Sections

Des solutions existent pour protéger la nature

Des solutions existent pour protéger la nature

10.09.2018, par
Parmi les grands prédateurs, le lynx est à nouveau présent sur le continent européen.
La science fait-elle ce qu’il faut pour sauvegarder la biodiversité ? Oui, assurent aujourd’hui deux scientifiques qui ont analysé quelque 13 000 articles publiés sur le sujet. Laurent Godet, coauteur de cette étude, répond ici à ceux qui pensent que la biologie de la conservation, discipline qui étudie la biodiversité et propose des outils pour enrayer la crise actuelle, serait déconnectée du réel ou peu conciliante avec les activités humaines.

Avec Vincent Devictor1 , vous venez de publier une vaste analyse bibliographique de la littérature scientifique consacrée à la biologie de la conservation2. Quelles ont été vos motivations ?
Laurent Godet3 : La biologie de la conservation est une discipline jeune pour laquelle il existe peu de véritables synthèses des connaissances produites. Or s’agissant d’une discipline censée proposer des mesures pour ralentir, voire stopper, la crise de la biodiversité, alors même que celle-ci s’accélère, il est essentiel de s’interroger sur son efficacité. D’où notre idée de dresser un état des lieux des résultats accumulés depuis quinze ans.

D’autant que la biologie de la conservation fait actuellement l’objet de critiques, y compris au sein de la sphère académique ?
L. G.: En effet, selon ses détracteurs, notre discipline ne délivrerait que des messages pessimistes contre-productifs, ses outils seraient inefficaces, et elle ne s’intéresserait qu’à des hotspotsFermerZones géographiques, terrestres ou marines, représentatives de la biodiversité, présentant une grande richesse en espèces. de biodiversité tropicale, loin des zones géographiques où vivent la plupart des humains. D’un mot, nous serions déconnectés du réel et incapables de proposer des solutions intégrant les problématiques socio-économiques. Notre étude constitue donc également une réponse à cette litanie sans fondement.

Concrètement, comment avez-vous procédé ?
L. G.: Nous avons examiné les 12 971 articles publiés entre janvier 2000 et février 2015 par les biologistes de la conservation. Précisément, nous avons classé les publications des 9 revues dans lesquelles ils écrivent principalement en trois catégories selon qu’elles s’intéressaient à l’état de la biodiversité, aux menaces qui pèsent sur celle-ci ou aux solutions pour faire face à son déclin. Nous avons ensuite ordonné les publications de la première catégorie en fonction du constat, bon ou mauvais, fait sur l’espèce ou l’écosystème considéré. Au sein de la deuxième catégorie, les subdivisions sont apparues d’elles-mêmes, reflétant les différentes causes du déclin de la biodiversité. Enfin, pour la troisième, nous avons fait ressortir l’éventail des solutions de conservation proposées et nous avons analysé la pertinence de chacune d’elles.

Par ailleurs, nous avons regroupé les publications ne portant pas sur une étude empirique : opinions, débats, controverses articles épistémologiques, théoriques ou méthodologiques… dans une quatrième catégorie dite « autre ». Regroupant 76 % des articles de notre corpus initial, elle reflète à tout le moins le dynamisme et le caractère non monolithique de notre discipline.
 

Après la protection et l’arrêt du commerce de la tortue verte «Chelonia mydas», le nombre de pontes sur l’île de l’Ascension, dans l’Atlantique sud, a été multiplié par six de 1977 à 2013.
Après la protection et l’arrêt du commerce de la tortue verte «Chelonia mydas», le nombre de pontes sur l’île de l’Ascension, dans l’Atlantique sud, a été multiplié par six de 1977 à 2013.

Quels sont les principaux résultats de votre étude ?
L. G.: Commençons par les 1 050 articles consacrés à l’évaluation de l’état de santé d’une espèce ou d’un écosystème que nous avons recensés. Ainsi, 125 concluaient à un mauvais état, 767 à un état potentiellement mauvais, 147 à un bon état et 11 à un état potentiellement bon.
 

Les conclusions des biologistes ne sont ni pessimistes, ni optimistes mais simplement factuelles et réalistes, mettant en évidence la dégradation en cours de la biodiversité à l’échelle planétaire.

De ce point de vue, l’analyse bibliographique est sans appel : notre planète connaît bien actuellement une crise environnementale majeure qui va même aller en s’aggravant.

Pour autant, au sein de ce tableau globalement négatif, la littérature scientifique fait également état de situations positives, en particulier en Afrique, en Amérique du Sud et en Europe. À titre d’exemple, on peut citer le retour spontané des grands prédateurs que sont le loup, l’ours, le lynx et le glouton sur notre continent.

Évidemment, ce constat est à nuancer, en particulier du fait que notre étude ne porte que sur les quinze dernières années. Ainsi, en Europe, où lanthropisationFermerProcessus par lequel les populations humaines modifient ou transforment l’environnement naturel. La déforestation, l’élevage, l’urbanisation et l’activité industrielle sont parmi les principaux facteurs d’anthropisation. est massive et ancienne, les espèces et habitats qui subsistent ne sont plus que ceux qui ont pu se maintenir face à cette pression. Si bien que nous n’évaluons que l’état de santé des « derniers survivants ».

 

Autrement dit, une étude comparable sur les cinq cents dernières années aurait au contraire fait apparaître des disparitions massives, notamment de mammifères et d’oiseaux. Quoi qu’il en soit, il apparaît que les conclusions des biologistes de la conservation sont loin d’être unanimement pessimistes. Elles ne sont, du reste, pas plus optimistes, mais simplement factuelles et réalistes, mettant en évidence la dégradation en cours de la biodiversité à l’échelle planétaire.

Les causes de cette dégradation sont-elles aujourd’hui bien identifiées ?
L. G.: Absolument. Notre étude montre que la littérature de ces quinze dernières années documente très précisément ce que nous savons dans les grandes lignes depuis plus de trente ans. À savoir que les menaces principales qui pèsent sur la biodiversité sont la fragmentation des habitats, la surexploitation des ressources, l’introduction d’espèces exotiques envahissantes et, enfin, les extinctions en chaîne découlant des trois premiers facteurs. S’y ajoutent aujourd’hui les changements climatiques qui déséquilibrent encore plus les milieux naturels. De ce point de vue, il est tout simplement malhonnête de mettre en avant un défaut de connaissance comme argument pour sans cesse repousser la mise en place de mesures de conservation.

Pourtant, selon vos détracteurs, la chute de la biodiversité serait plutôt le signe de l’inefficacité des mesures de conservation mises en place par les biologistes de la conservation…
L. G.: Considérons simplement les faits : en matière de protection, la majorité des études portent sur les aires protégées. Parmi ces publications, 90 font état d’un succès contre seulement 18 qui rendent compte d’un échec. La clé de voûte des mesures de conservations est donc efficace.

Ces aires sont-elles pour autant compatibles avec l’activité humaine ?
L. G.: On entend dire ici et là que les aires protégées reviendraient à mettre la nature sous cloche, en complet décalage avec les contraintes socio-économiques. Mais c’est une vision archaïque. Par exemple, en France métropolitaine, seuls 100 km2, soit 0,02 % du territoire, sont labellisés Réserve biologique intégrale, y interdisant toute activité humaine. Quant aux réserves intégrales de parcs nationaux, au nombre de deux, elles n’ont pour ainsi dire jamais vu le jour.

À l’inverse, la grande majorité des aires protégées, dont il existe toute une déclinaison, intègrent des activités humaines. C’est par exemple le cas des réserves naturelles nationales et régionales et de tous les parcs naturels régionaux, où la préservation de l’environnement va de pair avec l’agropastoralisme et le tourisme.
 

En matière environnementale, nous faisons face à des politiques de petits pas très largement insuffisantes.

Par ailleurs, au-delà de la question des aires protégées, il est très important de noter que notre étude met en évidence un large spectre de solution de conservation. Ainsi, viennent en deuxième position les études portant sur la gestion dite « intégrée » des territoires, où environnement et activités humaines, souvent à travers des mesures agro-environnementales, vont de pair. C'est dans cette catégorie que l’on compte le plus de propositions d’expériences de conservation, loin de cette vision d’une biologie de la conservation focalisée sur une nature privée de sa composante humaine.

 

Citons encore les nombreux travaux portant sur la réintroduction d’espèces. Par exemple, en Europe, plusieurs espèces d’oiseaux ont été réintroduites avec un grand succès, comme le vautour fauve dans les Cévennes. Ou encore les expériences de restauration de milieux, où un desserrement de l’étau humain a bien souvent des effets positifs et rapides sur les cortèges floristiques et faunistiques. C’est par exemple le cas en Finlande, où la suppression de la canalisation d’un cours d’eau a entraîné un retour de communautés d’invertébrés aquatiques en quelques années. En tout, nous avons identifié 14 types différents de mesures de conservation !

La colonie de vautours fauves «Gyps fulvus» réintroduits dans la région des gorges du Tarn et de la Jonte, au début des années 1980, compte plus de 130 couples nicheurs.
La colonie de vautours fauves «Gyps fulvus» réintroduits dans la région des gorges du Tarn et de la Jonte, au début des années 1980, compte plus de 130 couples nicheurs.

Il y a aussi des échecs ?
L. G.: Oui, bien sûr. Par exemple, 40 études font état de l’insuffisance de la mise en place d’aires protégées. De même, aux Pays-Bas, une série de travaux a démontré l’inefficacité des mesures agro-environnementales pour conserver des prairies favorables aux oiseaux. D’où l’intérêt du large panel de solutions de conservation proposé par les spécialistes, illustrant l’absence de dogmatisme en biologie de la conservation, et la prise en compte des contraintes économiques et sociales en même temps que des impératifs environnementaux.

Si les solutions existent et sont le plus souvent testées positivement, n’y a-t-il pas alors un paradoxe à constater la poursuite de l’érosion de la biodiversité ?
L. G.: Notre analyse met en évidence l’existence de nombreuses solutions durables compatibles avec l’activité humaine. Pour autant, en matière environnementale, nous faisons face à des politiques de petits pas très largement insuffisantes. Alors que la plupart des propositions des scientifiques sont a minima des intérêts environnementaux, elles sont souvent ensuite vidées de leur substance dans des compromis qui n’ont pas grand sens.

Citons le cas du râle des genêts, un oiseau qui niche au sol dans les prairies humides. Les exigences agronomiques imposent souvent une fauche précoce alors qu’il faudrait une fauche tardive pour éviter de détruire les œufs et les poussins de cette espèce. Résultat : les réglementations imposent souvent de faucher à une date intermédiaire, ce qui ne résout rien pour personne !

Que faudrait-il faire ?
L. G.: Accepter qu’il puisse y avoir des oppositions, des conflits et des arbitrages difficiles. Concrètement que la sauvegarde de la biodiversité impose des choix qui ne peuvent pas toujours être en même temps favorables à l’exploitation. Notre étude démontre que les scientifiques font leur travail. Aux politiques de faire le leur !

Notes
  • 1. Chercheur à l'Institut des Sciences de l'Evolution de Montpellier (ISEM - Unité CNRS/ Université de Montpellier/ IRD/ EPHE)
  • 2. «WhatConservation does ?», L. Godet et V. Devictor, «Trends in Ecology and Évolution» (https://doi.org/10.1016/j.tree.2018.07.004 ).
  • 3. Chercheur au sein de l’unité Littoral, Environnement, télédétection, Géomatique (LETG – Unité CNRS/ université de Nantes/ université de Rennes 2 / UBO/ Université Caen Normandie/ Université d’Angers/ EPHE)
Aller plus loin

Partager cet article

Auteur

Mathieu Grousson

Né en 1974, Mathieu Grousson est journaliste scientifique. Diplômé de l’École supérieure de journalisme de Lille, il est également docteur en physique.

 

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS