéfice de tous. Suite à cela, tout au début de la crise des gilets jaunes, j'avais co-signé une tribune pour appeler à mettre en place ce type de délibération citoyenne en France. Je ne sais pas si cet appel a pesé dans la décision d'organiser la convention, mais c'est évidemment une initiative que je soutiens : nous avons besoin d’espaces de réflexion de ce type-là, il faut faire confiance à l'intelligence collective.

Qu'est-ce qui vous a le plus marquée lors de la première session de la convention citoyenne, en octobre dernier ?
V. M.-D. :
L'implication et l'investissement des gens, leur soif de s'approprier les enjeux, la profondeur des débats, mais aussi le manque d'informations qu'ils déploraient. Lors de ce week-end de lancement des travaux, je suis intervenue pour expliquer à la fois les méthodes permettant de produire les connaissances en sciences du climat ainsi que les enjeux, à l’échelle globale comme locale. Au cours du week-end suivant, certains facilitateurs m’ont confié que plusieurs participants avaient été très secoués par mon intervention et avaient pris conscience de l’ampleur des enjeux.

 

Une fois informés, les gens se sentent souvent pleinement concernés, formulent des questions très pertinentes et fourmillent de propositions concrètes.

Ils ne comprenaient pas pourquoi ces éléments par exemple l'évolution du climat en France, région par région n’étaient pas plus clairement communiqués dans les médias. Ce genre d’épisode me fait dire que le niveau d’information en matière de changement climatique est très insuffisant. Et qu’après s’être approprié ces éléments, les gens se sentent souvent pleinement concernés, formulent des questions très pertinentes et fourmillent de propositions concrètes. J’en ai suivi certains sur Twitter qui, depuis, s’efforcent d’organiser à leur niveau, dans des cafés ou sur Internet, des espaces de discussions et d’échanges.

« Durant quelques semaines, beaucoup de personnes ont pu apprécier un air plus propre, des villes moins bruyantes, ce qui a donné une idée de ce qu’on pouvait gagner en transformant nos modes de vie. » (ici, le périphérique parisien pendant le confinement, le 17 mars 2020).
« Durant quelques semaines, beaucoup de personnes ont pu apprécier un air plus propre, des villes moins bruyantes, ce qui a donné une idée de ce qu’on pouvait gagner en transformant nos modes de vie. » (ici, le périphérique parisien pendant le confinement, le 17 mars 2020).

De nombreux citoyens souhaitent que la crise sanitaire, sur laquelle ils ont été massivement informés, laisse émerger une société plus soucieuse et respectueuse de l’environnement. Pensez-vous que ce soit possible ?
V. M.-D. : Durant quelques semaines, beaucoup de personnes ont pu apprécier un air plus propre, des villes moins bruyantes, ce qui a donné une idée de ce qu’on pouvait gagner en transformant nos modes de vie. Certaines tendances récentes semblent avoir été renforcées pendant la crise, comme l’achat d’aliments directement aux producteurs ou l’utilisation du vélo pour les déplacements de proximité, et pourraient s’inscrire dans la durée. C’est encourageant.
 

Les plans de relance doivent aussi se faire au bénéfice de l’environnement (...). Ces enjeux avaient été peu pris en compte après la crise financière de 2008.

Mais ce qui fera la différence, c’est la nature des plans de relance. Ils doivent se faire au bénéfice de l’emploi, mais aussi de l’environnement, sous peine d’observer bientôt un effet rebond. Après la crise financière de 2008, la plupart des plans de relance n’ont pas intégré les enjeux environnementaux et ont retardé les actions pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Avez-vous eu l’occasion de vous exprimer à ce sujet auprès du gouvernement ?
V. M.-D. : Le Haut Conseil pour le Climat dont je fais partie2, a été auditionné par le Ministre de l’économie et des finances durant un créneau d’une heure un mercredi de mai. Nous avons, à cette occasion, présenté les recommandations issues d’un rapport spécial « climat, santé, mieux prévenir, mieux guérir » que nous venions de publier. Construire un développement soutenable demande d’assurer un développement économique et social tout en préservant l’environnement, et en réduisant de manière importante et tenace les émissions de CO2. J’ajouterais qu’il faudra aussi porter une attention toute particulière aux jeunes dont l’entrée sur le marché du travail pourrait être très fortement impactée par la crise économique qui se profile.
  
La France doit-elle s’inspirer d’autres pays qui feraient, selon vous, les bons choix post-crise ?
V. M. -D. : L’Allemagne s’est montrée assez exemplaire dans la gestion de la crise. La communication d’Angela Merkel, qui a une formation scientifique approfondie (3), était à la fois bienveillante, prudente et très claire sur les éléments scientifiques. Les responsabilités ont été également partagées entre l’État et les régions. En Allemagne, des choix forts semblent se mettre en place pour accélérer la transition vers une mobilité plus propre.

Le cyclone Nisarga a touché l’Inde le 3 juin, en pleine crise du Covid-19. Au moins 100 000 personnes ont été évacuées mais à Mumbai (ici en photo), les habitants ont été appelés à rester confinés.
Le cyclone Nisarga a touché l’Inde le 3 juin, en pleine crise du Covid-19. Au moins 100 000 personnes ont été évacuées mais à Mumbai (ici en photo), les habitants ont été appelés à rester confinés.

S’il y avait une grande leçon à tirer de cette crise sans précédent, et qui pourrait servir à mieux gérer une future crise majeure liée au changement climatique, quelle serait-elle ?
V. M. -D. : Sans aucun doute l’anticipation de risques potentiellement très sévères. En la matière, la France n’est pas assez préparée. On a pu le constater lors de la canicule de 2003. D’ailleurs, les mesures prises pour limiter les conséquences de vagues de chaleur, qui seront plus intenses et plus fréquentes dans les décennies à venir, sont encore insuffisantes : par exemple, les espaces verts, sources de fraîcheur, manquent encore cruellement au cœur de certaines villes.

Il faut maintenant se préparer à des risques composites : comment gérer une pandémie pendant une vague de chaleur intense ou en cas de cyclone s’il faut évacuer les populations ?

Or maintenant, il faut aussi se préparer à des risques composites : comment gérer une pandémie pendant une vague de chaleur intense (rappelons qu’il a fait jusqu’à 46°C l’été dernier en France) ou en cas de cyclone s’il faut évacuer les populations (comme au début du mois de juin en Inde) ? Pour limiter les vulnérabilités et l’exposition à ces risques, il faut renforcer la capacité de détection des phénomènes nouveaux majeurs, mettre en place des systèmes d’alertes précoces, renforcer la transparence et la communication au niveau international. Et bien sûr agir à la racine des risques liés aux zoonoses et au changement climatique en préservant les écosystèmes et en réduisant de manière tenace les émissions de CO2.

Anticiper des risques, cela suppose aussi qu’une bonne partie de la société y soit sensibilisée.  Nous sentons-nous désormais plus concernés par les potentielles crises à venir, notamment celles qui seront directement liées au changement climatique ?
V. M.-D. : Je l’espère. En tout cas, les collègues qui travaillent sur les épidémies observent depuis quelques mois ce que nous, climatologues, observons depuis des années : d’abord du déni, la volonté de tenir à distance quelque chose d’angoissant, de la sidération, de la colère, un sentiment d’impuissance. Et, lorsque ces étapes sont surmontées, et que la nouvelle situation est intégrée, la mise en œuvre de solutions concrètes.

Début juin 2019, Météo France annonçait avec cette carte une température de 50 °C relevée au Pakistan. Cette même année, fin juin puis fin juillet, d'intenses vagues de chaleur touchaient la France où un nouveau record national de 46 °C fut observé le 28 juin dans le Gard.
Début juin 2019, Météo France annonçait avec cette carte une température de 50 °C relevée au Pakistan. Cette même année, fin juin puis fin juillet, d'intenses vagues de chaleur touchaient la France où un nouveau record national de 46 °C fut observé le 28 juin dans le Gard.
Le risque lié au changement climatique a longtemps été considéré comme lointain (...), mais les vagues de chaleur, les pluies torrentielles ou les sécheresses le rendent beaucoup plus concret...

Ceci dit le risque n’est pas perçu de la même manière.  Celui de pandémie a été ressenti comme immédiat, personnel. Celui lié au changement climatique a longtemps été considéré comme graduel, éloigné, lointain, pour les générations futures, ou d’autres régions du monde. Mais la réalité des conséquences du changement climatique, et tout particulièrement l’intensification des événements extrêmes comme les vagues de chaleur, les pluies torrentielles ou les sécheresses, a fait évoluer la perception de ce risque au cours des dernières décennies, le rendant beaucoup plus concret...

Les scientifiques ont été particulièrement mis sur le devant de la scène ces derniers mois. Sont-ils désormais plus écoutés par les décideurs ?
V. M.-D. : Évidemment, devant une situation nouvelle, le besoin de connaissances est vital. Mais chaque nouveau résultat a été rendu public sans recul critique et commenté, parfois par des journalistes qui connaissent mal la démarche scientifique, suscitant la perplexité du public. Par ailleurs, les éléments scientifiques qui ont « justifié » certaines décisions politiques n’ont pas toujours été mis à disposition. Je ne saurais dire si nous serons désormais plus écoutés.

Chaque nouvelle étude est parcellaire, incomplète, et parfois réalisée dans l’urgence. Il est important de mettre en commun les connaissances produites dans le monde entier (...)

J’espère surtout que la société va comprendre le processus complexe de la production de connaissances. Chaque nouvelle étude est parcellaire, incomplète, et parfois réalisée dans l’urgence. De ce fait, il est important de mettre en commun les connaissances produites dans le monde entier, d’avoir du recul, de faire preuve d'esprit critique pour passer de la production de connaissances partielles à l’identification de ce qui est solidement établi ou au contraire ne l’est pas. En science, pour tirer des conclusions fiables, on a besoin de faire « décanter » collectivement les résultats.   

La 49e session du Giec (en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change), à Kyoto, le 8 mai 2019. Le prochain rapport du Groupe 1, copiloté par Valérie Masson-Delmotte, sera retardé de plusieurs mois en raison de la pandémie de Covid-19.
La 49e session du Giec (en anglais IPCC pour Intergovernmental Panel on Climate Change), à Kyoto, le 8 mai 2019. Le prochain rapport du Groupe 1, copiloté par Valérie Masson-Delmotte, sera retardé de plusieurs mois en raison de la pandémie de Covid-19.

À propos de travaux scientifiques, où en est la rédaction du 6e rapport du groupe 1 du Giec3 que vous co-pilotez ?
V. M.-D. : Les 234 auteurs, travaillant dans 60 pays différents, ont analysé environ 12 500 publications scientifiques et produit en 2018 une première version du projet de rapport relue très largement par la communauté scientifique. La seconde version, à l’automne 2019, a pris en compte quelques 23 000 commentaires de 750 relecteurs. Les premiers projets de résumés du rapport (résumé technique et résumé à l’intention des décideurs) ont ensuite été élaborés entre janvier et février 2020 à la suite d’intenses échanges en ligne. La relecture de cette seconde version de rapport a démarré le 2 mars, quelques jours avant que l'OMS ne déclare la pandémie.

L’OMS a déclaré la pandémie quelques jours après que la communauté des chercheurs a démarré la relecture des premiers projets de résumés du rapport...

Nous avons dû rallonger de six semaines la durée de cette relecture, qui vient de se terminer, et a reçu plus de 51 000 commentaires de 1 279 relecteurs et 42 gouvernements (environ 60 % de plus que le 5e rapport, en 2012). Notre programme de travail en ligne est étalé sur 4 mois, avec 74 réunions de coordination. Reste à savoir s’il sera ou non possible de tenir une réunion physique début 2021. Quoi qu’il en soit, l’approbation du rapport, initialement prévue en avril 2021, sera retardée de plusieurs mois…
   

À lire sur notre site :

L'article sur le lancement de la Convention en octobre dernier Climat, les citoyens aux manettes
Le portrait Valérie Masson-Delmotte, une voix pour le climat

Notes
  • 1. Unité CNRS/Université Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines/Commissariat à l’énergie atomique et aux énergies alternatives.
  • 2. Valérie Masson-Delmotte est l’un des treize membres du Haut Conseil pour le climat. Créée en novembre 2018, cette instance doit donner un avis indépendant sur la politique gouvernementale en matière de climat, en particulier sur sa compatibilité avec l’accord de Paris.
  • 3. Groupe d'experts intergouvernemental sur l'évolution du climat.

Commentaires

2 commentaires

les sécheresses et les inondations ne sont pas des fatalités mais le résultat logique d'une très mauvaise gestion de l'eau qui impact directement le climat. L'atmosphère a deux effets indissociables : l’effet de serre et l'effet parasol ! l'effet parasol nous protège la journée (sinon la température atteindrait + 150°c) et l'effet de serre nous protège la nuit (sinon la température serait à -168°c) . Si on assiste à de fortes canicules l'été c'est justement par manque de vapeur d'eau et par manque d’évaporation (donc manque de végétation sur les continents). on mesure 20°c d'écart entre un champ vert et un champ sec l'été, un champ irrigué l'été a le même impact sur le climat qu'une foret ! il faut planter des arbres pour le long terme mais à court terme il faut végétaliser en gardant de l'eau l'hiver ! sur le diagramme (ci joint) les 60% d’effet de la vapeur d’eau sont calculés avec un taux d’humidité de 100%, quand l’été le taux descend en dessous de 20% l’effet parasol descend à 12% donc l’atmosphère perd 50% de son effet parasol et le soleil brule les sols (= canicule) ! Dans les zones tempérées (mers et vastes forets) la quantité de vapeur d’eau augmente proportionnellement à la chaleur et le climat se régule tout seul : baisse de la radiation solaire atteignant les sols, évacuation de la chaleur par l’évaporation (60%) et albédo faible (diminution de l’effet de serre) ! Dans les zones couvertes d’eau ou de végétation les montées en température sont amorties ! Dans les zones sèches la quantité de vapeur d’eau est faible et n’augmente pas proportionnellement à la chaleur, il n’y a pas d’évaporation donc il y a stockage de chaleur dans les sols, les surfaces claires augmentent l’effet de serre (albédo plus fort) , et les surfaces sombres stockent plus de chaleur (albédo faible) ! Dans les zones sèches les montées en température sont exponentielles ! C’est la coupure du cycle de l’eau sur les continents l’été (donc la dé-végétalisation) qui dérègle le climat ! Donc l’évaporation n’est pas un problème pour le climat c’est même LA solution ! http://pasdeclimatsanseau.unblog.fr/2020/06/25/impact-du-taux-de-vapeur-deau-dans-latmosphere/ Les sécheresses ne sont pas provoquées par le dérèglement climatique mais le dérèglement climatique est provoqué par les sécheresses !

L'atmosphère a deux effets indissociables : l’effet de serre et l'effet parasol ! l'effet parasol nous protège la journée (sinon la température atteindrait + 150°c) et l'effet de serre nous protège la nuit (sinon la température serait à -168°c) . Si on assiste à de fortes canicules l'été c'est justement par manque de vapeur d'eau et par manque d’évaporation (donc manque de végétation sur les continents). on mesure 20°c d'écart entre un champ vert et un champ sec l'été, un champ irrigué l'été a le même impact sur le climat qu'une foret ! il faut planter des arbres pour le long terme mais à court terme il faut végétaliser en gardant de l'eau l'hiver ! sur le diagramme (ci joint) les 60% d’effet de la vapeur d’eau sont calculés avec un taux d’humidité de 100%, quand l’été le taux descend en dessous de 20% l’effet parasol descend à 12% donc l’atmosphère perd 50% de son effet parasol et le soleil brule les sols (= canicule) ! Dans les zones tempérées (mers et vastes forets) la quantité de vapeur d’eau augmente proportionnellement à la chaleur et le climat se régule tout seul : baisse de la radiation solaire atteignant les sols, évacuation de la chaleur par l’évaporation (60%) et albédo faible (diminution de l’effet de serre) ! Dans les zones couvertes d’eau ou de végétation les montées en température sont amorties ! Dans les zones sèches la quantité de vapeur d’eau est faible et n’augmente pas proportionnellement à la chaleur, il n’y a pas d’évaporation donc il y a stockage de chaleur dans les sols, les surfaces claires augmentent l’effet de serre (albédo plus fort) , et les surfaces sombres stockent plus de chaleur (albédo faible) ! Dans les zones sèches les montées en température sont exponentielles ! C’est la coupure du cycle de l’eau sur les continents l’été (donc la dé-végétalisation) qui dérègle le climat ! Donc l’évaporation n’est pas un problème pour le climat c’est même LA solution ! http://pasdeclimatsanseau.unblog.fr/2020/06/25/impact-du-taux-de-vapeur-deau-dans-latmosphere/ Les sécheresses ne sont pas provoquées par le dérèglement climatique mais le dérèglement climatique est provoqué par les sécheresses !
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS