Sections

Les lettres de Proust bientôt en ligne

Les lettres de Proust bientôt en ligne

03.01.2018, par
Lettre de 1913 à Madame de Pierrebourg, qui inspirera à Proust l’un des principaux personnages de «Du côté de chez Swann».
La correspondance de Marcel Proust, riche de milliers de lettres dispersées dans le monde entier, fait l’objet d’un vaste programme de numérisation associant des chercheurs français et américains. Le projet « Corr-Proust », dont la mise en ligne débutera en novembre 2018, permettra d’apporter un nouvel éclairage sur l’œuvre monumentale de l’écrivain et sur son époque.

« Je passe depuis quelque temps des heures mauvaises, d’un mal nouveau. Une lettre, ce m’est déjà difficile. » Dans cette lettre à Lucien Daudet de 19091 comme dans beaucoup d’autres, Marcel Proust se plaint de ses difficultés à écrire, ne serait-ce que quelques lignes. L’ensemble de sa correspondance est pourtant estimé à quelque vingt mille lettres, si l’on tient compte des télégrammes, des dédicaces, des messages de condoléances… Des lettres parfois si longues qu’il plaçait en post-scriptum tout en haut de la première page leur information essentielle, de peur, peut-être, que ses correspondants n’aient pas le courage de les lire jusqu’au bout ! De cette immense masse de documents, tous n’ont pas été conservés ni retrouvés, mais pas loin de six mille ont été récupérés et font l’objet de diverses publications, dont la fameuse Correspondance générale, publiée par son frère Robert en six volumes2. Un fonds exceptionnel, mais qui évolue en permanence au fur et à mesure que de nouvelles lettres et de nouveaux textes refont surface, au point que la Correspondance générale est devenue presque illisible sur papier, à force de mises à jour renvoyées en notes et en annexes.
 

Une collaboration franco-américaine

Le projet « Corr-Proust » veut effacer ces inconvénients et donner du même coup une ampleur sans précédent à ce fonds d’archives en le rendant bientôt accessible sur une plateforme Internet. Celle-ci sera le résultat du vaste travail de numérisation entrepris par le consortium « Proust 21 », associant l’université américaine de l’Illinois à Urbana-Champaign – qui possède environ 1 200 lettres –, l’Institut des textes et manuscrits modernes (Item)3 et le laboratoire Litt & Arts4.

Nous avons attendu que les outils s’améliorent, afin de créer des données enrichies,  permettant plusieurs angles de recherche possibles.

Ce qui représente une petite prouesse de collaboration, mais surtout une belle avancée dans ce que l’on appelle les « humanités numériques », c'est-à-dire l’utilisation des nouveaux outils informatiques appliqués à la philologie, aux arts et aux sciences humaines.
Une première mise en ligne est prévue cette année, à l'occasion du centenaire de l'armistice du 11 novembre 1918, avec un corpus de 200 lettres liées à la Première Guerre mondiale.

Certes, d’autres projets de ce type – comme l’édition numérique des manuscrits de Flaubert pour Madame Bovary, réalisée par l’université de Rouen – ont déjà défriché ce terrain transdisciplinaire, mais le projet Corr-Proust veut aller beaucoup plus loin. « Nous avons attendu que les outils s’améliorent, afin de créer des données enrichies, avec différents types de balisage, permettant plusieurs angles de recherche possibles », explique Françoise Leriche, professeure à l’UGA et responsable scientifique du projet. Ancienne assistante de Philip Kolb –­ le chercheur américain d’Urbana-Champaign qui, à partir des années 1970, a édité en 21 volumes5 tout ce qu’il a pu retrouver de la correspondance de l’écrivain –­, Françoise Leriche se félicite aujourd'hui des ressources offertes par le XML (Extensible Markup Language). Ce langage informatique, adapté aux contenus complexes, permet de restituer non seulement les différentes couches de texte, avec ses corrections, ses ajouts ou ses suppressions successifs – et concernant Proust, on peut parler de véritable dédale textuel, même s’il retravaillait beaucoup moins sa correspondance que les différents volumes de la Recherche du temps perdu –, mais aussi de reproduire les lettres en version diplomatique, c'est-à-dire en respectant la stricte mise en page du document, y compris des phrases écrites en oblique, par exemple.

Marcel Proust (autour de 1900).
Marcel Proust (autour de 1900).

Un champ d’exploration élargi

Tout cela ne s’est pas fait d’un claquement de doigts. « Au début des années 2000, ce n’était pas gagné d’avance de convaincre des informaticiens de venir travailler sur ce type de projets d’édition littéraire, rappelle Françoise Leriche. Dans les équipes de recherches littéraires et, a fortiori, dans une université de province, il n’y avait tout simplement pas de développeurs ni d’ingénieurs en informatique ! » À force de persuasion, elle a pourtant fini par obtenir le concours d’un jeune maître de conférences puis professeur en informatique, Thomas Lebarbé, qui avait déjà travaillé sur le projet d’édition numérique des manuscrits de Stendhal.
 
Commence alors un long travail de communication pour arriver à partager, entre littéraires et informaticiens, le même… langage. Car le texte ne représente qu’une partie des multiples données à décrire et à encoder. Il y a par exemple la qualité du papier, qui permet de préciser la période à laquelle a été rédigée la lettre, -– car Proust ne datait généralement pas ses courriers –, ou encore le moyen d’écriture (crayon à papier, plume à encre, machine à écrire), le lieu où l’écrivain l’a rédigée… « Cet encodage permettra de rechercher par exemple toutes les lettres que Proust a écrites à l’hôtel des Roches noires, à Trouville (Calvados), ou, sur un autre registre, toutes les citations qu’il a faites ou toutes les mentions d’institutions diverses. Bref, nous voulons donner accès au plus grand champ d’explorations possible, même si certaines ne serviront peut-être jamais », conclut la chercheuse.
 

Le narrateur et l’écrivain

Le système permet aussi de reproduire les photos, coupures de presse et autres documents que le romancier joignait quelquefois à ses courriers. Car si, au fil de ses lettres, on retrouve le Proust observateur incomparable des rapports et des relations implicites entre les êtres humains d’À l’ombre des jeunes filles en fleurs, on y découvre aussi un homme totalement engagé dans son époque.

On voit bien à travers la correspondance que le narrateur de la Recherche, ce n’est pas Marcel Proust !

Et c’est d’ailleurs tout l’intérêt de cette correspondance d’éclairer d’un jour inédit la Recherche. Le vrai Proust apparaît très éloigné de l’écrivain souffreteux et reclus dans son lit : il se révèle au contraire grand lecteur de la presse, très au fait de l’actualité – il suit de très près l’affaire Dreyfus et les tensions internationales, puis l’évolution de la Grande Guerre –, curieux de littérature comme d’automobiles et des progrès technologiques ou encore très attentif aux cours de la Bourse.

« On voit bien à travers la correspondance que le narrateur de la Recherche, ce n’est pas Marcel Proust ! », s’écrie Nathalie Mauriac Dyer, responsable de l’équipe Proust de l’Item et engagée, par ailleurs, avec la Bibliothèque nationale de France dans un projet d’édition diplomatique des cahiers de brouillon de la Recherche. « Ce narrateur, c’est un personnage imaginé par Proust, celui de l’écrivain idéal, qui peut se consacrer entièrement à son œuvre. » Les lettres permettent aussi de lire entre les lignes de l’œuvre romanesque, truffée de private jokes, selon la chercheuse, par lesquelles Proust multiplie les clins d’œil amicaux ou, au contraire, règle discrètement ses comptes. Sa correspondance, de fait, ne manque ni d’humour ni de vacheries, telle, au hasard, cette attaque contre la Nouvelle Revue française, qui avait refusé ses premiers manuscrits, relevée dans une lettre de 1919 ou 1920 à Jean Cocteau : « Si un de ces jours vous avez le temps de me dire de vive voix comment vous concevez votre labeur, j’évangéliserais la NRF, qui commence toujours (pas à votre sujet naturellement), par m’envoyer paître… »6

Lettre de Proust du 30 mai 1914 à son chauffeur-secrétaire Alfred Agostinelli, qui lui inspirera un des personnages de la Recherche.
Lettre de Proust du 30 mai 1914 à son chauffeur-secrétaire Alfred Agostinelli, qui lui inspirera un des personnages de la Recherche.

Sa correspondance révèle aussi un homme soucieux de conserver des relations dans tous les milieux sociaux – il écrit aux concierges, fait parler des domestiques – et pour qui tous ont la même valeur humaine, loin donc du snob qu’on imagine souvent, enfermé dans son cercle de relations mondaines du faubourg Saint-Germain. Elle révèle aussi un écrivain plus mesuré que son narrateur, échappant à certains préjugés de son époque comme, par exemple, les réflexes anti-germaniques. Un auteur scrupuleux, aussi, quand il écrit à tel scientifique de ses relations pour vérifier si l’on peut dire que les œufs « coagulent » à une certaine température.

Trésor culturel

De quoi donner du grain à moudre aux chercheurs qui continuent, sur les cinq continents, de se pencher sur l’œuvre de Proust. Reconnu à l’étranger de son vivant même, l’écrivain est, en effet, considéré mondialement comme l’un des grands représentants, sinon le plus grand, de la littérature et de la culture françaises. La découverte, il y a un an, d’un petit film amateur de 1904, où l’on croit distinguer Marcel Proust descendant les marches de l’église de la Madeleine, à Paris, lors d’un mariage d’aristocrates, a trouvé un écho jusque dans le New York Times !

L’œuvre constitue un immense trésor de sources littéraires, mais aussi musicales, théâtrales ou politiques de la Troisième République.

Les universités du monde entier, et en particulier au Japon, poursuivent l’analyse purement génétique de l’œuvre, c'est-à-dire celle qui reconstitue et étudie les différentes phases d’écriture du roman. Quant aux thématiques de recherche liées à l’œuvre elle-même, elles restent inépuisables. Après le Proust des rapports psychologiques et des relations humaines, puis celui de la « nouvelle critique » littéraire des années 1960, centrée sur l’approche psychanalytique et les questions de narration, « la recherche s’intéresse beaucoup désormais à l’histoire culturelle sous-jacente dans le roman, indique Nathalie Mauriac Dyer : l’œuvre constitue, en effet, un immense trésor de sources littéraires, mais aussi musicales, théâtrales ou politiques de la Troisième République. »

Sont concernées aussi dans cette approche toutes les questions de moralité. « Avec la manière dont il présentait son homosexualité et sa judéité, qui étaient pour lui toujours liées, Proust trouve un écho dans les débats actuels sur la théorie du genre ou sur les minorités politiques, poursuit la chercheuse. Omniprésentes dans son œuvre, ces questions y sont aussi abordées de manière plus ou moins allusive ou masquée. Il s’agit alors de les mettre en lumière. »
 
 
Lire aussi :
L'interview d’Antoine Compagnon : « Proust traverse le temps »

Notes
  • 1. Lettre de mars ou avril 1909, conservée à la Rare Book & Manuscript Library de l’université de l’Illinois.
  • 2. Correspondance générale, publiée par Robert Proust, Plon (1930-1936, 6 volumes).
  • 3. Unité CNRS/ENS/Université de Poitiers.
  • 4. Unité CNRS/Université Grenoble-Alpes.
  • 5. Correspondance de Marcel Proust, établie par Philip Kolb, Plon (1970-1993, 21 volumes).
  • 6. Lettre à Jean Cocteau, Bulletin d’informations proustiennes, 47, Item 2017.

Commentaires

0 commentaire
Pour laisser votre avis sur cet article
Connectez-vous, rejoignez la communauté
du journal CNRS