Donner du sens à la science
Dossier
Paru le 02.04.2019
Le siècle des robots

Un robot archéologue pour explorer les épaves

29.01.2015, par
Dur métier que celui d'explorateur d’épave. Pour remplacer peu à peu l’homme dans ces missions d’archéologie sous-marine, des chercheurs ont développé un prototype de robot-archéologue, Speedy. Il est actuellement testé en rade de Toulon sur l’épave de la Lune, l’un des navires de guerre les plus importants de la flotte de Louis XIV qui a sombré en novembre 1664.
Robot dans une eau sombre. Il tient un objet archéologique dans une pince qu'il éclaire avec sa lampe frontale.
123 Mode diaporama
Un ingénieur manipule une main robotisée.
124 Mode diaporama
Un opérateur tient un joystick devant trois écrans d'ordinateur. Il est en train de piloter le robot.
125 Mode diaporama
Le robot est au fond de l'eau. Au premier plan : l'ancre d'un bateau. On voit un câble qui part du robot.
126 Mode diaporama
Un robot arrive sur une épave sous-marine
127 Mode diaporama
Le robot dépose un objet dans une caisse sous l'eau.
128 Mode diaporama
Des jarres en terre cuite gisent au fond de l'eau.
129 Mode diaporama
À l'arrière du bateau, des hommes manipulent des machines.
130 Mode diaporama
Une chercheuse nettoie un vase récupéré au fond de l'eau.
131 Mode diaporama
Bouteille en céramique vert et jaune vernissé.
132 Mode diaporama
Sur le site d'une épave sous-marine, une machine scanne une jarre ensevelie avec un rayon lumineux violet.
133 Mode diaporama

Mots-clés

Partager cet article

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS