Sections

Comment reconstruire le son de Notre-Dame ?

Comment reconstruire le son de Notre-Dame ?

08.11.2019, par
Épargné en partie par l'incendie, le grand orgue n'est pas le seul à faire résonner Notre-Dame. Des chercheurs du CNRS tentent de restituer l'ambiance sonore de la cathédrale à différentes époques, mais aussi de limiter l'impact des travaux de restauration sur l'acoustique.

L’orgue qui résonne, les bruits de pas feutrés, les chuchotements… Notre-Dame de Paris se caractérise aussi par une acoustique extraordinaire, que s’attelle à étudier un binôme de chercheurs. « Je réalise la captation et la simulation acoustique de la cathédrale », explique Brian FG Katz, acousticien, directeur de recherche CNRS à l’Institut Jean le Rond d’Alembert1. « Et je nourris cette acoustique avec l’histoire, un mixage sonore guidé par les archives, un habillage du son », complète Mylène Pardoen, archéologue du paysage sonore à la Maison des sciences de l’homme Lyon Saint-Étienne2.
 

Nous pourrons savoir si les travaux influent sur la résonance de l’orgue et, dans ce cas, conseiller les architectes en fonction.

Car l’acoustique de la cathédrale ce n’est pas seulement la réverbération des sons sur la pierre, « c’est aussi tout ce qui se passe sur le parvis à différentes époques : l’Hôtel-Dieu, l’hôpital des Enfants-Trouvés, les métiers de tannerie sur les quais de Seine », explique la chercheuse qui mène un travail d’enquête à travers les archives pour recueillir toutes les influences sonores.

En 2013, Brian FG Katz avait déjà réalisé des mesures acoustiques sur place. « Nous avons ensuite mis au point un modèle numérique calibré à partir de ces mesures », indique-t-il. Dans ce modèle virtuel de l’acoustique de Notre-Dame, on peut ensuite « injecter différentes pistes, comme un concert, ou même “appliquer” une époque grâce au travail de Mylène Pardoen », précise-t-il.

Reconstitution virtuelle d'un concert à Notre-Dame en 2015.
  

Prochain objectif : effectuer des mesures avant et pendant les travaux, pour aider à estimer l’impact de ceux-ci sur l’acoustique de la cathédrale. « Nous pourrons par exemple savoir si les travaux influent sur la résonance de l’orgue et, dans ce cas, conseiller les architectes en fonction », ajoute Mylène Pardoen. « Mais si, avec les travaux, on souhaite restaurer l’acoustique de Notre-Dame, quelle époque devrons-nous cibler ? », demande Brian FG Katz. Car, en fonction des siècles, le positionnement et les matériaux des rideaux, des tapis, des meubles influent grandement sur le son. Le fruit de l’ensemble de ces recherches profitera également au grand public, privé de visite pendant la restauration. « Nous voudrions projeter des concerts dans le modèle acoustique de Notre-Dame, voire faire des live virtuels grâce aux technologies de la réalité virtuelle auditive 3D », espère Brian FG Katz.

Cet article est issu du dossier « Notre-Dame : cathédrale de la recherche », publié dans le dernier numéro de CNRS Le Journal.  

 

À lire sur notre site :

Faire parler les matériaux de Notre-Dame
Charpente de Notre-Dame : stop aux idées reçues !

Un double numérique pour Notre-Dame
Notre-Dame : enquête au milieu des décombres
Notre-Dame : la recherche s'organise

 

Notes
  • 1. Unité CNRS/Sorbonne Université.
  • 2. Unité CNRS/ENS de Lyon/Univ. Jean-Moulin Lyon-3/Sciences-Po Lyon/Univ. Lumière Lyon-2/Univ. Jean-Monnet Saint-Étienne/Univ. Claude-Bernard Lyon-1.

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS