Sections

Make our planet great again : ces chercheurs qui ont choisi la France

Make our planet great again : ces chercheurs qui ont choisi la France

26.09.2019, par
Coup de projecteur sur le programme Make our planet great again, lancé en juin 2017 et dont la première conférence se tiendra le 1er octobre, à Paris.

« We are getting out » (« Nous sortons »). Prononcée le 1er juin 2017 par Donald Trump, cette phrase d’apparence anodine a provoqué une onde de choc mondiale. C’est que le chef de l’exécutif américain signifiait par là le retrait des États-Unis de l’Accord de Paris sur le climat, texte historique signé fin 2015 dans la capitale française par 194 autres pays et ambitionnant de contenir le réchauffement de la planète « bien en deçà de 2 °C » par rapport à l’ère préindustrielle. D’où la décision prise aussitôt par le président de la République Emmanuel Macron d’inviter « tous les scientifiques, ingénieurs, entrepreneurs, citoyens engagés » déçus – voire pénalisés – par la volte-face du locataire de la Maison Blanche à venir (ou revenir) travailler en France « sur des solutions concrètes pour le climat ».

 « L’urgence climatique pose des défis uniques pour la science, rappelle Antoine Petit, président-­directeur général du CNRS, à la veille de la première conférence sur le programme Make our planet great again (Mopga)1 qui se tiendra le 1er octobre au musée du Quai Branly, à Paris, en présence des ministres française et allemande de la Recherche. Des solutions d’adaptations et/ou d’atténuations doivent reposer sur les meilleures données scientifiques disponibles. C’est avec l’objectif de produire et d’appliquer ces connaissances que le président de la République a demandé la mise en place d’un appel à projet international qui offre à toute chercheuse ou chercheur résidant à l’étranger depuis au moins deux ans la possibilité de mener des recherches innovantes sur la question des changements globaux, y compris climatiques, dans des laboratoires français », explique-t-il.
 

Le président Emmanuel Macron le 11 décembre 2017 à la Station F à Paris.
Le président Emmanuel Macron le 11 décembre 2017 à la Station F à Paris.

60 millions d’euros de budget

Axé sur la compréhension des mécanismes physiques, chimiques, biologiques…, régissant la « machine Terre », la problématique du développement durable et la transition énergétique, le programme Mopga est doté d’un budget de 60 millions d’euros. Une moitié de cette enveloppe est assurée par le secrétariat général pour l’investissement (SGPI) et gérée par l’Agence nationale de la recherche (ANR), l’autre par les établissements d’accueil.
 
« Chaque euro apporté par ces derniers ne l’est pas nécessairement en “cash”, précise Antoine Petit. L’apport peut très bien se faire en “in kind”, c’est-à-dire en valorisant à sa juste mesure l’environnement humain et technologique (possibilité d’utiliser des instruments de pointe, accès à des plateformes…) dans lequel évolue le lauréat. Et il est important de souligner qu’à la mobilisation de l’ANR et des laboratoires s’ajoute celle des partenaires régionaux, ce qui reflète la motivation de l’ensemble des acteurs concernés par le projet. »
 
S’agissant de la sélection des candidats, juniors (c’est-à-dire ayant obtenu leur doctorat il y a douze ans au plus) comme seniors (titulaires d’une thèse depuis plus de douze ans), la procédure retenue s’est déroulée en deux temps, que ce soit en 2017 ou en 2018. Une première phase, pilotée par le CNRS au nom de l’ensemble des organismes français de recherche, a permis de jauger les postulants sur la qualité de leur CV. Une seconde, supervisée par l’ANR, a vu un jury international évaluer les projets des candidats présélectionnés par le CNRS et montés par les chercheurs avec les équipes des laboratoires qu’ils souhaitaient rejoindre. Ce jury est présidé par Corinne Le Quéré, professeure en science du changement climatique à l’Université d’East Anglia, au Royaume-Uni, et à la tête du Haut Conseil pour le climat depuis novembre 2018. Composé de neuf ou dix membres, selon les années, ce jury interdisciplinaire comprenait des climatologues français et finlandais, un chimiste et un biologiste américain, un économiste suisse et un spécialiste japonais de la durabilité.

La répartition du financement

« Les dossiers que nous avons eus à examiner la première année (2017) étaient plutôt portés vers les sciences naturelles du système terrestre, avec relativement peu de projets portant sur les sciences humaines et sociales et sur les enjeux associés au développement durable et à la transition énergétique, mais la tendance s’est inversée en 2018, observe Corinne Le Quéré. Globalement, les dossiers étaient de très haut niveau. Toute la difficulté a été de répartir le financement entre de très bons projets seniors et des projets juniors très prometteurs. Par ailleurs, certaines propositions intéressantes, mais ayant besoin d’être renforcées, ont été retravaillées selon nos recommandations, soumises de nouveau au jury et finalement validées, ce qui est très satisfaisant. »
 
Que l’appel d’offres de la France ait suscité l’attrait de la communauté savante hors des frontières, les chiffres le prouvent. Lors du lancement du programme sur le site Internet Make our planet great again, géré par l’agence publique Campus France, plus de 11 000 clics et demandes de contacts provenant d’étudiants et de chercheurs d’une centaine de pays, d’entreprises, d’ONG..., ont été enregistrés. Parmi les chercheurs, plus de 400 ont manifesté de l’intérêt pour des séjours de longue durée. Au total, 340 ont fait acte de candidature et 43 ont été retenus par le jury (lire ci-dessous). « Le CNRS est de loin l’organisme de recherche le plus impliqué dans le programme Mopga puisque nous portons 21 des 43 projets retenus », indique Antoine Petit, tout en soulignant que 40 des 43 projets sont réalisés dans des unités mixtes de recherche du CNRS, donc avec d’autres établissements.
 

La Tour Eiffel, le 12 décembre 2015, à l'occasion de la COP21.
La Tour Eiffel, le 12 décembre 2015, à l'occasion de la COP21.

Le rôle dévolu au vaisseau amiral de la recherche française n’a rien d’étonnant sachant que « la qualité de ses travaux en matière de changements globaux, dont le changement climatique, est reconnue internationalement », renchérit Stéphanie Thiébault, directrice de l’Institut écologie et environnement du CNRS. De fait, dans la catégorie « Science de l’environnement et du système Terre » de l’Index 2019 de la revue Nature, le CNRS occupe le 3e rang mondial, juste derrière ­l’Académie des sciences chinoise et les centres de recherche de l’Association Helmholtz en Allemagne. « L’attractivité de nos laboratoires est très forte, ce qui explique qu’une grande partie des lauréats ait voulu les intégrer », commente Stéphanie Thiébault.
 

Une logique gagnant-gagnant

S’habituer aux us et coutumes français, en particulier aux arcanes de l’administration tricolore, a-t-il posé des problèmes aux heureux élus ? « À notre connaissance, l’ensemble des établissements a fait le maximum pour aider les lauréats à monter des dossiers administratifs souvent complexes, assure Antoine Petit. Pour ce qui nous concerne, deux chargées de mission les ont accompagnés dans leurs démarches : une au bureau du CNRS à Washington, l’autre à la Mission pour les initiatives transverses et interdisciplinaires, à Paris. »
 
Surtout, le projet Mopga repose sur une logique gagnant-gagnant, les grandes pointures de la science choisies pour la qualité de leur CV et l’originalité de leur projet trouvent un environnement stimulant dans les structures de renommée internationale qui les accueillent, et celles-ci tirent une plus-value scientifique de ces nouveaux venus.
 
« Quelqu’un comme le chimiste américain Christopher Cantrell, qui a rejoint le Laboratoire interuniversitaire des systèmes atmosphériques2 en mars 2018 pour cinq ans afin d’y étudier les impacts climatique et sanitaire à grande échelle de la pollution, apporte non seulement ses idées, son expérience, sa méthodologie…, mais aussi ses liens avec d’autres laboratoires internationaux et ses réseaux de financement. C’est donc un apport durable », explique Nicolas Arnaud, directeur de l’Institut national des sciences de l’Univers du CNRS. L’arrivée d’un chercheur de la stature de Venkatramani Balaji, dont les travaux sont en passe de révolutionner les méthodes de modélisation du climat, « ouvre de nouvelles fenêtres à nos recherches et renforce notre visibilité. Le salaire est loin d’être la motivation première des Mopga. C’est l’intérêt du programme et l’excellence des laboratoires qui les ont convaincus. Par ailleurs, certains ont clairement saisi cette opportunité pour revenir travailler en France », renchérit Elsa Cortijo, directrice du Laboratoire des sciences du climat et de l’environnement 3 de Saclay, lequel accueille, outre ce chercheur canadien d’origine indienne jusqu’ici en poste à l’Université de Princeton, trois autres lauréats en provenance des États-Unis et un du Japon.
 

Marche pour le climat à Paris, Place du Pantheon le 15 mars 2019.
Marche pour le climat à Paris, Place du Pantheon le 15 mars 2019.

Coopération franco-allemande

Chargé de l’animation scientifique du projet au plan national, le CNRS s’y emploie également à l’échelon européen avec ses collègues du Deutscher Akademischer Austausch­dienst (Daad, Office allemand d’échanges universitaires), l’Allemagne ayant rejoint l’initiative lors du sommet franco-allemand de juillet 2017 et mis sur pied un programme jumeau (mêmes procédures de sélection, mêmes thématiques).
 
« Le budget dévolu à ce programme baptisé Make our planet great again-German research initiative (Mopga-GRI) s’élève à 15 millions d’euros pour la période 2017-2022, explique Anke Stahl, du Daad. Nous finançons au total 13 projets de recherche, dont 7 sont portés par des chercheuses et chercheurs qui vivaient et travaillaient jusqu’ici aux États-Unis comme la biologiste Christina Richards et le physicien Yutsung Tsai. Sont notamment mobilisés les universités d’Augsbourg et de Leipzig, l’Institut d’études avancées en développement durable de Potsdam, l’Institut de technologie de Karlsruhe, l’Institut Leibniz de Berlin et le Centre Helmholtz de Geesthacht. Le copilotage de cette initiative devrait donner lieu à de fructueux échanges entre les équipes concernées de part et d’autre du Rhin et, plus largement, renforcer la coopération scientifique franco-­allemande. » Pour s’en assurer, une conférence de mi-parcours se tiendra à Strasbourg, et une conférence de clôture à Berlin, en 2022.♦
 
 
--------------------- 
 

Les lauréats en chiffres

Les 43 candidatures retenues par le jury se composent de 12 femmes et 31 hommes, parmi lesquels 23 juniors (ayant obtenu leur doctorat il y a douze ans au plus) et 20 seniors (titulaires d’une thèse depuis plus de douze ans).
On dénombre 12 Américains, 12 Français (pour la plupart en poste aux États-Unis), 6 Canadiens, 3 Allemands, 3 Espagnols et 1 lauréat pour la Grèce, l’Italie, le Pérou, l’Angleterre, la Suisse, la Moldavie et le Japon. 19 projets portent sur les Sciences du système terrestre, 17 sur le changement climatique et la durabilité et 7 sur la transition énergétique.

 
---------------------

Témoignages

Benjamin Sanderson             
Nationalité : britannique
Âge : 37 ans
Institution d’origine : National Center for Atmospheric Research (États-Unis)
Laboratoire d’accueil : laboratoire Climat, environnement, couplage et incertitudes4
 
Quitter le Colorado ? Une décision « difficile à prendre », de son propre aveu, mais dictée par l’urgence de la situation et les promesses du projet Mopga. « J’ai candidaté à ce programme parce qu’il présente le changement climatique non comme un simple problème universitaire, mais comme un des enjeux les plus importants auxquels doit faire face notre société, explique le climatologue Benjamin Sanderson. De plus, cette initiative me laisse espérer que les conclusions de mes travaux seront prises en compte par les décideurs politiques. » Si son emploi n’était pas directement menacé aux États-Unis, « il est toutefois devenu moins simple d’y travailler librement en raison des contraintes budgétaires qui pèsent sur les recherches en rapport avec les émissions de gaz à effet de serre et la décarbonisation de l’économie », poursuit-il. À tire plus personnel, réduire son empreinte carbone en traversant moins souvent l’Atlantique pour rendre visite aux membres de sa famille installés sur le Vieux Continent a pesé dans son choix. Conduites au sein du Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique, à Toulouse, ses recherches continuent de graviter autour des incertitudes propres aux modèles climatiques, du degré de confiance à accorder aux résultats des simulations ainsi qu’à la meilleure façon de présenter aux populations les conséquences du réchauffement (inondations, vagues de chaleur dans les zones urbaines, mauvaises récoltes…). Et « au lieu d’utiliser un seul modèle, comme jusqu’ici, je vais en associer plusieurs afin de réduire l’incertitude sur les résultats, ce qui va me conduire à nouer de nombreux contacts en France et en Europe », précise-t-il.
 
 
Lorie Hamelin                          
Nationalité : canadienne
Âge  : 37 ans
Institution d’origine : Institute of Soil Science and Plant Cultivation (Pologne)
Laboratoire d’accueil : Toulouse Biotechnology Institute5 (TBI ex-LISBP) 
 
« Un mélange de motifs personnels et professionnels. » Ainsi la chercheuse canadienne Lorie Hamelin justifie-t-elle son choix de répondre par la positive à l’invitation du président Emmanuel Macron alors qu’elle était en poste en Pologne. « Avec mon conjoint français, lui aussi scientifique, nous envisagions de venir nous installer en France, détaille-t-elle. L’appel Mopga est donc arrivé au bon moment. Surtout, l’ambition de ce programme et l’ampleur des moyens alloués aux lauréats (jusqu’à 1 million d’euros pour les chercheurs juniors comme moi, et 1,5 million pour les seniors) ont achevé de me convaincre. Très rares, en effet, sont les appels à projet qui offrent la chance de pouvoir bâtir sa propre recherche et sa propre équipe en toute liberté », quand bien même les salaires en France sont « différents » et les lenteurs de l’administration « un peu usantes ». Conduit au sein du TBI et intitulé CambioSCOP 6, le projet pensé et piloté par cette originaire de Victoriaville (comté d’Arthabaska) se donne pour ambition, cinq ans durant, de forger des solutions innovantes pour augmenter le stockage du dioxyde de carbone dans les sols et booster la conversion de la biomasse (paille, résidus forestiers, biodéchets ménagers, lisier, fumier, algues…) en hydrocarbures, protéines, biomatériaux… À terme, « des stratégies bioéconomiques sur mesure pourront être proposées aux acteurs économiques et aux décideurs politiques, ce qui accélérera la progression de la France sur le chemin de l’après-carbone d’origine fossile », promet Lorie Hamelin.
 
 
Valéry Ridde
Nationalité : franço-canadienne
Âge : 50 ans
Université d’origine : Université de Montréal (Canada)
Organisme d’accueil : Centre population et développement
 
Que les déplacements de populations, internes comme transfrontaliers, s’intensifient dans un proche avenir à cause des catastrophes météorologiques (tempêtes, inondations, sécheresses…) et des perturbations environnementales (dégradation des sols, hausse du niveau marin, fonte des glaces…) imputables au changement climatique ne fait guère de doute. Mais quels seront les impacts de ces flux migratoires sur les systèmes de santé, en particulier ceux des pays les plus pauvres comme Haïti et le Bangladesh ? Et, comme il vaut mieux anticiper que subir, quels leviers d’action, éprouvés scientifiquement, mobiliser pour atténuer les effets de ces mouvements sur des systèmes déjà très vulnérables ? « Ces questions constituent un champ de recherche émergent en santé mondiale, explique Valéry Ridde, spécialiste des systèmes et des politiques publiques de santé longtemps en poste à l’Université de Montréal et arrivé début 2018 au Centre population et développement, à Paris, grâce au programme Mopga. Le projet Climate Change, Migration and Health Systems Resilience in Haiti and Bangladesh que je conduis, a pour objectif de développer cette thématique en France où elle est encore très peu étudiée. Il rassemble une quinzaine d’experts en sciences sociales, épidémiologie, géographie, statistiques…, français, canadiens, allemands, américains, haïtiens et bengalis. C’est certes un défi, mais c’est passionnant, car cela m’offre l’opportunité de faire évoluer mon parcours de recherche tout en me remobilisant intellectuellement. »
 
 Camille Parmesan
 Nationalité : américaine
 Âge : 57 ans
 Institution d’origine : School of Biological and Marine Sciences de l’Université de Plymouth (Royaume-Uni)
 Organisme d’accueil : Station d’écologie théorique et expérimentale7 de Moulis (Ariège)
 
Quand on lui demande les raisons qui l’ont poussée à traverser le Channel pour rejoindre la Station d’écologie théorique et expérimentale de Moulis, dans l’Ariège, la réponse de la biologiste américaine Camille Parmesan tombe comme un couperet : le Brexit et Donald Trump. « En 2011, je suis partie d’Austin (Texas) et j’ai gagné Plymouth avec mon mari  -le lépidoptéristeFermerSpécialiste des lépidoptères, insectes communément appelés papillon qui forment un ordre regroupant plusieurs milliers d’espèces Michael Singer, NDLR- pour nous rapprocher de sa mère très âgée, explique-t-elle. Peu après le décès de celle-ci, les Britanniques ont voté en faveur du Brexit. Nous avons choisi de quitter le Royaume-Uni. Mais alors que j’entamais des démarches en vue de retrouver un poste aux États-Unis, Donald Trump a été élu. L’atmosphère scientifique s’est dramatiquement dégradée outre-­Atlantique. Les conditions de travail dans les agences gouvernementales comme le Fish and Wildlife Service, l’organisme fédéral chargé de la protection des espèces menacées, sont devenues un enfer. La décision de venir vivre dans le sud de la France, où nous nous rendons périodiquement depuis une trentaine d’années, et dont nous sommes tombés amoureux de la culture, de la convivialité et, bien sûr, de la cuisine, a donc été facile à prendre ». Spécialiste mondialement réputée de l’impact du réchauffement sur les espèces sauvages, en particulier les papillons de l’Ouest américain et d’Europe, Camille ­Parmesan participe aux activités du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat depuis 1997 et prêtera depuis l’Hexagone son concours à l’élaboration du prochain rapport qui paraîtra fin 2021.
 
 

Notes
  • 1. « Rendons sa grandeur à notre planète », paraphrase du slogan de Donald Trump « Make America great again » (« Rendons sa grandeur à l’Amérique »).
  • 2. Unité CNRS/Univ.Paris-Diderot/Univ. Paris-Est Créteil Val-de-Marne
  • 3. Unité CNRS/CEA/Univ. Versailles Saint-Quentin.
  • 4. Unité CNRS/Centre européen de recherche et de formation avancée en calcul scientifique (Cerfacs).
  • 5. Unité CNRS/Inra/Insa Toulouse.
  • 6. Pour Carbon Management and BIOresources strategies for SCOPing the transition towards low fossil carbon.
  • 7. Unité CNRS/Université Paul-Sabatier
Aller plus loin

Mots-clés

Partager cet article

Auteur

Philippe Testard-Vaillant

Philippe Testard-Vaillant est journaliste. Il vit et travaille dans le Sud-Est de la France. Il est également auteur et coauteur de plusieurs ouvrages, dont Le Guide du Paris savant (éd. Belin), et Mon corps, la première merveille du monde (éd. JC Lattès).

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS