Donner du sens à la science

Une mystérieuse civilisation antique aux portes du désert d’Arabie

Transcript
Fermer

Nous sommes au sultanat d’oman, aux portes du désert d’Arabie.

Aujourd’hui une mission archéologique pilotée par une équipe française tente de comprendre un des plus grands mystères de la région. Une construction monumentale, derniers témoins d’une civilisation disparue depuis des millénaires.

 

Guillaume Gernez coordonne la mission archéologique qui s’articule entre les villes d’Adam, et Saloute. Il tente d’en savoir plus sur cette population disparue. Qui a construit cette étonnante tour ? Pour quelles raisons ?

 

ITV Guillaume Gernez, archéologue

Depuis qu’on est arrivé à Adam, en 2007, l’une des questions principales était de comprendre le peuplement de cet oasis, Adam étant la dernière oasis d’Oman Central au Sud, et le monde, plus aride, que l’on suppose peuplé par des nomades.  

 

ITV  Clélia Paladre, archéologue

L’intérêt de fouiller des structures ici, c’est qu’on est sur des cultures proto-historiques, qui n’ont pas d’écriture. On n’a pas d’information qui vient d’eux, on n’a pas de texte, on ne sait pas qui ils étaient, comment ils fonctionnaient, quels étaient leurs cultes, de quoi ils vivaient, comment ils vivaient. La seule solution dans ces cas là, c’est l’archéologie.

 

La tour de 30 mètres de diamètre est cernée d’un triple mur de 3 mètres d’épaisseur.

Des murs en briques crues ont également été mis au jour à l’intérieur de la structure.

D’autres sondages révèleront la présence de deux fossés extérieurs ceinturant l’édifice. Un indice sur la fonction première du site...

 

ITV Tara Beuzin, géoarchéologue

Pour le moment on ne connaît pas grand chose de cette tour. En revanche, ce que l’on sait, c’est qu’elle est positionnée dans une plaine d’inondation qui est active encore actuellement, qui vraisemblablement a pu être en eau régulièrement. Ces fossés en eau peuvent réellement avoir une fonction défensive et protéger une ressource qui est à l’intérieur de ces tours.

 

Dans cette région aride, il y a une ressource particulièrement rare, stratégique et à protéger : l’eau POTABLE.

 

D’autres tours fortifiées, moins grandes, mais avec la même structure ont été découvertes dans la région. Elles avaient, en leur centre, un puits d’eau potable. Ici, le puits n’a toujours pas été retrouvé mais tout porte à croire qu’il a existé, que la tour avait la même fonction que les autres.

Par ses dimensions et ses caractéristiques architecturales la structure pourrait même avoir d’autres fonctions en plus de celles de puits, telles que le stockage et la préparation de denrées alimentaires, voire des activités sociales, économiques ou rituelles. Rien pour le moment NE permet de confirmer ces hypothèses.


Voici à quoi pouvait ressembler cette tour à l’époque de son utilisation, il y a plus de 5 000 ans.

 

ITV Tara Beuzin

Les fossés sont alimentés par les précipitations et par les crues. En revanche, les puits sont vraisemblablement alimentés par la nappe phréatique qui, lorsqu’il pleut, s’élève et vient atteindre le niveau de creusement du puits.

 

La période de construction et d’utilisation de cette tour intéresse particulièrement les chercheurs car il s’agit d’une époque charnière.

S’il y a eu des occupations humaines dans la zone depuis le néolithique, elles étaient rares, sous forme de petits campements de chasseurs. Elles ne préfiguraient en rien le développement qui allait arriver à l’âge de bronze.

Ce n’est qu’à partir de l’aridification de la zone que les populations ont dû trouver des solutions techniques pour s’adapter et se développer.



 

Et c’est encore un des plus grands mystères pour les chercheurs. Sans transition, le site est passé de désert, à un site abritant des constructions complexes et monumentales.

D’où viennent ces bâtisseurs ? Pourquoi s’être installé dans une région si aride ?

Une chose paraît sûre en tout cas, c’est que cette nouvelle maîtrise de l’eau a permis un peuplement sur le long terme à Adam.

 

ITV Guillaume Gernez

C’est ça la grande nouveauté de l’âge du bronze au sultanat d’Oman et dans la péninsule arabique de l’est, c’est une installation sédentaire qui repose sur l’agriculture. Or dans ces climats très secs et très ensoleillés, la seule clé pour développer une agriculture, c’est le palmier dattier. Parce que non seulement il offre des fruits, des dattes, mais aussi il offre un couvert qui fait de l’ombre et cette ombre là permet aux céréales de se développer, à d’autres arbres fruitiers de pousser et aux animaux de s’y protéger.

 

Les chercheurs vont poursuivre leurs fouilles pendant plusieurs années. Ils tenteront de retrouver les indices permettant de mieux comprendre la fonction du site et, surtout, de dévoiler l’origine et les intentions de ces mystérieux bâtisseurs...

 

Une mystérieuse civilisation antique aux portes du désert d’Arabie

21.09.2018

Au sultanat d’Oman, sur la péninsule arabique, une équipe de scientifiques français mène des fouilles d'envergure. Une civilisation s’y est développée il y a 5000 ans. Proposée en partenariat avec LeMonde.fr, cette vidéo vous conduit sur la piste de ces bâtisseurs qui ont érigé des tours monumentales dont la fonction reste un mystère.
 

À propos de cette vidéo
Titre original :
Oman : les mystérieux bâtisseurs
Année de production :
2018
Durée :
5 min 32
Réalisateur :
Didier Boclet
Producteur :
CNRS Images / Agat FILMS & CIE
Intervenant(s) :
Guillaume Gernez
Clélia Paladre 
Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Archéologies et Sciences de l’Antiquité (ArScAn)
CNRS / Université Paris Nanterre / Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne
Ministère de la Culture / Inrap  

Tara Beuzen-Waller
Sorbonne Université
Espace, Nature et Culture (ENeC)
CNRS / Sorbonne Université



Journaliste(s) :

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS